Le petit restaurant ontarien The Olde Red Hen de Collingwood est malgré lui associé à une polémique déclenchée par un autre restaurant américain avec lequel il n'a aucun lien.

Des partisans de Trump s’en prennent, à tort, à un restaurant ontarien

Share

Les homonymies peuvent être parfois malheureuses. Un petit restaurant de l’Ontario est en train de l’apprendre à ses dépens. Toute la fin de semaine, il a subi les foudres des partisans de Donald Trump, furieux après l’expulsion de la porte-parole de la Maison-Blanche du restaurant Red Hen vendredi en Virginie.

Problème :The Olde Red Hen, petit restaurant spécialisé dans des petits-déjeuners et des brunchs, est installé dans la ville de Collingwood, à environ 200 km au nord de Toronto! Rien à voir donc avec le Red Hen qui lui, est situé à Lexington en Virginie, État voisin de Washington. Samedi, Sarah Huckabee Sanders, la porte-parole de la Maison-Blanche dit avoir été éconduite, la veille, par la propriétaire du restaurant, Stephanie Wilkinson, au motif qu’elle travaillait pour le président Donald Trump.

Mme Wilkinson a reconnu les faits. En demandant à la collaboratrice de Trump de sortir de son restaurant, elle lui a dit que son établissement avait certaines normes à respecter, telles que l’honnêteté, la compassion et la coopération. Elle faisait ainsi référence à la politique de « tolérance zéro » de M. Trump sur l’immigration clandestine. Une politique qui a suscité l’émoi au cours des derniers jours tant aux États-Unis puisqu’elle a été à l’origine de la séparation de plus de 2300 enfants de leurs parents à la frontière américano-mexicaine.

Sarah Huckabee Sanders, la porte-parole de la Maison-Blanche, dit avoir été priée de quitter un restaurant de Lexington en Virginie vendredi soir parce qu’elle travaille pour une administration sans compassion.

Quoi qu’il en soit, la page Facebook de The Olde Red Hen de Collingwood a été inondée de toutes sortes de menaces et d’insultes d’Américains furieux : « J’espère que vous allez faire faillite, fichus gauchistes », a souhaité un habitant de l’État américain du Maryland. « Honte à vous, hypocrites sectaires », rageait un autre.

La propriétaire du petit restaurant ontarien, Diane Smith, a tenté de répondre à chacun de ces commentaires pour souligner qu’il s’agissait d’une erreur d’identité, que son restaurant n’a rien à voir le Red Hen de Lexington. Certains des commentaires ont été retirés depuis.

Donal Trump s’est moqué du restaurant qui n’a pas voulu servir sa porte-parole, le qualifiant de sale de l’extérieur comme de l’intérieur. © Carlo Allegri

Le vrai Red Hen de Lexington a lui aussi été inondé de critiques, mais aussi d’hommages. Comme c’est souvent le cas en pareille circonstance, le président Trump s’est déchaîné sur Twitter, demandant au Red Hen de se concentrer davantage sur le nettoyage de ses canapés, portes et fenêtres sales qui ont besoin d’être repeintes plutôt que de refuser de servir une bonne personne comme Sarah Huckabee Sanders. Et de conclure : « J’ai toujours une règle : si un restaurant est sale à l’extérieur, il est sale à l’intérieur! »

Sarah Huckabee Sanders n’est pas la seule membre de l’administration Trump à subir ce type de traitement de la part de ceux qui protestent contre la politique migratoire controversée de Donald Trump. La secrétaire à la Sécurité intérieure, Kirstjen Nielsen, avait été expulsée d’un restaurant mexicain à Washington par des manifestants la semaine dernière. Stephen Miller, un conseiller principal du président et l’un des architectes de la répression de l’immigration, a connu le même sort dans un restaurant mexicain du quartier Shaw, toujours à Washington.

La secrétaire à la Sécurité intérieure, Kirstjen Nielsen, a aussi été expulsée d’un restaurant à cause des politiques migratoires de Donald Trump.

(Avec L’AFP)

Lire aussi

Quand les enfants enjoués des autres sont aussi nos enfants

Séparation des enfants de leurs parents : « Ce qui se passe aux États-Unis est inacceptable » – Justin Trudeau

Share
Mots-clés : , , ,
Publié dans : Économie, Immigration et Réfugiés, International, Politique, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*