Des immigrants dans une foire d’emploi

Les immigrants sont de plus en plus nombreux à occuper les nouveaux emplois crées au Québec selon l'Institut de la statistique du Québec (ISQ).
Photo Credit: Emma Hautcoeur/ICI Radio-Canada

Croissance constante de l’emploi immigrant au Québec

Share

Plus de la moitié des postes ouverts au Québec entre 2006 et 2017 sont occupés par des immigrants. De façon générale, les indicateurs du marché de l’emploi des immigrants indiquent une progression, selon un rapport de l’Institut de la statistique du Québec (ISQ).

Les revenus des immigrants au Canada sont plus faibles que ceux de l’ensemble de la population née au Canada. Le taux de chômage est aussi plus élevé chez les premiers que chez les seconds. Au Canada, où le marché de l’emploi est très dynamique ces dernières années, le taux de chômage en 2017 s’établissait à 8,7 % contre 6,1 % au Québec.

Pourtant, depuis 2006-2007, le nombre d’immigrants dans la population active est en croissance constante. L’ISQ nous apprend que de 2006 à 2017, plus de la moitié des 480 000 emplois créés au Québec, soit environ 250 000, sont occupés par des immigrants. Ainsi, en 2017, quelque 658 000 personnes immigrantes avaient un travail. Ce qui représente 15,6 % des Québécois en emploi, contre 10,9 % en 2006.

autobus-salon-emploi
De nombreuses régions du Québec font tout ce qu’elles peuvent pour attirer les nouveaux arrivants. © ICI Radio-Canada/Marilyn Marceau

L’étude, intitulée Regard sur l’apport grandissant de la population immigrante au marché du travail québécois, publié mardi par l’ISQ nous apprend aussi que la progression de l’emploi s’observe autant chez les hommes (+124 100) que chez les femmes (+126 100). Sans surprise, le plus gros du contingent se retrouve chez les 25 à 54 ans (+187 300) ainsi que chez les diplômés universitaires (+163 700). Mais avoir un diplôme canadien est très payant. Puisque près de la moitié de la croissance de l’emploi des personnes immigrantes profite à ceux qui ont un diplôme délivré au pays (+116 000).

Avantage aux immigrants de longue date

La durée de la présence au Canada est également un facteur important selon l’ISQ. Les immigrants qui sont au Canada depuis plus de 10 ans ont été les principaux bénéficiaires de la hausse d’emploi entre 2006 et 2017. Ils représentent environ 63 % de la hausse de l’emploi (+157 900). D’ailleurs plus de 6 de ces immigrants sur 10 qui ont un emploi (65 %) en 2017 sont des immigrants de longue date. Les nouveaux arrivants (moins de 5 ans), en revanche, semblent éprouver plus de difficulté sur le marché du travail. Ils représentent près de 16 % des immigrants, mais n’ont obtenu que 10 % de la croissance de l’emploi.

Emplois immigrants
Les immigrants qui sont au Québec depuis plus de 10 ans sont plus représentés dans le marché de l’emploi que ceux nouvellement arrivés. © Vincent Champagne

Comparée aux autres provinces canadiennes, la croissance de l’emploi des personnes immigrantes au Québec suit celle observée en Ontario (+369 500) et devance celle de l’Alberta (+221 000). Mais la part des immigrants sur le marché de l’emploi reste en dessous de la moyenne canadienne qui est de 24%. Le Québec ne devance que les provinces atlantiques (Nouveau-Brunswick. Terre-Neuve-et-Labrador, Île-du-Prince-Édouard, Nouvelle-Écosse) et la Saskatchewan.

Travail surtout à temps partiel

La croissance de l’emploi chez les personnes immigrantes se concentre fortement dans la région métropolitaine de recensement (RMR) de Montréal, qui affiche une hausse de près de 200 000 emplois comblés par des personnes immigrantes entre 2006 et 2017. Ce qui représente environ 4 nouveaux emplois sur 5, alors que chez les natifs on parle de 4 emplois sur 10 (43 %).

Nous l’avons dit plus tôt, de 2006 à 2017, le Québec a connu une période faste en matière de création d’emplois. Plus de 370 000 nouveaux postes permanents ont été ouverts et près de la moitié d’entre eux (181 800) sont revenus aux immigrants. Parallèlement, la grande majorité de la croissance des emplois temporaires (80 %) est revenue aux immigrants (+31 800).  Alors qu’on parle d’une hausse de seulement 6700 emplois chez les natifs. Au cours de la période, la part des immigrants dans l’emploi temporaire est passée de 9,7 % à 15 %. La proportion est passée de 10,5 % en 2006 à 15 % en 2017 en ce qui concerne l’emploi permanent.

(Sources : ISQ, Statistique Canada)

Lire aussi

Des immigrants qui s’intègrent plus facilement grâce à Internet

À Toronto, la pauvreté touche davantage les enfants immigrants, racialisés et autochtones

Embauche des immigrants au Québec : enfin le bout du tunnel?

Share
Catégories : Environnement, Immigration et Réfugiés, International, Politique, Société
Mots-clés : , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions ou dans une des deux langues officielles, soit le français ou l'anglais. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*