Jeune sur Internet

Les nouvelles technologies peuvent servir à l'endoctrinement des jeunes. Mais elles peuvent aussi servir à la prévention du terrorisme.

Extrémisme violent : les jeunes sont-ils une menace ou un atout?

Share

Au lieu de les voir simplement comme un réservoir de terroristes potentiels, les jeunes devraient être mis à contribution dans les campagnes de lutte contre l’extrémisme. Ce message a été répété lors de la récente conférence de haut niveau des chefs d’agences de lutte contre le terrorisme des États membres de l’ONU à New York.

On le sait, les médias sociaux, les communications chiffrées ou le web caché sont devenus les nouveaux outils de prédilection des groupuscules terroristes et extrémismes. Ils s’en servent pour véhiculer leurs messages, radicaliser et recruter de nouveaux adeptes. Or, les jeunes sont les principaux usagers des nouvelles technologies et constituent les principales cibles de ces groupuscules.

Mais les jeunes ne doivent pas être perçus comme la plus grande menace dans la lutte contre l’extrémisme. Ils sont plutôt « notre plus grand espoir », prévient Achim Steiner, l’Administrateur du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD).

Achim Steiner, l’Administrateur du PNUD considère les jeunes comme un atout dans la lutte contre l’extrémisme violent.
© UNDP / Freya Morales

Mieux, ajoute M. Steiner, il faut reconnaitre le rôle unique des jeunes et miser sur eux pour en faire des partenaires. Certes, ils sont les cibles de la radicalisation et du recrutement des groupes extrémistes, mais les jeunes savent aussi y résister grâce à une utilisation avisée des médias sociaux et d’Internet.

Puisque, selon lui, il faut trouver « des solutions technologiques pour combattre des tactiques technologiques », M. Steiner estime que « les nouvelles technologies ont un potentiel énorme pour s’attaquer aux causes profondes et aux moteurs de l’extrémisme violent ».

L’influence déterminante des pairs

On sait déjà que grâce aux médias sociaux et à Internet, les jeunes peuvent échanger et partager des contenus, sans le filtre des adultes ou le caractère autoritaire du discours parental. Il existe de fait des subcultures participatives de jeunes où circulent une multitude de vidéos dans lesquelles des jeunes prennent position sur de nombreux sujets d’actualité, des questions identitaires, des normes sociales, le racisme, la religion, etc.

Bientôt, les téléphones cellulaires pourraient faire des appels au hasard, selon le chef des opérations de Total Technologies, Jay Shah.
Les jeunes peuvent désormais communiquer entre eux, s’influencer mutuellement, sans le filtre des adultes. © ICI Radio-Canada

En somme, les jeunes eux-mêmes peuvent jouer un rôle de premier plan dans la prévention de l’extrémisme qui les cible. Parlant de prévention, elle est l’une des composantes clés dans la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent. Ces fléaux ne pourraient être éradiqués par la seule solution sécuritaire.

Pour le chef du PNUD, « les approches préventives permettent de sauver des vies et sont rentables ». Une étude conjointe de l’ONU et de la Banque mondiale va dans le même sens lorsqu’elle affirme que la prévention génère des économies de 5 à 70 milliards de dollars par année.

Très souvent, le terrorisme se propage lorsque le développement est lent et que les institutions de l’État sont faibles.Achim Steiner, Administrateur du PNUD

Le désespoir et la frustration peuvent inciter les jeunes à perdre confiance en leurs institutions. La marginalisation et l’exclusion de certains groupes peuvent aussi accroître les risques de radicalisation, voire d’extrémisme violent, selon ce haut responsable onusien.

Antonio Guterres
Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres appelle à une action concertée de la communauté internationale pour venir à bout de l’extrémisme violent. © Getty/Goncalo Silva

Agir tout de suite

L’heure est donc à l’action immédiate et concertée. À l’ouverture de la Conférence de haut niveau des chefs d’agences de lutte contre le terrorisme des États membres des Nations unies, le 28 juin, le secrétaire général de l’ONU, António Guterres était formel : « La nature transnationale du terrorisme signifie que nous avons besoin d’une coopération multilatérale ».

De son côté, le patron du PNUD rappelle que le coût économique élevé de la violence à l’échelle mondiale : 14 560 milliards de dollars américains par année, soit 1988 $ par habitant de la planète. En 2017, l’Institut pour l’économie et la paix (IEP) indiquait que les violences privent l’humanité de près de 13 % de ses richesses et que le terrorisme représentait 1 % du coût total de la violence mondiale.

(Avec des informations d’ONU Nouvelles, PNUD)

Lire aussi

Radicalisation, mieux vaut prévenir que guérir

Prévenir la radicalisation par le théâtre

Empêcher la radicalisation de jeunes Canadiens sur les réseaux sociaux

Share
Catégories : Économie, International, Internet et technologies, Politique, Société
Mots-clés : , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*