J’achète canadien est une campagne lancée en ligne par UNIFOR, grand syndicat du secteur privé au Canada, pour faciliter l’achat sur différentes plateformes de biens et services faits au Canada. Photo : UNIFOR

Made in Canada – Fabriqué ici – Pas aux États-Unis : comment faire?

Share

Les consommateurs canadiens irrités par l’attitude de Trump et son imposition de tarifs douaniers contre l’acier canadien n’ont pas la tâche facile s’ils choisissent de consommer seulement des produits 100 % canadiens et éviter touts produits américains. Cela risque de leur coûter plus cher.

made in canadaD’abord, la proportion dans le monde des produits faits au Canada est en régression depuis le milieu des années 1990. Le poids au Canada du secteur manufacturier, par rapport aux autres secteurs comme celui des matières premières et des produits financiers, est en recul. Ainsi, le pays exporte beaucoup moins de produits usinés dans le reste du monde.

Le secteur manufacturier produit encore certes beaucoup de produits qui sont vendus partout dans le monde comme le papier, le matériel de haute technologie, la technologie aérospatiale, les pièces automobiles, l’équipement lourd, les aliments et les vêtements. Mais le secteur de la production manufacturière au Canada est en pleine crise. Malgré un dollar canadien faible, ce qui devrait doper les exportations, les usines canadiennes ne produisent plus qu’a 80 % de leur capacité.

Cela est le résultat en grande partie d’un marché concurrentiel qui a été beaucoup plus ouvert avec les accords de libre-échange qui ont exposé le Canada à la concurrence sur le coût.

On fabrique très peu de textiles au Canada, alors même si un vêtement a été conçu au Canada, le tissu aura probablement été acheté ailleurs. Difficile aussi d’acheter un téléphone, un robot culinaire ou un grille-pain « Made in Canada ». L’alimentation représente un défi particulier.

L’économie canadienne délaisse la fabrication, et se tourne vers la finance et les services

Un logo de la Banque Royale au centre-ville de Toronto.
Un logo de la Banque Royale au centre-ville de Toronto. © Nathan Denette, PC

Depuis la crise économique de 2008, l’économie canadienne est donc résolument en transition vers une économie du savoir.

Elle conçoit les produits innovateurs de demain, mais elle en délaisse la fabrication aux pays moins développés où les coûts de main-d’oeuvre sont moins élevés.

Les salaires sont effectivement très élevés au Canada. Par exemple, le secteur de la construction automobile, qui était si fort au Canada depuis des décennies, se trouve maintenant incapable de rivaliser quand il paie ses travailleurs 50 $ de l’heure et qu’au Mexique on les paie 10 $ de l’heure.

Tout cela a des répercussions très concrètes dans la vie quotidienne des travailleurs canadiens. Un jeune Canadien ou un nouvel arrivant qui veut mettre aujourd’hui le plus de chance de son côté pour se trouver un emploi bien rémunéré et plein de potentiel de croissance devrait fixer sa bonne étoile au secteur financier ou à celui des services qui sont eux en pleine expansion.

Bien qu’ils soient importants, les secteurs de l’agriculture, des transports, de l’énergie, ou de la construction n’atteignent pas, même réunis, les dimensions titanesques qu’occupe maintenant le secteur financier au Canada. Les banques, les compagnies d’assurance et toute leur série de petits cousins sont responsables à elles seules de 20 % de tout le produit intérieur brut du Canada. Très rares sont les nations où les finances occupent cette place de roi.

Après l’argent au Canada, ce qu’il y a de plus important, ce sont les services : plus de 75 % des travailleurs canadiens occupent maintenant un emploi dans le secteur des services.

made-in-canada-2011-fLe savez-vous?
La différence entre « Fait au Canada » et « Produit au Canada »
Si vous voyez sur un produit, autres que les denrées alimentaires, un autocollant « Produit du Canada » cela veut dire que ce produit à un seuil de contenu canadien plus élevé (98 %), tandis que « Fait au Canada » veut dire qu’au moins 51 % des coûts directs de production ou de fabrication ont été engagés au Canada.
Dans les deux cas, il faut que la dernière transformation substantielle du produit ait été effectuée au Canada.

Cinq articles que le Canada produit et vous ne le saviez peut-être pas

La plupart des frites du monde viennent du Nouveau-Brunswick. Basée dans cette province, la compagnie McCain Foods fait un tiers de toutes les frites surgelées produites dans le monde.

La Saskatchewan produit la plupart des lentilles du monde. Que ce soit à la maison ou à l’étranger, commandez une soupe de lentilles et les chances sont que vous goûterez un peu au Canada qui est le plus grand exportateur de lentilles vertes dans le monde – environ 1,5 million de tonnes métriques par an, avec 95% des lentilles qui viennent de la Saskatchewan.

Vos pièces de monnaie proviennent peut-être du Canada. La Monnaie royale canadienne produit des pièces pour 60 pays différents, y compris les centavos pour Cuba, les couronnes pour la Norvège, et les pesos pour la Colombie. Actuellement, le Canada peut produire plus de 20 millions de pièces par jour.

Winnipeg, au Manitoba, imprime la plupart des cartes à gratter dans le monde. Vous achetez un billet de loterie instantanée. Alors, il y a de bonnes chances que votre carte à gratter a été imprimée par la société Winnipeg Pollard Banknote fondée en 1907.

Kelowna en Colombie-Britannique fabrique la plupart des grandes glissades d’eau du monde. Lorsque vous glissez vers le bas sur l’une de ces glissades sur une croisière Disney, vous êtes probablement en train d’utiliser un produit de conception canadienne. Whitewater West Industries Ltd. du Canada est le plus grand fabricant de produits pour parcs aquatiques dans le monde.

Share
Catégories : Économie, International, Politique
Mots-clés : , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la Nétiquette.

Nétiquette
Quand vous vous exprimez dans le cadre d’une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu’un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d’accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c’est bien là l’intérêt des tribunes! La nétiquette est l’ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d’intervenir dans une tribune, il est important d’en prendre connaissance. Sinon, on risque l’expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s’inscrire, les utilisateurs sont tenus d’indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s’afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s’il existe un doute quant à l’identité de son auteur.
  2. L’usurpation de l’identité d’autrui dans l’intention d’induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d’expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l’âge, l’origine ethnique, la religion, le sexe ou l’orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l’origine ethnique, l’appartenance à une religion ou à un groupe d’âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l’agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l’exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d’un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d’injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L’échange d’arguments et de vues contradictoires est un élément clé d’un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d’un dialogue ou d’une discussion privée entre deux participants qui s’interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L’usage d’autres langues, à l’exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L’envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L’insertion d’images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L’inclusion d’hyperliens vers d’autres sites est permise, à condition qu’ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n’est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d’un texte d’autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d’Internet.
  18. Radio Canada International  n’est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*