De gauche à droite : David F. Goldstein, PDG de Destination Canada; l’honorable Bardish Chagger, leader du gouvernement à la Chambre des communes et ministre de la Petite Entreprise et du Tourisme; l’honorable John McCallum, ambassadeur du Canada en Chine; Bin Feng, président du conseil d’administration, groupe UTour; Lei Zhang, vice-président, groupe UTour. (Groupe CNW/Destination Canada)

Le Canada comme destination touristique de rêve : opération de charme de représentants du pays en Chine

Share

À l’occasion de l’année du tourisme Canada-Chine 2018, une délégation mandatée par le gouvernement du Canada a mené une mission commerciale en Chine, dans le but de rechercher de nouveaux partenariats économiques.

Deux protocoles d’entente signés

La délégation canadienne était forte de personnes venues des quatre coins du pays : David F. Goldstein, président-directeur général de Destination Canada, s’est joint à Bardish Chagger, leader du gouvernement à la Chambre des communes et ministre de la Petite Entreprise et du Tourisme, ainsi qu’à d’autres partenaires fédéraux, provinciaux, territoriaux et du secteur privé.

Lors des rencontres avec les partenaires chinois, Destination Canada, dont le mandat est de faire la promotion à l’international du pays comme un lieu touristique attrayant, a signé deux protocoles d’entente :

  • Le premier vise à établir un partenariat avec UTour, pour promouvoir la recherche, le développement et le marketing
  • Le deuxième renouvelle un accord stratégique avec Ctrip, dans le but de promouvoir la marque touristique du Canada en Chine, en mettant de l’avant la culture autochtone et la vie dans la région du Canada atlantique.

« En pleine année du tourisme Canada-Chine, cette mission commerciale touristique en Chine s’est avérée une incroyable occasion de créer de nouveaux débouchés et d’approfondir les relations que nos partenaires fédéraux, provinciaux et territoriaux ainsi que nos entreprises touristiques ont nouées sur place. En renforçant les liens interentreprises sur ce marché cible, nous nous rapprochons de l’objectif de notre gouvernement visant à doubler les échanges bilatéraux d’ici 2025. »
Bardish Chagger, leader du gouvernement à la Chambre des communes et ministre de la Petite Entreprise et du Tourisme

De gauche à droite : Amber, Guo Cheng, directrice générale, Amérique et nord de la Chine, groupe Ctrip; Anita, Xiaoli Yang, vice-présidente des ventes de groupe et marketing, groupe Ctrip; l’honorable Bardish Chagger, leader du gouvernement à la Chambre des communes et ministre de la Petite Entreprise et du Tourisme; Wei Li, directrice générale régionale pour l’Asie-Pacifique, Destination Canada. (Groupe CNW/Destination Canada)

Des plus en plus de Chinois visitent le Canada

L’attrait des Chinois pour le Canada est de plus en plus palpable sur les principaux lieux touristiques du pays.

Ils sont plus visibles, en ce qui concerne le Québec par exemple, au Stade olympique, au Jardin botanique qui dispose d’ailleurs d’un pavillon chinois, etc. Il existe depuis le mois de février un vol direct quotidien entre Montréal et Pékin, pour faciliter l’acheminement des touristes chinois.

Le nombre de touristes chinois qui atterrissent à l’aéroport Pierre-Elliott-Trudeau est passé de 83 000 en 2015 à 138 000 en 2016, et à plus de 170 000 en 2017.

Dans un contexte où 300 millions de Chinois font désormais partie de la classe moyenne, le Canada souhaite tirer profit du potentiel économique qu’ils représentent, en vantant la destination Canada à l’occasion d’une mission comme celle qui vient de se conclure dans ce pays.

Le ministère du Tourisme du Québec rapporte que les touristes chinois ont dépensé dans la province 108 millions de dollars en 2015, 85 millions en 2016 et 190 millions en 2017.

La Chine se positionne cette année comme étant le deuxième pays d’origine des visiteurs au Canada. Selon les données enregistrées durant les trois premiers mois de cette année 2018, près de 70 000 touristes venus de la Chine ont visité le pays depuis janvier 2018.

Le Canada a obtenu depuis huit ans le statut de « destination touristique approuvée » par les autorités chinoises. Une reconnaissance qui donne le droit aux ressortissants chinois d’y séjourner en toute liberté.

Outre le Québec, les touristes chinois sont attirés par les chutes Niagara en Ontario, la côte ouest et la ville de Vancouver en particulier.

« Dans le cadre de la promotion de l’année du tourisme Canada-Chine 2018, le marché de tourisme émetteur de la Chine déclenche une nouvelle vague de voyages au Canada. UTour est disposé à coopérer avec Destination Canada, à répondre pleinement à la demande des consommateurs dans tous les segments de marché, à élargir l’espace de coopération en matière de marketing, à améliorer la qualité des produits, à diversifier les catégories de produits, à fournir d’excellents services aux touristes chinois afin qu’ils explorent sans fin ce merveilleux pays qu’est le Canada et à contribuer conjointement au développement des relations sino-canadiennes. » Bin Feng, président du conseil d’administration, groupe UTour

RCI avec Destination Canada et Radio-Canada

Lire aussi :

Les Chinois sont de plus en plus nombreux à visiter le Québec

Les touristes chinois changent le paysage touristique canadien
Share
Catégories : Économie, International, Société
Mots-clés : , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*