Les barricades enflammées étaient toujours nombreuses samedi à Port-au-Prince et dans d'autres villes haïtiennes, malgré le recul du gouvernement sur la hausse des prix des carburants. Photo : Associated Press/Dieu Nalio Chery

Haïti : la rue continue de gronder à Port-au-Prince, où les manifestants demandent le départ du président

Share

C’est la décision d’augmenter de manière draconienne le prix de l’essence qui a totalement embrasé la capitale haïtienne depuis quatre jours. Après un semblant d’apaisement dimanche, Port-au-Prince est à nouveau en proie à de nouvelles violences et au pillage de la part de manifestants en colère. Ceux-ci exigent à présent le départ du président, malgré sa décision de revenir sur la hausse annoncée des prix du carburant.

Population : 9,6 millions d’habitants. 
44 % (4 211 000) sont des enfants de moins de 18 ans et 13 % (1 250 000) sont des enfants de moins de 5 ans. 

Une fin de semaine teintée par le sang

Les Haïtiens ont tenu à marquer leur opposition farouche à l’idée d’augmenter les prix du carburant de l’ordre de 38 % pour l’essence, de 47 % pour le diesel et de 51 % pour le kérosène, à compter de minuit samedi dernier.

Cette décision a provoqué des scènes d’une rare violence, principalement dans la capitale du pays, où quatre personnes ont été tuées dans les échauffourées, plusieurs véhicules incendiés et des magasins pillés.

Le président, Jovenel Moïse, récemment élu, est revenu sur cette décision, pourtant la population est loin de se calmer. Elle souhaite à présent qu’il quitte ses fonctions et certains élus de l’opposition exigent le départ immédiat du premier ministre qui ne rentrait déjà pas dans les bonnes grâces de la population, avant la décision d’augmenter les prix du carburant.

Le pays s’achemine vers une crise profonde qui inquiète la communauté internationale. Différentes chancelleries sur place, dont les ambassades de la France et du Canada, ont décidé de fermer leurs portes pour mettre leurs personnels à l’abri des violences. Plusieurs vols internationaux à destination du pays ont également été annulés et Ottawa recommande aux Canadiens d’éviter tout « voyage non essentiel ».

Par la voix de sa ministre des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, le gouvernement fédéral a lancé un appel au calme et promis son aide à Port-au-Prince.

Les Canadiens se tiennent aux côtés du peuple d’Haïti en ces temps difficiles et nous offrons nos plus sincères condoléances aux victimes de la violence, a dit Chrystia Freeland

Un pays pauvre fragilisé en plus par le puissant séisme de 2010

Le séisme a laissé 5000 personnes amputées. Il s'agit d'une condition difficile dans un pays où les personnes handicapées sont souvent considérées comme des invalides. Devant l'urgence de la situation, le gouvernement a promulgué une loi qui oblige les entreprises à embaucher 2 % de personnes handicapées. Mais plusieurs d'entre elles vivent encore dans une extrême pauvreté. Un reportage de Céline Galipeau et Alain Abel.

Lire à ce sujet sur Radio-Canada: La population la plus pauvre des Amériques

Haïti est caractérisé par sa pauvreté de masse, surtout dans le nord du pays. En tout, 80 % de la population vit sous le seuil de pauvreté. En 2000, Haïti est classé au 150rang sur 174, selon l’indice de développement humain (IDH) du Programme des Nations unies pour le développement. Il se classe ainsi devant le Rwanda (qui occupe le 162rang), mais derrière l’Afrique du Sud (107rang). Cet indice prend en compte l’espérance de vie, le niveau d’instruction et le produit intérieur brut par habitant des pays. À Port-au-Prince, deux habitants sur trois vivent avec moins de 56 $ par mois.

Des inégalités sociales criantes

Du point de vue de la répartition des richesses, on estime que :
• 4 % de la population possèdent 66 % des ressources du pays;
• 16 % en détiennent 14 %;
• 70 % en possèdent à peine 20 %, les 10 % restants étant totalement démunis.

Des conditions sanitaires désastreuses

D’après l’Unicef, seulement 37 % de la population a accès à l’eau potable. Et le peu de moyens alloués à la prévention des maladies entraîne la propagation de nombreuses maladies infectieuses.

Le pourcentage d’enfants de moins de un an vaccinés en 1998, toujours selon l’Unicef, est de :
• 51 % contre la tuberculose;
• 40 % contre la diphtérie/tétanos/coqueluche;
• 39 % contre la poliomyélite;
• 49 % contre la rougeole.

RCI avec Radio-Canada, UNICEF et Twitter

Share
Catégories : International, Politique, Santé
Mots-clés : , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions ou dans une des deux langues officielles, soit le français ou l'anglais. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

Un commentaire pour «Haïti : la rue continue de gronder à Port-au-Prince, où les manifestants demandent le départ du président»
  1. Avatar Meralus Stephen dit :

    Les choses sont devenues de plus en plus difficiles en Haiti. La vie chers crimes organisees viols vols intolerences polituqes manques de soins santés… Tous ceux rappels pour vous demander de continuer a parler Haiti aux dirigeants Canadiens de proteger les haitiens demandeurs d asile ici au Canada au lieu de leur renvoyer a la mort en Haiti. Je compte sur vous RCI