Client s'approvisionnant èa la SAQ. Crédit : Radio-Canada

Doit-on privatiser la vente d’alcool au Québec? L’IEDM répond oui!

Share

Le personnel de la Société des alcools du Québec (SAQ) débraie pour six jours. Une situation qui suscite une réflexion de l’Institut économique de Montréal (IEDM). Il estime qu’il est temps que le monopole étatique sur la vente de l’alcool cède la place à une saine concurrence.

L’heure de la libéralisation sonne depuis longtemps

Patrick Déry est analyste en politiques publiques à l’IEDM. Il croit que le débrayage actuel à la SAQ devrait ouvrir la voie à la libéralisation de la vente d’alcool. C’est plus qu’une nécessité dans un contexte où le conflit de travail pénalise les consommateurs.

Les syndiqués des 404 succursales de la Société des alcools du Québec ont quitté leur lieu de travail mardi, vers 10 h, pour une première journée de grève. Cette première journée de débrayage survient moins d’une semaine après la tenue de deux séances de négociations avec l’employeur. Les 5500 membres du Syndicat des employés de magasins et de bureaux de la SAQ (SEMB-SAQ) avaient voté à 91 % au mois de juin dernier pour un mandat de six jours de grève.

Les employés de la Société des alcools du Québec sont en grève pour la journée. Les explications d'Olivier Bachand.

« Il n’y a pas de logique à ce que le vin ou les spiritueux doivent transiter par une société d’État avant d’être vendus au consommateur, dit-il. Même du point de vue du gouvernement, cela n’a aucun sens. Le gouvernement ne possède aucune station-service, et ça ne l’empêche pas de récolter des millions en taxes sur l’essence! »

Des bouteilles de vin vendus à la SAQ. Crédit : Radio-Canada

Écoutez l’entrevue avec Patrick Déry

Écoutez

Permettre aux petits commerçants d’importer

L’IEDM met de l’avant le sondage Léger effectué en 2017. Il montre que la population est fin prête pour passer à la libéralisation.

En effet, 71 % d’entre eux croient que des commerçants indépendants devraient pouvoir importer et vendre de l’alcool directement au consommateur, sans passer par la SAQ.

Le libre marché des spiritueux constitue un modèle économique porteur d’émulation entre entreprises, ce qui permettrait aux consommateurs d’avoir un choix plus large.

Bien plus, ces derniers échapperaient plus facilement aux effets pervers du monopole étatique sur l’importation et la vente de vins qui les rendent plus vulnérables aux aléas des négociations collectives, comme c’est le cas en ce moment.

« Dans un contexte de grève, on se rend compte très rapidement que cette absence de choix pour le consommateur est une aberration. Une solution toute simple serait de laisser des petits commerçants importer et vendre du vin sans passer par le monopole de la SAQ. La même permission pourrait être accordée aux épiceries, dépanneurs et autres commerces qui désirent s’en prévaloir. »

Au-delà de la vulnérabilité du consommateur, l’IEDM pose également le problème de l’iniquité salariale qui crée une injustice criante entre les employés de la SAQ et ceux des autres secteurs de la vente en détail.

« Un employé qui entre à la SAQ gagne près de 20 $ l’heure. Bien des employés du secteur du détail rêveraient d’un tel salaire », conclut Patrick Déry.

En complément : 

Share
Catégories : Économie, Société
Mots-clés : , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*