Le navire Mont-Blanc impliqué dans l’explosion d’Halifax, en 1917 Photo : Inconnu

Il y a 100 ans, deux navires explosaient à Halifax et faisaient plus de 2000 morts

Le Canada se souvient de ce jour du 6 décembre 1917 où deux navires avaient explosé à Halifax et tué plus de 2000 personnes. Pour commémorer ce triste événement, le gouvernement alloue un montant de près de 1 million de dollars pour soutenir les projets de différents organismes de la municipalité régionale consacrés à cette commémoration.

RCI avec des informations du gouvernement fédéral, de l'Encyclopédie canadienne et de Radio-Canada

L’une des pires catastrophes du pays

Comme la tragédie du Titanic, dans l’océan Atlantique, au large de Terre-Neuve le 14 avril 1912, l’explosion de deux navires à Halifax en 1917 aura marqué plusieurs générations de Canadiens.

« Cette catastrophe, la plus grande explosion d’origine humaine jusqu’à l’avènement de la bombe atomique, a semé la mort et la désolation à Halifax, qui était alors une ville occupée pendant la guerre. Il y a eu beaucoup de héros, de premiers répondants et de personnes qui en ont sauvé d’innombrables autres et qui ont donné des alertes précoces. Nous leur rendons tous hommage et nous nous souvenons de l’aide incroyable qu’ont apportée nos concitoyens et la communauté internationale. Mais, malgré la douleur et les traumatismes, les résidents d’Halifax ont travaillé fort et reconstruit cette merveilleuse communauté avec courage et plein d’espoir pour l’avenir. Nous sommes heureux que les Canadiennes et les Canadiens puissent en apprendre davantage sur ce qui s’est passé ici et se joindre à nous pour célébrer la résilience et la force des Canadiens des Maritimes«. – M. Andy Fillmore, secrétaire parlementaire de la ministre des Institutions démocratiques et député d’Halifax

Plusieurs projets sont prévus par la municipalité régionale d’Halifax dans le cadre de cette commémoration :

  • la mise en place de repères commémoratifs bilingues.
  • la transformation d’un parc commémoratif existant, dans le but de mieux expliquer la tragédie aux résidents et aux visiteurs;
  • la création d’une application et d’un site web.
La tragédie est encore aujourd'hui, la plus meurtrière au Canada

Contexte de l’explosion 

Alors que la ville paisible et prospère d’Halifax vaque à ses multiples occupations, en tant que cité portuaire, bouillonnante d’activités et point central de l’effort de guerre canadien pendant la Première Guerre mondiale, la quiétude de ses 50 000 habitants est tout à coup perturbée par une déflagration.

L’explosion d’Halifax s’est produite le 6 décembre 1917 lorsque deux navires – l’IMO et le MONT-BLANC, dont la cale contenait 2750 tonnes d’explosifs – sont entrés en collision. L’explosion a ravagé Halifax et a fait près de 2000 morts et 9000 blessés.

Il faut également mentionner que plus de 25 000 personnes se sont retrouvées à la rue à cause des dégâts causés par cette explosion.survenue au port « K’jipuktuk » ou « Chebucta », qui signifie en français « Grand Port ». Le port d’Halifax est le point de transit de milliers de tonnes de marchandises de toutes sortes et de ravitaillements pour différents lieux engagés dans la guerre.

Du blé, du bois, du charbon, des provisions, des munitions et des armes sont transportés à Halifax en train pour repartir par voie maritime. Le port, en plus d’être le berceau de la toute jeune Marine royale canadienne, sert également de base aux vaisseaux de la Marine royale et à des navires marchands provenant d’un peu partout dans le monde lorsqu’ils ont besoin de réparations ou de réapprovisionnement. Cette effervescence propulse l’économie, multiplie les emplois et fait vibrer la petite ville d’une énergie que ses résidents n’ont pas ressentie depuis des lustres.

Clochers, cornes de brume et sirènes de navires ont retenti partout en ville pour marquer le centenaire de la tragédie.

 Les dégâts causés par l’explosion accompagnée d’un tsunami

La collision survient lorsque le navire norvégien Imo, qui devait partir d’Halifax pour New York, dans le but d’acquérir du matériel de secours destiné à la Belgique, se retrouve face à face avec le Mont-Blanc, un navire français transportant des munitions.

La position inhabituelle de l’imposant vaisseau Imo, qui s’était trompé de ligne de navigation, après son départ du « Grand Port », ainsi que plusieurs manœuvres ratées des pilotes des deux navires avaient été mises en cause dans cette collision. Des causes qui n’ont jamais été confirmées.

La collision avait fait une entaille profonde dans la coque du Mont-Blanc et provoqué l’incendie et l’explosion du navire qui avait envoyé des chocs dans toutes les directions. Cela avait entraîné des pertes énormes, aussi bien humaines que matérielles.

En plus des 2000 morts, dont 400 enfants, lImo est balancé comme un vulgaire jouet sur la rive de Dartmouth. Au même moment, une pluie de fragments de métal brûlant, soit les débris du Mont-Blanc, retombe sur Halifax, accompagnée d’un déluge noir de particules de charbon. Les quartiers nord d’Halifax et de Dartmouth subissent le plus gros des dommages. À Richmond, le paysage est apocalyptique : les arbres et les poteaux téléphoniques sont ployés, tandis que les maisons sont réduites à des tas d’éclats de bois, fendues en deux, en partie effondrées ou incendiées. Même les plus gros bâtiments et ceux faits de pierre, comme la Richmond Printing Company, ne sont plus que des ruines.

L’église Emmanuel de Dartmouth a été détruite par l’explosion. Photo : Musée maritime de l’Atlantique

Par l’entremise du Programme Commémoration Canada, le gouvernement fédéral a voulu faire revivre aux Canadiens cette page sombre de l’histoire de leur pays et souligner la résilience des gens d’Halifax pendant et après la catastrophe.

Le 100e anniversaire de l’explosion d’Halifax est un événement tragique qui a profondément marqué l’histoire de notre pays pendant de nombreuses générations. Notre gouvernement est fier de soutenir les organismes qui commémorent de tels jalons historiques. J’invite les Canadiennes et Canadiens à réfléchir au courage exceptionnel dont ont su faire preuve les gens de l’époque pour affronter ce malheureux coup du destin et reconstruire cette magnifique ville. Pablo Rodriguez, ministre du Patrimoine canadien et du Multiculturalisme
En complément :

Halifax, ville détruite 100 ans plus tard

Il y a 100 ans, en 1917 - Explosion dans le port de Halifax

Un musée extérieur pour commémorer l'explosion d'Halifax

Les retombées positives de l’explosion d’Halifax

L'explosion d'Halifax a contribué à l'offre de services pour les aveugles au Canada
Catégories : Société
Mots-clés : , , , , , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la Nétiquette.

Nétiquette
Quand vous vous exprimez dans le cadre d’une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu’un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d’accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c’est bien là l’intérêt des tribunes! La nétiquette est l’ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d’intervenir dans une tribune, il est important d’en prendre connaissance. Sinon, on risque l’expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s’inscrire, les utilisateurs sont tenus d’indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s’afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s’il existe un doute quant à l’identité de son auteur.
  2. L’usurpation de l’identité d’autrui dans l’intention d’induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d’expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l’âge, l’origine ethnique, la religion, le sexe ou l’orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l’origine ethnique, l’appartenance à une religion ou à un groupe d’âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l’agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l’exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d’un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d’injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L’échange d’arguments et de vues contradictoires est un élément clé d’un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d’un dialogue ou d’une discussion privée entre deux participants qui s’interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L’usage d’autres langues, à l’exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L’envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L’insertion d’images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L’inclusion d’hyperliens vers d’autres sites est permise, à condition qu’ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n’est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d’un texte d’autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d’Internet.
  18. Radio Canada International  n’est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*