Des réfugiés accueillis par la Gendarmerie royale du Canada après avoir traversé illégalement la frontière des États-Unis au Canada. Le 3 août 2017 à Roxham. (Crédit photo: REUTERS/Christinne Muschi)

Un organisme demande un moratoire sur les déportations d’Haïtiens

Share

Samedi matin, à Montréal, l’organisme Solidarité Sans Frontière a tenu un rassemblement pour prier le gouvernement de mettre en place un moratoire sur les déportations d’Haïtiens arrivés illégalement en sol canadien. On s’entretient sur la question avec Frantz André, militant pour la défense des droits de la personne.

« Puisque ces gens sont arrivés au pays de façon irrégulière, le mot illégal n’est pas le bon terme pour décrire la situation de ces demandeurs d’asile », tient-il à préciser.

Écoutez

Présent samedi lors de la manifestation organisée devant les bureaux de l’Agence des services frontaliers du Canada (ASFC), Frantz André a soutenu les demandes de l’organisme Solidarité Sans Frontière. « On a voulu dénoncer les déportations d’Haïtiens qui continuent d’avoir lieu et [mettre en lumière] le fait que nous avons besoin que le gouvernement canadien mette immédiatement en place un moratoire pour arrêter les déportations. »

Un moratoire avant tout pour des raisons humanitaires, précise le militant membre du Comité d’action des personnes sans statut. « Sur son site Internet, le gouvernement canadien demandait récemment à ses ressortissants de ne pas aller à Haïti ou de rentrer au plus vite s’ils étaient déjà là-bas. Les autorités ont même fermé l’ambassade canadienne. Si le Canada demande à ses ressortissants de ne pas se rendre à Haïti pour des raisons de sécurité pourquoi sommes-nous en train de déporter des gens qui ont fui leur pays pour justement des problèmes de sécurité? »

Frantz André, militant pour la défense des droits de la personne et membre du Comité d’action des personnes sans statut

Selon le militant, le moratoire devrait avoir le même cadre que celui de 2004, date à laquelle le pays était en proie à des flambées de violence. « Le Canada avait alors accueilli et protégé plusieurs milliers de ressortissants haïtiens. Le moratoire de 2004 a été reconduit plusieurs fois jusqu’en 2014. Nous croyons que la situation d’instabilité politique et sociale à Haïti présentement justifie que l’on mette en place un nouveau moratoire pour les gens qui sont déjà ici au pays. Nous demandons au gouvernement canadien de faire preuve de sensibilité. »

(Avec La Presse canadienne et Solidarité Sans Frontière)

Lire aussi:

Les Journées contre les déportations

Canada : Le moratoire sur le renvoi des ressortissants haïtiens et zimbabwéens est rétabli

Haïti: la rue continue de gronder à Port-au-Prince, où les manifestants demandent le départ du président

Share
Catégories : Immigration et Réfugiés, Politique
Mots-clés : , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

3 comments on “Un organisme demande un moratoire sur les déportations d’Haïtiens
  1. Salut,,je suis d’accord avec l’idée moratoire sur déportation,,nous avons besoin des protections,,imagine-toi je 25ans g 2 enfants je déjà rentré dans la stabilité canadienne g pontié chaque jour je intégré dans la société canadienne ,,imaginé a cause que suis sans papier vous-allez m’envoyer dans mon pays d’origine sans faire rien,,avec ma conjointe et mes enfants,,je demande la protection le gouvernement parce que je un enfant qui est né états unis ,,et un est né à Montréal suis respecté la loi et suis un responsable merci!!!

  2. Avatar Serge dit :

    Bonsoir,
    Je suis d’accord avec l’idée d’un moratoire sur les déportations. S’ils sont francophones en plus, raison de plus pour les garder.
    merci,
    Serge.

  3. Avatar Pierre D Tremblay dit :

    Bonjour, je regrette mais ils sont rentrés d’une façon illégale et il s doivent être expulsé du pays. Arrêtons de tergiverser et ouvrons nos portes à ceux qui immégrer chez nous d’une façon légale.