Un jeune béluga et sa mère, le 12 aout 2008. (Crédit photo : THE CANADIAN PRESS/Darryl Dyck)

Bélugas : les bruits dans l’estuaire du Saint-Laurent nuisent à leur survie

Share

Les bruits qui proviennent du trafic maritime dans les eaux du Saint-Laurent mettent à mal la santé des bélugas. Afin de mieux préserver l’espèce, le gouvernement du Québec a annoncé mercredi un investissement de 2 millions de dollars à l’Université du Québec en Outaouais. On en parle avec Robert Michaud, directeur scientifique et président du GREMM, le Groupe de recherche et d’éducation sur les mammifères marins.

En tant qu’espèce menacée, les bélugas du Saint-Laurent ont besoin de toute notre attention pour assurer leur survie, rappelle-t-il en entrevue. « C’est une petite population en déclin. Elle est isolée de ses voisines du nord. La population compte environ 1000 individus. On a déjà bien identifié quelques menaces à la survie des bélugas comme l’accès à la nourriture, l’impact des contaminants chimiques et le bruit. À ce titre, il doit y avoir des efforts dirigés vers l’atténuation de chacune de ces menaces. »

Écoutez

En ce qui concerne le bruit, le béluga demeure très sensible aux sonorités maritimes. « En fait, les bélugas sont de petites baleines à dents qui utilisent les sons comme les dauphins ou les épaulards pour naviguer, pour communiquer et trouver leur nourriture. Depuis une trentaine d’années, on mesure de mieux en mieux l’impact de nos activités comme les déplacements des bateaux qui ont en quelque sorte envahi l’espace acoustique de ces mammifères marins », explique le directeur scientifique.

Robert Michaud, directeur scientifique et président du GREMM (Crédit photo : Gundula Friese)

« On a maintenant des traces de plus en plus probantes de cette interférence, poursuit-il. Quand on pénètre dans l’habitat naturel des baleines avec nos bateaux, l’empreinte acoustique de nos navires vient rétrécir l’habitat des animaux. Ces observations nous forcent aujourd’hui à nous interroger sur des façons de mieux cohabiter avec les baleines. Et lorsqu’on parle de trafic maritime, la question se pose avec plus de précision. »

L’investissement du gouvernement du Québec est destiné à un programme scientifique portant sur la modélisation du trafic maritime. « Il permettra de travailler sur un modèle de simulation développé par le Dr Clément Chion de l’Université du Québec en Outaouais. Ce modèle intègre les informations qui proviennent de plusieurs projets de recherche en cours ou complétés. Il consiste à développer une plateforme vidéo dans laquelle on peut simuler le déplacement des navires avec leur empreinte acoustique. Il permet également de simuler tous les déplacements en trois dimensions des bélugas », raconte M. Michaud.

Les trois objectifs du programme

– Évaluer l’impact de la Stratégie maritime du Québec sur les mammifères marins et en particulier sur le béluga du Saint-Laurent.

– Déterminer l’efficacité, les coûts et les bénéfices de différentes pratiques ou innovations technologiques visant à atténuer ou à éviter ces impacts.

– Alimenter les processus décisionnels en communiquant les résultats du programme scientifique qui tient compte des contraintes opérationnelles et de sécurité de la navigation.

(Sources : Cabinet du ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs)

Le GREMM est une organisation sans but lucratif qui travaille pour mieux comprendre et mieux protéger les bélugas du Saint-Laurent en particulier. La science et l’éducation au service de la conservation.

Lire aussi :

Plus que 880, nos bélugas sont officiellement désignés « en voie de disparition »

Baie d’Hudson : observer en direct des bélugas

Mort soudaine d’un jeune béluga à Marineland

Share
Catégories : Environnement, Politique
Mots-clés : ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*