Des chercheurs estiment que le fait de criminaliser la non-divulgation de la séropositivité nuit à la lutte contre le sida. REUTERS/Gleb Garanich

VIH/Sida : criminaliser les séropositifs est contre-productif

Share

Des experts du sida, réunis à Amsterdam aux Pays-Bas, appellent à l’abrogation des lois qui criminalisent les séropositifs qui ne dévoilent pas leur état. Ces lois, selon les experts, nuisent au contrôle de l’épidémie.

Dans une déclaration rendue publique à la 22e Conférence internationale sur le sida, 20 experts ont dénoncé le fait que des séropositifs soient poursuivis pour non-divulgation de leur séropositivité. Au moins 68 pays ont des lois qui punissent cette non-divulgation parce qu’elle expose d’autres personnes à une transmission du virus.

Or, pour les signataires de la déclaration, il y a des cas où « il n’y avait aucune intention de nuire, où la transmission du VIH ne s’est pas faite et où cette transmission était extrêmement improbable, voire impossible ». Linda-Gail Bekker, chercheuse à l’Université du Cap (Afrique du Sud) et signataire de la déclaration, affirme que « ces lois sont inefficaces et sans justification ».

La chanteuse pop allemande Nadja Benaissa avait été condamnée à deux ans de prison avec sursis en 2010 pour avoir transmis le virus du sida à un partenaire sexuel à qui elle avait caché sa séropositivité. (REUTERS / Boris Roessler)

Méconnaissance et mythes

Selon Linda-Gail Bekker, plutôt que de réduire l’infection au VIH ou de protéger quiconque, ces lois mal conçues ont toutes les chances d’aggraver l’épidémie en détournant les gens des services et de l’information, les poussant dans la clandestinité. « La criminalisation du VIH est un phénomène croissant dans le monde qui vise injustement les séropositifs », observe pour sa part Sally Cameron de l’organisation HIV Justice Worldwide, citée par l’ONUSIDA.

Les scientifiques, dont la Française Françoise Barré-Sinoussi, prix Nobel de médecine pour la découverte du virus du sida, ont rappelé que le virus responsable du sida « n’est pas facilement transmis d’une personne à une autre ». Le risque de transmission au cours d’un rapport sexuel non protégé unique est faible. De plus, renchérit ONUSIDA, on sait aujourd’hui qu’il n’y a « aucun risque de transmission du VIH quand on embrasse, mord, érafle ».

Des souches mutantes du VIH ont été découvertes en Saskatchewan.

Souches mutantes de VIH en Saskatchewan.

Sur le front de la recherche, l’une des nouvelles préoccupantes rendues publiques à la conférence, c’est la découverte en Saskatchewan dans l’Ouest canadien de souches mutantes de VIH. Leur particularité : elles déclenchent plus rapidement les maladies liées au sida.

Des chercheurs du Centre d’excellence sur le VIH/sida de la Colombie-Britannique et de l’Université Simon Fraser ont constaté des niveaux élevés de mutations immunorésistantes dans les souches du virus chez les Autochtones de la Saskatchewan. Ce qui contraste avec ce qui a été constaté dans d’autres régions du Canada et des États-Unis.

Certaines communautés autochtones de la Saskatchewan ont un taux d’infection au VIH/Sida comparable à celui de certains pays africains.
Des communautés autochtones de la Saskatchewan ont un taux d’infection au VIH/Sida comparable à celui de certains pays africains. © ICI Radio-Canada

En présentant cette découverte jeudi à Amsterdam, Zabrina Brumme, auteure principale de l’étude et professeure agrégée en sciences de la santé à l’Université Simon Fraser, a dit que cette variante du virus avait l’air plus virulente. Les personnes infectées tombent malades beaucoup plus rapidement.

Le virus s’adapte à son hôte

L’hypothèse des chercheurs est que les maladies qui s’aggravent sont liées à des souches résistantes qui se sont adaptées au profil immunitaire spécifique des populations autochtones. Comme ailleurs dans le monde, observe Mme Brumme, le VIH s’est adapté aux populations autochtones de la Saskatchewan.

Environ 6800 patients de la clinique de la Dre Farazli auraient pu avoir été infectés par le virus de l’hépatite B et C ou par le VIH.
Le dépistage rapide du VIH et la prise de médicament sont indispensable, même en présence de souches mutantes.

La province de la Saskatchewan a l’un des taux de prévalence du VIH les plus élevés en Amérique du Nord. Certaines régions présentaient des taux de plus de 10 fois supérieurs à la moyenne nationale en 2016. Près de 8 Saskatchewanais infectés au VIH sur 10 sont des Autochtones.

Pour Jeffrey Joy, chercheur au Centre d’excellence sur le VIH/sida de la Colombie-Britannique, même si les résultats sont préoccupants, il ne faut pas s’alarmer outre mesure. Si les gens subissent des tests, ils peuvent recevoir des traitements qui restent encore efficaces même sur des souches immunorésistantes.

(Avec l’AFP, Reuters et PC)

Lire aussi

Faut-il mettre un terme à la criminalisation du VIH

VIH/Sida : la prise de médicaments a priori protégerait les séronégatifs

Lutte contre le sida : progrès notables, mais reculs préoccupants

Share
Catégories : Autochtones, International, Politique, Santé, Société
Mots-clés : , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*