L’exploitation sexuelle en ligne

L’exploitation sexuelle en ligne
Photo Credit: Radio-Canada

Un projet controversé de résidence pour les victimes d’exploitation sexuelle dès le 1er septembre à Montréal

Selon l’organisme religieux, La Sortie, à l’origine de cette initiative, les femmes en seront les premières bénéficiaires. Après avoir été exploitées sexuellement, elles pourront y recevoir l’aide dont elles ont besoin pour se réinsérer dans la société, mais il y a lieu de s’interroger sur les idéaux qui peuvent se cacher derrière un tel projet social porté par des pentecôtistes.

RCI avec La Sortie et des informations du gouvernement du Québec

Exploitation sexuelle : un fléau en expansion

L’idée d’un abri temporaire pour les femmes victimes d’exploitation sexuelle arrive à point nommé. Dans un contexte où ce fléau fait de plus en plus de victimes chez les adolescentes, il représente un point de soutien important.

Ces activités sont bien implantées et sont contrôlées, en partie, par des réseaux criminels, dont les gangs de rue. Les bars de danseuses nues, les « bars à gaffe », les salons de massage érotique, les agences d’escortes et la rue sont autant de lieux où des personnes sont exploitées sexuellement ou à haut risque de l’être. Une estimation conservatrice des services sexuels offerts au Québec a établi à plus de 2 600 000 le nombre de transactions en lien avec la prostitution commerciale au cours d’une année. Compte tenu de l’importance du nombre de lieux qui offrent des services sexuels au Québec [et en raison de la nature clandestine de cette industrie], il faut comprendre que ce chiffre pourrait être plus élevé.

C’est dans le cadre du programme « Alternative à l’industrie du sexe » que La Sortie, organisme fondé en 2013 par un pasteur de l’église évangéliste Catch the Fire, a bénéficié  d’une subvention de 180 000 $ du gouvernement fédéral pour élaborer son  modèle d’hébergement au Québec pour soutenir les victimes d’exploitation sexuelle.

La résidence, qui va ouvrir ses portes à Montréal sous peu, pourra recevoir en permanence jusqu’à cinq femmes avec un accompagnement personnalisé pour chacune.

Montréal est considérée comme l’une des plaques tournantes du tourisme sexuel en Amérique du Nord et dans le monde. Une telle structure pourrait être largement bénéfique pour les victimes, à condition que les promoteurs n’aient pas d’autres visées que celles de les aider véritablement, sans chercher à les endoctriner, ou à les enfermer dans le carcan de leurs croyances religieuses.

Des critiques se sont élevées sur le manque d’expérience de La Sortie, son approche et ses liens avec l’église, ce à quoi le directeur général de La Sortie, Ronald Lepage, répondait que « La Sortie n’est pas une mission religieuse, mais un projet séculier ».

Exploitation sexuelle. Photo : iStock

Nécessité d’une plus grande capacité d’accueil

Pour le moment, La Sortie loue une résidence pour venir en aide aux femmes dans le besoin, en attendant d’acquérir un espace plus vaste pour pouvoir y déployer efficacement ses activités.

Malgré tous nos efforts de levée de fond et le fait que nous soyons si près du but, nous n’en pouvions plus d’attendre et c’est pourquoi nous avons pris la décision de louer cette résidence dès le 1er septembre prochain. J’ai été victime moi aussi et j’aurais souhaité que La Sortie ait une chambre pour moi .Mot de Maylissa, intervenante

Le programme « Alternative à l’industrie du sexe » n’a qu’un an. Son tout premier rapport d’activités au 31 mars 2018 révèle une situation préoccupante : 116 interventions auprès de 19 participantes.

Ce sont généralement des personnes en situation d’itinérance qui vivent des problèmes de drogue et de santé. Sans oublier les risques de suicide.

Elles vivent silencieusement leur condition et refusent généralement de porter plainte, car elles ont peur des représailles des proxénètes.

Quelques fois, le fait de s’isoler vise à cacher des crimes qu’elles ont pu commettre sous la contrainte.

La Sortie privilégie, dans son approche d’intervention, la responsabilisation des victimes. Autrement, l’intervention de l’organisme vise à les inciter à agir, à prendre leurs problèmes en main, et à acquérir les compétences sociales qui faciliteront leur réintégration.

Après cette étape, les victimes sont orientées vers les services spécialisés pour un appui plus ciblé.

Aperçu de l'intervention de l'organisme La Sortie
Offrir une alternative à l’industrie du sexe.

Orienter vers les réseaux des services sociaux.

Stabiliser les situations médicale, financière et socio-judiciaire.

Trouver un bon logement, des groupes d’appartenance et un travail valorisant.

Développer des habiletés sociales et professionnelles.

Lire aussi :

Catégories : Santé, Société
Mots-clés : , , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la Nétiquette.

Nétiquette
Quand vous vous exprimez dans le cadre d’une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu’un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d’accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c’est bien là l’intérêt des tribunes! La nétiquette est l’ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d’intervenir dans une tribune, il est important d’en prendre connaissance. Sinon, on risque l’expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s’inscrire, les utilisateurs sont tenus d’indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s’afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s’il existe un doute quant à l’identité de son auteur.
  2. L’usurpation de l’identité d’autrui dans l’intention d’induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d’expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l’âge, l’origine ethnique, la religion, le sexe ou l’orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l’origine ethnique, l’appartenance à une religion ou à un groupe d’âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l’agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l’exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d’un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d’injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L’échange d’arguments et de vues contradictoires est un élément clé d’un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d’un dialogue ou d’une discussion privée entre deux participants qui s’interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L’usage d’autres langues, à l’exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L’envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L’insertion d’images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L’inclusion d’hyperliens vers d’autres sites est permise, à condition qu’ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n’est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d’un texte d’autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d’Internet.
  18. Radio Canada International  n’est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*