La SOCAN et la SODRAC annoncent l'intégration de la gestion des droits musicaux au Canada. Crédit : SOCAN

SOCAN acquiert SODRAC : guichet unique en musique pour les licences, droits d’exécution et de reproduction au Canada.

Share

Le processus d’acquisition de la Société du droit de reproduction des auteurs, compositeurs et éditeurs au Canada (SODRAC) vient d’être achevé par la Société canadienne des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique (SOCAN). Une acquisition qui annonce d’importants changements en ce qui a trait à la gestion des droits d’exécution publique et des droits de reproduction mécanique des oeuvres.

Une seule et unique organisation chargée de l’octroi de licences pour la première fois au Canada

Avec cette acquisition, la SOCAN pourra proposer une nouvelle approche de gestion qui permettra une augmentation de choix disponibles pour les éditeurs musicaux et les auteurs autopubliés, à l’égard notamment de l’octroi de licences liées à leurs droits de reproduction mécanique.

Il s’agit désormais pour le SOCAN de marquer un tournant historique en s’appuyant sur une approche intégrée.

C’est une grande première pour le Canada qui se voit doté d’un seul organisme pour gérer l’octroi des licences, effectuer le suivi des utilisations et de la répartition des redevances de droits d’auteur, aussi bien pour les droits d’exécution publique que pour les droits de reproduction mécanique.

Géneviève Côté, dhef des affaires du Québec à la SOCAN. Crédit : Jeff Knights/SOCAN

Écoutez

Les avantages d’un guichet unique

La transformation des droits musicaux au Canada ouvre une voie à l’expansion des droits de reproduction mécanique dans les activités de la SOCAN.

C’est vu de l’intérieur, par les responsables de l’organisation, comme une bonne opération sur plusieurs plans.

Économiquement, les coûts d’exploitation s’en trouveront réduits. D’autant plus que la combinaison des droits d’exécution publique et des droits de reproduction mécanique permet d’acheminer plus facilement les redevances musicales à ceux qui les ont gagnées.

L'intégration de la gestion des droits d'exécution publique et des droits de reproduction mécanique présente de nombreux avantages, dont les suivants :
Un guichet unique pour la déclaration des œuvres musicales;

Des répartitions de redevances plus rapides et plus précises, et ce, avec une réduction des coûts d’exploitation pour l’ensemble des membres qui détiennent des droits d’auteur.

Un guichet unique pour l’acquisition de licences d’exécution au service des entreprises qui utilisent de la musique.

Une représentation sur mesure des droits de reproduction de chaque titulaire.

Des économies d’échelle grâce à la simplification des relations avec les licenciés.

Membres de la SOCAN : plus de 150 000 auteurs, compositeurs, éditeurs de musique et artistes visuels. Plus de 100 000 entreprises de partout au Canada détiennent une licence « Autorisé à vous divertir ». L’expertise de la SODRAC dans le secteur des arts visuels et des métiers d’art, domaine qui comprend plus de 40 000 créateurs et titulaires de droits, sera transmise à la SOCAN. Crédit : AFP

Aboutissement d’un long processus

Du côté de la SODRAC, les responsables ont tenu à saluer cette intégration qui survient après plusieurs années de discussion et de négociation.

 Aujourd’hui, la concentration des énergies et des ressources est devenue essentielle dans un contexte où les marchés se mondialisent, où le support des droits d’auteur se dématérialise et où les moyens financiers nécessaires à la défense des droits dans un monde numérisé deviennent prodigieux. La musique ne connaissant pas de frontières, le suivi de l’utilisation des œuvres musicales exige une technologie de pointe dont bénéficient un grand nombre de titulaires de droits musicaux et d’utilisateurs de musique. Lise Aubut, présidente du conseil d'administration de la SODRAC et cofondatrice de cette organisation en 1985.
.

Pour que les deux organisations soient totalement intégrées, il va falloir passer par une phase de transition. Les équipes de la SOCAN et de la SODRAC continuent à travailler en étroite collaboration pour atteindre cet objectif de fusion.

Les employés de la SODRAC n’ont pas à s’inquiéter quant à leur avenir professionnel. Ils feront, avec leur équipe de direction, partie de la SOCAN. Le directeur général actuel de la SODRAC, Alain Lauzon, jouera désormais un rôle de conseiller spécial du chef de la direction de la SOCAN.

Le SOCAN, qui est le trait d’union entre plus de quatre millions de créateurs musicaux dans le monde, et plus d’un quart de millions d’entreprises et d’individus au Canada, voit ainsi son horizon s’élargir.

En effet, elle aura à offrir une expertise dans le secteur des arts visuels et des métiers d’art, avec ses plus de 40 000 créateurs et titulaires de droits.

Lire aussi :

La Fondation SOCAN lance un nouveau prix pour les jeunes auteurs-compositeur

Téléchargement musical payant?

Robert Charlebois et Monique Leyrac honorés au prochain gala de la SOCAN

Droits d’auteur : l’Union des écrivaines et des écrivains québécois très inquiète

Quand le milieu de l’éducation s’oppose au droit d’auteur
Share
Catégories : Arts et spectacles, Société
Mots-clés : , , , , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*