Une travailleuse humanitaire enseigne à prévenir la propagation du virus Ebola et à en reconnaître les symptômes à Freetown, en Sierra Leone.

Selon un rapport des parlementaires britanniques, les abus sexuels sont endémiques dans le secteur des ONG humanitaires
Photo Credit: PC / Michael Duff

ONG humanitaires : les abus sexuels sont « endémiques »

Share

Le secteur de l’aide humanitaire internationale est coupable de complaisance, voire de complicité, dans le scandale « endémique  » d’abus sexuels. Et les organisations caritatives sont plus préoccupées par la protection de leur réputation que le bien-être des populations vulnérables qu’elles sont censées aider. 

Le Comité sur le développement international du Parlement britannique vient de publier un rapport accablant, fruit de son enquête lancée au lendemain des révélations selon lesquelles le personnel d’Oxfam avait payé des survivants du séisme de 2010 en Haïti pour des faveurs sexuelles.

Selon le rapport, le secteur humanitaire, collectivement, a connaissance depuis des années des cas d’exploitation et d’abus sexuels par son propre personnel, mais l’attention qu’il a donnée au problème n’est pas à la hauteur du défi».

Le rapport dénonce au passage la « culture du déni » tant au sein des organisations humanitaires qu’au sein des Nations unies. Après le scandale sexuel d’Oxfam en Haïti, beaucoup plus aurait pu être fait pour s’attaquer au secret des personnes travaillant dans le secteur humanitaire, selon les parlementaires britanniques.

François Audet

On a plutôt assisté à un échec collectif de leadership, les ONG se contentant de prendre quelques mesures superficielles, sans aller au fond du problème.

François Audet est un ancien travailleur humanitaire. Il est professeur à l’École des sciences de la gestion de l’Université du Québec à Montréal et directeur de l’Institut d’études internationales de Montréal (IEIM). Il a pris connaissance du rapport des parlementaires britanniques.

Écoutez

Les enfants sont souvent des proies faciles pour des prédateurs sexuels qui parviennent à intégrer des ONG humanitaires. ( REUTERS/Damir Sagol)

Lire aussi : Peter Dalglish, travailleur humanitaire canadien arrêté au Népal et accusé de pédophilie

Quelques recommandations des députés britanniques
  • Débloquer des ressources supplémentaires pour s’attaquer au problème
  • Mettre en place une culture de tolérance zéro à l’égard de l’exploitation et des abus sexuels. C’est le minimum auquel les victimes doivent s’attendre.
  • Identifier les auteurs connus d’exploitation et d’abus sexuels grâce à l’amélioration des informations et de l’obligation de rendre des comptes.
  • Au besoin, adopter un  système de vérification des casiers judiciaires semblable à celui utilisé au Royaume-Uni. Celui-ci pourrait être adopté au niveau international afin de fournir des détails sur les allégations passées sur le comportement des postulants aux employeurs potentiels.
  • Adopter une approche proactive dans la dénonciation des actes répréhensibles et les résoudre et dans le retour d’information aux victimes et aux survivants.
  • Mettre en place un registre mondial des travailleurs humanitaires qui devront se conformer aux normes Mettre les victimes au cœur des solutions
  • Veiller à ce que les bénéficiaires de l’aide humanitaire connaissent et respectent leurs droits
  • Créer un poste de médiateur indépendant pour se pencher sur les allégations d’inconduites sexuelles
Share
Catégories : International, Politique, Société
Mots-clés : , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*