La vérificatrice générale a déposé son tout premier rapport sur la situation des finances publiques à la veille des élections au Québec. Photo : Radio-Canada

Les finances du Québec sont au beau fixe à la veille de la campagne électorale

Share

Les partis politiques québécois se préparent à se lancer dans la campagne électorale. Un rapport de la vérificatrice générale Guylaine Leclerc révèle que les prévisions économiques ainsi que les prévisions du cadre financier et de la dette, pour les années 2018 à 2021, sont plausibles sur tous les aspects importants.

 Examen de plus de 40 processus budgétaires

Guylaine Leclerc, vérificatrice générale du Québec Crédit : VGQ

La note positive sur l’état financier de la province s’appuie sur l’examen de plus de 40 processus budgétaires effectués depuis l’automne 2015, par une équipe d’une dizaine de personnes expérimentées, selon les propos de Mme Leclerc.

Il en ressort que plusieurs facteurs peuvent influer sur la réalisation des prévisions, sans toutefois modifier la conclusion du rapport. Bien au contraire, certains de ces facteurs pourraient accroître le surplus et le solde budgétaire des années examinées. Mais la condition serait que certains des effets économiques attendus tardent à se faire sentir, ce qui pourrait donner une marge de manœuvre supplémentaire au gouvernement.

Si les prévisions de la dette brute sont plausibles pour les trois prochaines années, il n’en demeure pas moins que certains facteurs peuvent faire baisser la dette. Parmi ceux-ci figure en bonne place la surévaluation du taux de réalisation des travaux en immobilisation prévus (moins de 1 % de la dette brute).

Bien d’ autres facteurs peuvent pousser cette dette à la hausse, comme des sommes additionnelles déboursées pour le projet du Réseau express métropolitain.

« Le vérificateur général est heureux d’avoir réalisé cet exercice démocratique important. Il permettra, à la veille du déclenchement des élections, à tous les partis politiques de diffuser leur plateforme électorale à partir d’assises solides. » – La vérificatrice générale

Écoutez

Renforcer la transparence du gouvernement sur la situation économique et financière du Québec

C’est la première fois que le gouvernement du Québec mandate la vérificatrice générale pour réaliser ce travail, à savoir déterminer si le budget présenté par le ministère des Finances est plausible. C’est la conclusion à laquelle elle et son équipe sont arrivées après trois années d’analyses.

excédent budgétaire de 2,3 milliards de dollars en 2017
Préalablement, le vérificateur général du Québec avait découvert un possible trou financier de 5,7 milliards de dollars pour l’année 2014-2015.

Le gouvernement du Parti québécois avait pourtant mené une campagne en faisant état d’un déficit bien moindre de 1,75 milliard.

Dans son rapport préélectoral déposé lundi, le ministre des Finances Carlos Leitao conclut que l’excédent budgétaire a atteint 2,3 milliards de dollars l’année dernière, soit 1,5 milliard de plus que prévu en raison d’une augmentation des revenus de l’impôt des particuliers et des sociétés.

Plus encore, il prévoit des surplus de 950 millions de dollars pour chacune des trois prochaines années.

Principaux constats du rapport

Le rapport pour ce qui est des revenus, des dépenses et de la dette est plausible.

Il y a des marges de manœuvre importantes. Cela fait en sorte que dans si les menaces économiques appréhendées ne se concrétisent pas, on pourrait arriver avec des surplus dans les années futures. Le surplus prévu en 2018-2019 est de 1,9 milliard de dollars. De ce montant, il convient de soustraire les sommes qui seront versées dans le Fonds des générations. À cause de ce versement, il serait possible qu’on ait en fin de compte un déficit de 635 millions de dollars.

En 2019-2020, les surplus budgétaires pourraient s’élever à 2,7 milliards de dollars. Puis en 2020-2021, ce surplus grimpera à 3,4 milliards de dollars.

Les facteurs qui pourraient augmenter les surplus 

Dans un premier temps, il y a des marges de prudence qui ont été établies par le ministère des Finances. Par exemple, un fonds de suppléance (en cas de catastrophe, comme celle de Lac-Mégantic) d’environ 300 millions de dollars par année.

Ensuite, il y a une provision du service sur la dette de 50 millions la première année et de 150 millions les années suivantes. Il y a des provisions pour éventualité, soit des taxes perçues qui ne sont pas considérées, mais il s’agit de montants qui ne sont pas très élevés, ce qui rend les prévisions plausibles.

Étant donné que les marges de manoeuvre sont assez importantes, la vérificatrice générale croit que de grands investissements peuvent se faire, prioritairement dans les domaines de la santé et de l’éducation, malgré une dette provinciale qui demeure élevée.

Share
Catégories : Économie, Politique
Mots-clés : , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la Nétiquette.

Nétiquette
Quand vous vous exprimez dans le cadre d’une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu’un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d’accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c’est bien là l’intérêt des tribunes! La nétiquette est l’ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d’intervenir dans une tribune, il est important d’en prendre connaissance. Sinon, on risque l’expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s’inscrire, les utilisateurs sont tenus d’indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s’afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s’il existe un doute quant à l’identité de son auteur.
  2. L’usurpation de l’identité d’autrui dans l’intention d’induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d’expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l’âge, l’origine ethnique, la religion, le sexe ou l’orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l’origine ethnique, l’appartenance à une religion ou à un groupe d’âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l’agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l’exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d’un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d’injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L’échange d’arguments et de vues contradictoires est un élément clé d’un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d’un dialogue ou d’une discussion privée entre deux participants qui s’interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L’usage d’autres langues, à l’exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L’envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L’insertion d’images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L’inclusion d’hyperliens vers d’autres sites est permise, à condition qu’ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n’est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d’un texte d’autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d’Internet.
  18. Radio Canada International  n’est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*