Une croix sur le toit d'une église catholique de Pittsburgh en Pennsylvanie. Le bureau du procureur de l'État de Pennsylvanie dévoilait la semaine dernière qu'une succession d'évêques et de responsables de l'Église catholique dans cet État ont déplacé des prêtres d'une paroisse à l'autre plutôt que de les signaler à la police dans le but de protéger l'Église. Photo : Reuters / Jason Cohn

Scandale des prêtres pédophiles en Pennsylvanie : 7 d’entre eux avaient été envoyé au Canada pour traitement

Share

Selon le bureau du procureur de l’État de Pennsylvanie, au moins 7 des 300 prêtres qui ont agressé sexuellement environ 1000 enfants ont été envoyés à l’époque dans la région de Toronto pour y recevoir des traitements.

Ils ont été traités à l’Institut Southdown qui se trouve à environ 65 km au nord de la Ville Reine et qui propose de l’aide psychologique spécifiquement aux membres du clergé qui éprouvent des problèmes de santé mentale, de toxicomanie et d’ordre sexuel.

Or, le rapport d’enquête des services du procureur américain précise que, malgré leur thérapie au Canada, plusieurs prêtres ont continué de faire des gestes indécents une fois revenus aux États-Unis.

Toute cette affaire inquiète beaucoup de Canadiens qui se demandent ce qu’une enquête approfondie au pays révélerait au sujet du comportement de notre propre Église catholique à l’égard de prêtres pédophiles.

Photo : Reuters/Carlos Barria

Des histoires cachées de prêtres envoyés au Canada

En 1984, peu de temps après avoir reconnu avoir agressé sexuellement un enfant de 14 ans, le révérend John Connor, de la Pennsylvanie, a été envoyé à l’Institut Southdown pour huit mois de traitement. Il a pu rentrer chez lui, mais avec la mise en garde des professionnels de l’institut à ses supérieurs qu’il ne devrait plus jamais travailler avec des adolescents.

Le révérend a tout de même finalement été assigné par l’Église à une paroisse pour travailler dans une école primaire afin d’éduquer les jeunes. L’Église lui a non seulement donné des responsabilités où il avait des contactes avec des adolescents, mais elle a aussi omis d’avertir les paroissiens qu’il était un agresseur d’enfants, indique le rapport. Selon l’enquête du procureur, le révérend John Connor aurait agressé au moins un adolescent à plusieurs reprises par la suite.

Un autre révérend, John Hoehl, a été admis à Southdown à la suite d’un rapport sur des abus sexuels en 1986. Il y a suivi un traitement d’environ six mois et a ensuite pu rentrer aux États-Unis. Au cours du traitement, on a découvert que M. Hoehl avait eu des rapports sexuels avec plusieurs adolescents lorsqu’il était directeur d’une école secondaire catholique en Pennsylvanie.

Des victimes canadiennes

Le rapport en Pennsylvanie signale également quelques agressions qui auraient été commises par des prêtres américains lors de leurs voyages au Canada.

On cite par exemple le cas de Michael G. Barletta, qui a admis avoir agressé plus de 25 enfants et jeunes hommes de 1975 à 1994. Il s’était également rendu à l’Institut Southdown, où il avait été soigné pendant certains mois de 1994 et de 1995.

Le rapport américain affirme que deux adolescents non identifiés auraient été agressés sexuellement par Michael G. Barletta dans une chambre d’hôtel à Toronto.

C’est l’expiration du délai de prescription qui a finalement empêché plusieurs prêtres d’être arrêtés et inculpés pour agressions sexuelles sur des mineurs. Photo : AFP

RCI avec La Presse canadienne et la contribution de Michel C. Auger de Radio-Canada

En complément

Au moins 7 prêtres pédophiles de la Pennsylvanie sont venus se faire soigner à Toronto – Radio-Canada 

L’archevêque de Montréal ouvert à l’idée d’un « audit » pour débusquer de possibles pédophiles – Radio-Canada 

Péchés et omissions des hommes en soutane en Pennsylvanie – Radio-Canada 

Share
Catégories : International, Politique, Société
Mots-clés : , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Répondre à Colette Knox Annuler la réponse

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions ou dans une des deux langues officielles, soit le français ou l'anglais. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

*

Un commentaire pour «Scandale des prêtres pédophiles en Pennsylvanie : 7 d’entre eux avaient été envoyé au Canada pour traitement»
  1. Avatar Colette Knox dit :

    SCANDALEUX et CRIMINEL.