Un aîné dans un foyer de soins

Un aîné dans un foyer de soins
Photo Credit: Radio-Canada

Les Canadiens rechignent-ils à payer les coûts des soins d’un proche aîné malade?

Share

 Un sondage de la Banque CIBC indique que dans une famille au Canada, seulement la moitié des membres acceptent de contribuer aux soins d’un parent âgé.

RCI avec CIBC Banque

Des coûts mensuels supplémentaires importants

Selon ce sondage, les aidants paient en moyenne 430 $ tous les mois pour contribuer au financement des soins d’un proche en raison de son âge avancé ou d’une maladie.

C’est une dépense assez importante qui devrait en principe être partagée entre les membres d’une famille, soutiennent les Canadiens sondés.

Cette idée est loin de faire l’unanimité, étant donné que seulement la moitié des membres d’une famille acceptent de participer.

Bien que la plupart indiquent que leurs frères et sœurs devraient partager le fardeau des soins apportés à un parent âgé, seulement la moitié le font (59 %), ce qui donne souvent lieu à des querelles familiales quant au partage des tâches et des coûts.

Heureusement, ceux qui acceptent de partager les coûts peuvent bénéficier d’allègements fiscaux. Mais selon le sondage, deux répondants sur cinq (43 %) ne connaissent pas l’existence de ces crédits d’impôt, et encore moins les ont utilisés (12 %).

« Prodiguer des soins à un être cher peut être gratifiant, mais cela peut également être coûteux et occasionner des querelles familiales quant à la façon dont les tâches et les coûts devraient être partagés. La meilleure façon d’aider un proche consiste à planifier et à discuter des dispositions bien avant que des soins soient nécessaires. Le fait de planifier les dépenses et de savoir qu’il est possible de se prévaloir de financement et d’allègements fiscaux peut contribuer à faire en sorte que tout le monde se sente mieux préparé pour les années à venir, lorsque des soins seront nécessaires. » Jamie Golombek, directeur gestionnaire, planification fiscale et successorale, planification financière et conseils à CIBC.

Aînée dans un CHSLD. Photo : Radio-Canada

Des avantages fiscaux, même lorsque les coûts sont partagés

Afin que la charge ne pèse pas sur quelques membres de la famille quand vient le moment de prendre soin d’un père ou d’une mère malades, la Banque CIBC souligne que les avantages fiscaux demeurent, même si toute la famille mettait la main à la pâte.

La bonne nouvelle, c’est que vous pourriez tirer parti de certains crédits d’impôt afin de réduire le fardeau financier, même si vous partagez les coûts. M. Golombek dans un nouveau rapport intitulé Aidants et souci : Alléger le fardeau financier des aidants naturels, rédigé en collaboration avec Debbie Pearl-Weinberg, directrice générale, planification fiscale et successorale, planification financière et conseils à CIBC.

Les crédits d’impôt peuvent être réclamés à titre de crédit pour frais médicaux relativement aux coûts de soins partagés avec votre parent, vos frères ou vos sœurs. D’un autre côté, chacune des personnes ayant partagé les coûts peut être admissible à un crédit canadien pour aidant naturel non remboursable de 15 % jusqu’à concurrence de 6985 $, si par exemple les frais partagés concernaient des soins administrés à un parent qui a fait appel aux services de soutien à la personne d’un préposé à temps plein.

Bien plus, il existe un crédit d’impôt pour l’accessibilité domiciliaire qui peut aller jusqu’à 1500 $ pour les rénovations et autres dépenses ponctuelles. Le crédit d’impôt pour personnes handicapées (CIPH) peut offrir des économies d’impôts fédérales de 1235 $, en plus des économies d’impôts provinciales ou territoriales, aux personnes handicapées ou à celles qui leur prodiguent des soins.

Malgré les coûts importants et malgré le fait que certains membres de la fratrie rechignent à contribuer aux soins d’un proche malade, le sondage montre que la plupart des aidants (74 %) sont reconnaissants d’avoir l’occasion d’aider, et plus que la moitié (53 %) le feraient, même s’ils mettent en péril leur propre avenir financier.

Les aidants paient en moyenne près de 430 $ par mois, une dépense imprévue pour de nombreux Canadiens. Bien que les crédits d’impôt puissent compenser les coûts, peu d’aidants les utilisent. (Groupe CNW/CIBC – Étude des besoins des consommateurs et conseils)

Principales conclusions du sondage :
Le tiers  des Canadiens offrent actuellement du soutien à titre d’aidants ou s’attendent à le faire au cours des cinq prochaines années – une proportion qui grimpe à 40 % parmi les personnes âgées de 45 à 55 ans.

Les aidants prodiguent le plus couramment des soins à un parent âgé (44 %).

Plus du tiers (36 %) des aidants actuels effectuent une contribution financière qui atteint en moyenne environ 430 $ par mois.

Soixante-seize pour cent des répondants admettent qu’ils font des sacrifices financiers en raison de leurs responsabilités d’aidants, notamment en réduisant leurs dépenses (59 %), en ayant recours à leur épargne personnelle (41 %) et en épargnant moins (41 %).

Soixante-quinze pour cent de ceux qui ne prodiguent pas encore de soins, mais qui prévoient le faire dans cinq ans, n’ont pris aucune mesure pour s’y préparer.

À lire aussi :

Share
Catégories : Santé, Société
Mots-clés : , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*