En 2017, les services d'urgence de Vancouver ont reçu plus de 6000 appels de surdoses. Photo : Radio-Canada

Intenter des poursuites judiciaires contre les fabricants des opioïdes pour résorber la crise actuelle?

Share

Un juge de l’État de Washington a récemment ordonné qu’une action judiciaire soit menée à contre une compagnie qui produit les opioïdes. Il s’agit de Perdue Pharma. La compagnie pharmaceutique est accusée d’avoir alimenté la crise des opioïdes en Amérique du Nord. Dans la foulée, la Colombie-Britannique entreprend également de mener une poursuite judiciaire contre les fabricants des opioïdes pour combler les coûts des soins de santé dus à la crise.

RCI avec Santé Canada, la Commission globale de politique en matière de drogues, Radio-Canada

L’entreprise aurait prétendu que les opioïdes présentaient un faible risque de dépendance

Perdue Pharma, qui a fabriqué l’OxyContin, est critiquée pour sa campagne mensongère au sujet des opioïdes, ce qui aurait contribué à l’exacerbation de la crise qui sévit actuellement. Selon la campagne, les opioïdes présenteraient un faible risque de dépendance.

Plusieurs autres États américains poursuivent cette même compagnie pour la même raison.

La crise a entraîné une augmentation rapide des taux de surdoses et de mortalité liés aux opioïdes d’ordonnance, aux drogues illicites, de plus en plus toxiques en raison de la présence de puissantes substances illégales, dont le fentanyl. Ce dernier est de 50 à 100 fois plus fort que la morphine.

La crise des opioïdes coûte cher, très cher, aux autorités publiques américaines. Pour 2015 seulement, Washington estime qu’elle a entraîné des dépenses de 500 milliards de dollars. Pour recouvrer leurs frais, des villes, des comtés et des États poursuivent les producteurs d’opiacés à des fins médicales.

Perdue Pharma s’est toujours défendue d’avoir mené une campagne mensongère sur les risques de dépendance aux opioïdes et réaffirmé sa volonté de contribuer aux efforts pour éradiquer la crise actuelle. Elle cessera toute publicité sur son puissant médicament antidouleur auprès des médecins. Son argument est loin de dissiper les actions collectives, même au Canada.

Des comprimés d’OxyContin Photo : Reuters/George Frey

Entente de 20 millions de dollars pour indemniser des patients canadiens

Une action collective avait été intentée par une centaine de patients canadiens, qui poursuivaient la compagnie Perdue Pharma pour ses méthodes dans la vente de l’OxyContin et de l’OxyNEO. Des juges de la Nouvelle-Écosse, de l’Ontario et du Québec avaient autorisé cette requête. La Saskatchewan devait l’autoriser par la suite.

Après cette action collective, une entente de 20 millions de dollars avait été conclue l’année dernière, dont deux millions destinés aux gouvernements provinciaux et territoriaux.

Il faut aussi préciser que la compagnie avait également eu à payer 600 millions à la suite de l’enquête fédérale américaine, qui avait permis de démontrer que Perdue Pharma avait minimisé les dangers liés à la consommation de l’OxyContin.

Au Canada, la Colombie-Britannique, l’une des provinces où la crise des opioïdes a atteint des sommets inégalés au pays, envisage de poursuivre en justice toutes les compagnies qui fabriquent les opioïdes qui sont l’objet de surordonnance de la part des médecins.

Le ministère de la Santé fédéral a depuis resserré ses règles en ce qui a trait à l’encadrement des publicités sur les médicaments. Ainsi, toute publicité trompeuse est passible de pénalités allant de 5000 $ à 5 000 000 $.

Au sujet de la crise des opioïdes

L’Amérique du Nord traverse l’une des pires crises des opioïdes de son histoire, avec une mortalité exponentielle liée aux surdoses.

Selon les experts, cette crise est alimentée par une forte progression de l’utilisation médicale des opioïdes pour renforcer le traitement des douleurs.

Une situation que les firmes pharmaceutiques ont exploitée à fond en mettant sur le marché toutes sortes de produits antidouleurs, très souvent détournés par des réseaux criminels à d’autres fins.

Le Canada est le deuxième pays du monde pour la consommation d’opioïdes par habitant, juste derrière les États-Unis.

Les opioïdes ont tué 4000 personnes au Canada en 2017, avec plus de 1400 surdoses mortelles pour la Colombie-Britannique seulement, soit une augmentation de 43 % par rapport à 2016.

Aux États-Unis, en 2016, les surdoses ont tué plus de 64 000 personnes. Aujourd’hui, ce sont 2,4 millions de personnes qui ont développé un problème de dépendance. La Virginie-Occidentale présente le plus haut taux annuel de surdoses mortelles. L’année dernière, le président Trump a classé la crise des opioïdes comme une urgence de santé publique d’ampleur nationale.

À lire aussi :

Share
Catégories : Santé, Société
Mots-clés : , , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*