Le chef du parti de la CAQ, François Legault et une travailleuse étrangère. Photo : Radio-Canada

Expulsion des immigrants: le débat s’incruste dans les élections québécoises

Share

L’élection provinciale de 2014 s’était transformée en référendum contre le projet du Parti québécois de Charte des valeurs qui visait un encadrement plus strict en public de certaines pratiques religieuses, notamment musulmanes.

L’élection du 1er octobre prochain semble tourner quant à elle de plus en plus exclusivement autour de la nécessité de limiter ou non l’arrivée des étrangers ou d’exiger d’eux de plus grands efforts de conformité ou d’allégeance.

L’afflux de demandeurs d’asile qui traversent de façon irrégulière la frontière du Québec en provenance des États-Unis, depuis deux ans, n’est pas étranger au fait que l’immigration se retrouve au coeur du débat.

Lisez:  Le nombre de demandeurs d’asile irréguliers a augmenté encore en août à la frontière

Débat entre le Parti libéral et la Coalition avenir Québec

Philippe Couillard – Photo : Radio-Canada

Le gouvernement sortant du premier ministre libéral Philippe Couillard mise sur l’immigration comme l’une des solutions pour assurer le développement des régions et une façon de soutenir le développement économique des entreprises. Il voulait même à un moment donné augmenter le nombre annuel d’immigrants de 50 000 à 60 000. Devant le mécontentement populaire, il a dû se raviser.

En avance très légèrement dans les sondages, François Legault, le chef de la Coalition avenir Québec, veut pour sa part réduire le nombre d’immigrants de 20 % à 40 000 annuellement.

François Legault – Photo : Radio-Canada

Il promet en plus de leur faire passer un test de compétence après quelques années pour voir s’ils s’intègrent bien ou non; de les renvoyer dans leurs pays s’ils échouaient.

Mardi, il a précisé les modalités de l’évaluation de français et de l’« évaluation de connaissance des valeurs du Québec auxquelles il veut assujettir ces immigrants.

Ces tests pour immigrants sont pires que la Charte des valeurs de Pauline Marois, a rétorqué mardi Philippe Couillard. « Dans les deux cas, on voulait diviser les Québécois. Avec la Charte des valeurs, on voulait les priver d’emploi. Là, on va plus loin, on veut dire : « Vous n’êtes plus désirables au Québec, vous devez quitter. »»

Le choix n’est pas que politique. Il s’avère à plus long terme économiquement stratégique pour une société vieillissante en mal de nouveaux travailleurs. Depuis 2006, les personnes immigrantes ont pourvu plus de la moitié des nouveaux emplois au Québec.

Selon le parti de François Legault, les immigrants devront passer un test d’évaluation de français et d’évaluation de connaissance des valeurs du Québec dans un délai de trois ans. Photo : La Presse canadienne/Ryan Remiorz

L’intégration et l’insertion des immigrants progresserait au Québec 

Alors que la question de l’immigration occupe une place centrale dans la présente campagne électorale, une étude dévoilée par l’Institut du Québec, mardi, tente de changer certaines impressions sur l’intégration des immigrants.

L’Institut affilié à HEC Montréal affirme que l’intégration des immigrants s’améliore notamment pour ce qui est du taux de chômage qui est désormais de 6 % pour les immigants dans la province. Non seulement les immigrants au Québec s’intègrent-ils de mieux en mieux au marché du travail, ils seraient de plus en plus nombreux, affirme l’Institut, à rester au Québec plutôt que de choisir une autre province.

Le taux de chômage chez les immigrants âgés de 25 à 54 ans a chuté de façon marquée depuis le début de l’année, passant de 8,1 % en janvier à 6 % en août, s’approchant ainsi à moins d’un demi-point de pourcentage du taux de chômage de la population québécoise en général, qui était de 5,6 %.

Un coup d’oeil plus ciblé montre toutefois que l’écart demeure important chez les immigrants âgés de 25 à 54 ans qui sont arrivés au Québec depuis moins de cinq ans. Leur taux de chômage continue de frôler les 14 % au Québec, comparativement à 9,3 % en Ontario et 7,3 % en Colombie-Britannique.

Le programme Un emploi en sol québécois vise à aider des immigrants établis depuis 5 ans et moins à se trouver un emploi en région. Photo : iStock/FatCamera

Cinq sur six restent au Québec

L’Institut révèle enfin que 84 % des immigrants arrivés au Québec en 2010 y résidaient toujours en 2015. En d’autres termes, le Québec retient cinq immigrants sur six après cinq ans. Il y a 15 ans, le taux de rétention n’était que de 75 %.

En matière de rétention d’immigrants, le Québec arrive au 4e rang au Canada, après l’Ontario (90,7 %), l’Alberta (90,3 %) et la Colombie-Britannique (86,7 %), mais devant le Manitoba, la Saskatchewan et les provinces atlantiques. Le Nouveau-Brunswick occupe l’avant-dernière place avec un taux de rétention de 48,2 % et l’Île-du-Prince-Édouard ferme la marche avec seulement 15,8 % des immigrants s’y trouvant toujours après 5 ans.

Recommandé pour vous :
Réduction de 20 % des immigrants si la Coalition avenir Québec est portée au pouvoir 

François Legault s’engage à réduire de 50 000 à 40 000 le nombre d’immigrants accueillis au Québec chaque année. Photo : Radio-Canada/Mathieu Potvin

RCI avec La Presse canadienne et la contribution de Maude Rivard, Maxime Bertrand, Kim Vermette, Julie Tremblay, Catherine Perrin et Céline Galipeau de Radio-Canada

En complément

Le Québec a encore du mal à retenir ses immigrants, selon une étude – Radio-Canada 

Intégrer les immigrants, un enjeu d’affaires et de société – RCI 

Spécial immigration et intégration au Québec – RCI 

.

Share
Catégories : Économie, Immigration et Réfugiés, International, Politique
Mots-clés : , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*