Oie blanche au Cap Tourmente

Oies blanches au Cap Tourmente
Photo Credit: Carl Boivin

Les catastrophes naturelles nuisent-elles à la migration des oiseaux?

Share

L’hiver approche. Comme chaque année, les oies blanches du Québec sont sur le point d’entreprendre leur migration vers le sud des États-Unis en Caroline du Nord. Or, l’État de la côte est vient d’être ravagé par l’ouragan Florence. Quelles sont les conséquences d’une telle catastrophe sur la migration des oiseaux? Et dans un contexte plus général, à quel point les changements climatiques bouleversent-ils les déplacements? On en parle avec Joël Bêty, professeur en biologie à l’Université du Québec à Rimouski.

On le sait. Certaines espèces animales migrent. Un besoin biologique qui permet la survie d’une multitude d’êtres vivants. « Prenons l’exemple de la naissance d’un oiseau, mentionne en entrevue Joël Bêty. Très tôt après sa naissance, il doit se nourrir pour grandir. Après un certain temps, il arrive parfois que l’endroit où l’individu est né ne soit plus propice à sa survie. Dans bien des cas, des espèces sont forcées de se déplacer pour pouvoir survivre. Elles ne peuvent pas rester. Ce sont les modifications de températures dans un habitat ou dans un milieu de vie qui est le déclencheur principal de la migration. »

La migration s’illustre par des déplacements répétés et réguliers d’un endroit à un autre, ajoute le biologiste. « Toujours chez les oiseaux, il y a des espèces qui vont migrer sur quelques centaines de kilomètres et d’autres sur des milliers de kilomètres, de leur lieu de naissance ou de reproduction jusque dans des régions dans lesquelles elles vont passer l’hiver. »

Écoutez

Parmi les espèces emblématiques du Canada qui migrent, on retrouve les canards ou les oies, dont l’oie des neiges. « Elles sont allées se reproduire au nord des terres de Baffin et passent par le Québec durant leur migration. Elles s’arrêtent ici pour faire le plein d’énergie. Les jeunes qui sont nés dans l’Arctique sont toujours en croissance. Le Québec est donc une halte sur un long trajet en direction de la côte est des États-Unis. Le retour des oies pour aller nicher dans l’Arctique se fait au printemps suivant. »

À ce titre, le biologiste rappelle que les changements climatiques ont des effets sur la migration des oiseaux.

« C’est aujourd’hui assez bien documenté à l’échelle internationale. Avec un réchauffement global des températures, on constate des changements dans le comportement migratoire des oiseaux. Généralement, les espèces qui migrent sur de plus courtes distances vont répondre plus facilement et vont migrer plus tôt dans l’année. Le grand défi pour les oiseaux migrateurs, c’est d’arriver à un endroit au bon moment, c’est-à-dire dans la période où les ressources alimentaires sont disponibles. C’est parfois plus compliqué pour les oiseaux qui migrent sur de longues distances puisqu’ils sont dépendants des transformations en ce qui concerne la durée du jour. Dans un contexte de changements climatiques, ils ne reçoivent pas les informations de changements de températures survenus à des milliers de kilomètres de distance. »

Carte de la migration de la grande oie des neiges (Crédit photo : Radio-Canada)

Selon M. Bêty, on retrouve des cas extrêmes où des espèces vont même arrêter de migrer! « Quand la température atteint un certain niveau, les conditions peuvent être suffisantes pour permettre à une espèce d’être résidente. Les conditions sont devenues assez favorables. Il y a une certaine forme d’adaptation, soit à travers les générations via la sélection naturelle, soit dans l’apprentissage des individus. Mais le problème, c’est souvent la vitesse à laquelle les changements s’opèrent en milieu naturel. Les adaptations peuvent subvenir quand les espèces ont un certain temps pour réagir. Lorsque les changements ou les perturbations sont trop rapides, cela ne laisse pas de temps aux espèces de s’adapter, ce qui peut causer une montée de la mortalité ou une baisse des naissances. »

Les choses se compliquent en cas de catastrophes naturelles. « Parce qu’elles ont accès à moins de réserves que les plus grosses espèces d’oiseaux, les plus petites espèces, tels les passereaux, sont plus vulnérables aux événements extrêmes. Ils peuvent être repoussés dans des zones moins propices à la survie. On sait que les événements extrêmes sont plus importants dans un contexte de changements climatiques. Les oiseaux migrateurs ne sont pas capables de s’adapter. Il y a alors des conséquences importantes sur la survie de ces espèces », conclut le biologiste.

Joël Bêty, professeur en biologie à l’Université du Québec à Rimouski (Crédit photo : Michel Dompierre)

Lire aussi :

L’impact d’une décision américaine sur les oiseaux migrateurs qui passent leur été au Canada

Un spécialiste canadien des oiseaux aquatiques reçoit un prix international pour son travail remarquable

Tadoussac : Corridor majeur de migration d’oiseaux en Amérique

Share
Catégories : Environnement
Mots-clés : , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions ou dans une des deux langues officielles, soit le français ou l'anglais. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*