Vue de l’épave de l’expédition Franklin

Vue de l’épave de l’expédition Franklin
Photo Credit: Archives

Les Inuits découvrent pour la première fois les artefacts des épaves de l’expédition Franklin

Share

Les artefacts retirés du HMS Erebus, dont une cruche et un toit d’horizon artificiel au mercure, ont été présentés aux Inuits de Gjoa Haven et de Cambridge Bay, au Nunavut, pour la première fois par le Comité consultatif provisoire de l’expédition Franklin.

Neuf artefacts consignés et extraits du HMS Erebus

C’est l’équipe d’archéologues subaquatiques de Parcs Canada qui a procédé à cette extraction cette saison.

Ces objets ont été découverts dans la cabine d’un officier au pont intérieur de l’Erebus. Le dévoilement a eu lieu lors de rassemblements communautaires, qui ont permis de souligner la propriété conjointe des artefacts, en présence de Catherine McKenna, ministre de l’Environnement et du Changement climatique et ministre responsable de Parcs Canada.

En effet, ces pièces historiques, ainsi que toutes les autres qui seront retirées des épaves à l’avenir, appartiennent à la fois au gouvernement du Canada et aux Inuits.

« La Fiducie du patrimoine inuit est très heureuse de voir les premiers artefacts liés à l’expédition de Franklin appartenant conjointement aux Inuits et au gouvernement du Canada et présentés aux collectivités du Nord. Nous sommes impatients de poursuivre notre collaboration avec Parcs Canada afin de conserver et de mettre en valeur les artefacts du HMS Erebus et du HMS Terror et de partager les perspectives inuites sur l’histoire de Franklin. », a déclaré William Beveridge de Fiducie du patrimoine inuit

Le gouvernement du Royaume-Uni a gardé les 65 artefacts retirés antérieurement du HMS Erebus à titre d’échantillon représentatif de leur importance et de leur symbolisme.

Plus tôt cette année, le Royaume-Uni avait fait cadeau au Canada de tous les artefacts qui restent encore à découvrir dans les épaves.

Emluminure ancienne montrant deux bateauz trois-mâts aux voiles sorties et une petite barque en avant-plan.

Les deux navires de l’expédition Franklin, disparus en 1846 dans le Grand Nord canadien, ont été retrouvés respectivement en 2014 et en 2016.  Photo : Illustrated London News – Getty

En complément d’information au sujet de l’expédition Franklin.

Un texte de Catherine François

Ils sont partis en mai 1845 de Grande-Bretagne en direction de l’Arctique, avec à leur tête le Britannique sir John Franklin, dans le but de trouver et de cartographier le fameux passage du Nord-Ouest, qui permettrait de relier plus rapidement l’Europe à l’Asie. Mais ils ne sont jamais revenus. C’est ce que raconte l’exposition Périr dans les glaces : le mystère de l’expédition Franklin, présentée jusqu’au 30 septembre au Musée canadien de l’histoire, à Gatineau.

Des photos montrent les fouilles archéologiques qui ont mené à la découverte des corps des 129 membres de l'équipage, morts prisonniers des glaces.

Les 129 membres de l’équipage de l’expédition Franklin sont morts les uns après les autres, prisonniers des glaces dans un territoire inhospitalier. Photo : Radio-Canada/Catherine François

Deux navires – le HMS Erebus et le HMS Terror – équipés des meilleures technologies de l’époque ont conduit cette expédition, la plus ambitieuse jamais menée par la Royal Navy dans sa conquête de l’Arctique. Ils transportaient des provisions prévues pour plus de deux ans de navigation pour un équipage de 129 hommes.

Relever le défi de la conservation

Les artefacts récupérés du HMS Erebus seront transférés au laboratoire de Parcs Canada où ils subiront des traitements aux fins de conservation. Ils y seront étudiés pendant de nombreux mois.

Pour ce qui est de la suite de la gestion de ces artefacts, il revient à Parcs Canada et à la Fiducie du patrimoine inuit, qui collabore à l’élaboration d’un programme d’entente (PE), de confirmer comment cela se fera.

Il faut préciser que l’enquête en cours de Parcs Canada sur le HMS Erebus et le HMS Terror est menée en collaboration avec les Inuits. Elle est considérée comme l’une des plus importantes et des plus complexes entreprises archéologiques sous-marines de l’histoire du Canada, qui permettra d’extraire des milliers d’artefacts restants des deux épaves. Ces artefacts pourraient comprendre des manuscrits qui permettront peut-être de mieux élucider le mystère de l’expédition Franklin.

RCI avec des informations de Parc Canada

À lire aussi :

Share
Mots-clés : , , , , , , , , ,
Publié dans : Autochtones, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*