Les femmes qui présentent des anomalies cellulaires cervicales graves ou modérées qui n'ont pas été traitées présentent un taux de cancer du col de l'utérus de 1,1 %, contre 0,3 % chez les femmes ayant reçu un traitement Photo Credit: iStockphoto

Le virus du papillome humain cause plusieurs types de cancers et touchera 3 personnes sur 4

Share

Le virus du papillome humain (VPH) a des effets dévastateurs sur le corps humain. Cela pousse certains pays à se mobiliser pour mettre la population à l’abri. À l’occasion de la deuxième semaine annuelle de prévention, le Canada mise sur la sensibilisation pour attirer l’attention sur l’importance de se prémunir contre les ravages de ce virus qui est responsable de plusieurs cancers.

RCI avec HPV prevention week, l'Alliance des communautés culturelles pour l'égalité dans la santé et les services sociaux, le gouvernement du Canada et Radio-Canada

Une des maladies les plus courantes transmissibles sexuellement

À quelques jours du lancement de la deuxième semaine annuelle de sensibilisation aux dangers du VPH, plusieurs informations sont offertes au public pour l’éclairer davantage sur ce virus qui peut causer la mort s’il n’est pas évité, dépisté et pris en charge à temps.

C’est un virus très sournois qui est présenté comme une des maladies sexuellement transmissibles les plus courantes au Canada et partout ailleurs dans le monde. Les plus chanceux pourront en guérir. Mais, chez certaines personnes, les conséquences peuvent être graves et mortelles.

Le VPH cause des verrues génitales ainsi que plus d’une dizaine de cancers, dont le cancer du vagin et de la vulve, du pénis, de la bouche et de la gorge.

Quelques données sur les ravages du VPH :

Dans une étude pancanadienne dont les résultats sont publiés dans le Journal de l’Association médicale canadienne, les chercheurs estiment que l’incidence des cancers de l’oropharynx liés au VPH aurait augmenté de près de 50 % de 2000 à 2012.

La Société canadienne du cancer indiquait en 2016 que 1335 Canadiens avaient appris en 2012 qu’ils souffraient d’un cancer de la bouche ou de la gorge lié au VPH. Cette même année, 372 Canadiens en sont morts.

Le VPH est responsable de ces verrues. Ne pas se vacciner peut favoriser des infections. Crédit : ACCESSS

On estime que jusqu’à 75 % des femmes et des hommes actifs sexuellement contracteront le VPH à un moment de leur vie et plus de 3500 Canadiens, dont le tiers sont des hommes, ont reçu un diagnostic de cancer lié au VPH en 2012. Grâce au dépistage et à la vaccination, certaines infections peuvent être évitées. 

Selon les chercheurs, la détection précoce de ces cancers permet une meilleure prise en charge. À titre d’exemple, des tests de détection du cancer du col qui se révèlent anormaux nécessiteront des biopsies qui pourront mener à des traitements pour détruire les cellules précancéreuses.

D’un autre côté, il a été démontré que la vaccination avant les premières relations sexuelles se révèle efficace contre la plupart des infections au VPH sexuellement transmissible.

« Il est possible de réduire la transmission en adoptant des pratiques sexuelles plus sûres, notamment en utilisant systématiquement et correctement le condom et en réduisant le nombre de partenaires sexuels. L’abstinence sexuelle, quant à elle, offre une protection contre toutes les infections sexuellement transmissibles. À l’heure actuelle, trois vaccins contre le VPH sont approuvés au Canada :

  • Gardasil®
  • Gardasil®9
  • Cervarix

Ces vaccins sont approuvés pour utilisation chez les filles et les femmes de 9 à 45 ans et chez les garçons et les hommes de 9 à 26 ans. »

Une étude albertaine démontre l'efficacité du vaccin contre le VPH dans la prévention du cancer du col de l'utérus.

Des études démontrent l’efficacité du vaccin contre le VPH dans la prévention du cancer du col de l’utérus.   Photo : CBC

Renseigner les Canadiens sur l’importance de la prévention

La deuxième semaine annuelle de sensibilisation, qui commence le 1er octobre, est une occasion pour sortir une bonne partie de la population canadienne de l’ignorance.

Au Canada, les petits plats sont mis dans les grands pour faire de cette sensibilisation un succès sur toute la ligne en raison de l’enjeu de santé public

La sensibilisation démarrera avec une réception à Ottawa. Au-delà des petits fours, la semaine est une invitation à l’action en vue de la prévention.

La mobilisation est importante. Des médecins, une victime de VPH et des représentants d’organismes caritatifs seront là pour répondre aux préoccupations du public.

Un sport roi au Canada au service de la sensibilisation : le Hockey

Le 1er octobre, le défi sur les réseaux sociaux Lance et compte contre le VPH mettra les Canadiens au défi de prendre un bâton de hockey et une rondelle, et de téléverser une vidéo d’eux-mêmes tirant au but en utilisant #CANADAvsVPH.

Des filets de hockey seront mis en place sur la colline du Parlement de 8 h 30 à 14 h lundi et les médias sont invités à se joindre au défi.

À lire aussi :

Share
Catégories : Santé, Société
Mots-clés : , , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*