Des employés de Postes Canada travaillent au centre de distribution de Dieppe, au Nouveau-Brunswick.

Des employés de Postes Canada travaillent au centre de distribution de Dieppe, au Nouveau-Brunswick.
Photo Credit: ICI Radio-Canada/Antoine Trépanier

L’Accord États-Unis-Mexique-Canada sonne-t-il la privatisation du service postal public?

Share

L’Association canadienne des maîtres de poste et adjoints (ACPMA) estime que le nouvel Accord États-Unis-Mexique-Canada est une attaque contre le service postal public. Selon l’ACMPA, les nouvelles règles relatives aux droits transfrontaliers contenues dans cet accord favorisent les grandes entreprises de messagerie privées, dont UPS, au détriment de Postes Canada qui se trouve défavorisée.

Les motifs de l’exaspération

Daniel Maheux, premier vice-président national de l’ACMPA. Crédit : ACMPA

Dans une entrevue avec Alice Chantal Tchandem, Daniel Maheux, premier vice-président national de l’ACMPA, relève que le nouvel accord négocié par le gouvernement fédéral créera une injustice pour les Canadiens des régions rurales.

En vertu de cet accord, plus de 3000 bureaux de poste ruraux risquent de perdre leurs clients des villes et villages.

« Lorsque les gens sont obligés de payer davantage pour des envois par Postes Canada, ceux des villes et des villages qui ont le choix iront ailleurs, privant lentement nos bureaux de poste du revenu dont ils ont besoin. Les zones rurales moins rentables pour l’aspect livraison seront sacrifiées », a affirmé Daniel Maheux.

En effet, le nouvel accord contient de nouvelles règles sur les droits transfrontaliers qui défavorisent Postes Canada, observe M. Maheux.

En vertu de l’AEUMC, la barre hors taxe passe de 20 $ à 40 $ sur les achats en ligne aux États-Unis, mais les articles par Postes Canada ne sont pas admissibles à l’exemption.

Cela est perçu à Postes Canada comme une subvention déguisée pour les grandes entreprises de messagerie privées qui ne livrent pas dans les régions rurales du Canada.

Écoutez

Les nouvelles règles transfrontalières interviennent dans un contexte où « les revenus tirés des colis par Postes Canada ont augmenté de 110 millions de dollars, soit 24,6 %, au cours du trimestre clos le 31 mars 2018, pour s’établir à 593 millions de dollars, tandis que les volumes de ces activités ont progressé de 17 millions d’articles, ou 33 %. Cela s’explique par la croissance continue du cybercommerce et par les efforts déployés pour se démarquer de la concurrence.

»

Une femme répartit des colis dans de grands bacs en métal au centre de tri du courrier d'Edmonton..

Centre de tri de Postes Canada Photo : Radio-Canada

Postes Canada bientôt privatisée 

L’Association canadienne des maîtres de poste et adjoints est exaspérée que les libéraux fédéraux aient écarté Postes Canada de ces nouvelles règles sur les droits transfrontaliers dans le nouvel accord.

Elle considère à présent que Justin Trudeau et son équipe n’ont pas respecté leur engagement de ne pas privatiser Postes Canada. Le fait que le nouvel accord commercial États-Unis-Mexique-Canada accorde un traitement préférentiel aux services de messagerie privés apparaît à ses yeux comme un geste de haute trahison, avec pour conséquence évidente la privatisation déguisée de Postes Canada.

Postes Canada serait ainsi exclue du commerce rentable des colis, ce qui risque de se traduire en pertes colossales en raison de la taille des concurrents que sont Amazon, UPS et autres géants du secteur.

Alors que Postes Canada est souvent le seul choix possible pour la livraison de produits achetés en ligne pour bon nombre de régions rurales, les nouvelles règles pénaliseraient gravement le Canada rural.

L’ACMPA entend saisir les députés à Ottawa avant la ratification de cet accord qui annonce peut-être la privatisation prochaine de Postes Canada, a conclut Daniel Maheux.

À lire aussi :

Share
Catégories : Économie, Politique
Mots-clés : , , , , , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*