La candidate à l’investiture pour le Parti conservateur uni de l’Alberta dans la circonscription d’Edmonton-West Henday, Nicole Williams, (seconde à gauche), posant en compagnie de membres du groupe suprémaciste blanc Soldiers of Odin lors d’un événement du parti dans un bar de la circonscription. (Facebook)

Alberta : les conservateurs veulent prendre leur distance des Soldats d’Odin

Les Soldats d’Odin, vous connaissez?

Groupe identitaire xénophobe et islamophobe, les Soldats d’Odin (SOO) ont vu le jour en Finlande en 2015 dans l’esprit d’un suprémaciste blanc, Mika Ranta, qui voulait créer une barrière sur l’ensemble des pays scandinaves à ce qu’il dénonçait comme étant une invasion musulmane qui entacherait la pureté raciale nordique, dans la foulée des arrivées de réfugiés, essentiellement syriens, en raison de la guerre.

Ajoutons aussi que les Soldats d’Odin, au-delà de leurs allégeances à la théorie de la suprématie de la race blanche et à leur haine des musulmans tirent leur modus operandi des chemises brunes du nazisme allemand des années 30.

En Alberta, des candidats à l’investiture conservatrice provinciale créent un certain inconfort à la tête du parti

Depuis qu’il a réussi à fusionner la droite en Alberta – PC et Wild Rose Party – en créant le Parti conservateur uni (PCU), l’ancien ministre fédéral Jason Kenney a le vent dans les voiles.

Voilà qu’un événement récent crée un sérieux malaise dans le parti qu’il dirige.

Des photos de candidats à l’investiture du PC albertain dans la circonscription d’Edmonton-West Henday, prises lors d’un rassemblement dans un bar ,ont été mises en ligne sur la page Facebook des SOO montrant ces candidats et des membres dûment identifiés.

Dès la parution et l’ébruitement de l’affaire, le Parti conservateur uni de l’Alberta s’en est dissocié, affirmant dans un communiqué que « les opinions haineuses n’ont pas leur place en son sein ».

Ne pas savoir!

Devant tout ce brouhaha, le président de l’association locale du Parti conservateur uni, Terry Howlett, a déclaré ne pas connaître le sens de l’abréviation SOO. L’eut-il su qu’il aurait exigé l’expulsion des sympathisants d’extrême droite.

La candidate Nicole Williams a commenté l’affaire sur Twitter :

« I was completely unaware of what SOO stood for. I know now, and I do not share the despicable views of this group

(Trad. : Je n’avais aucune idée de ce que voulait dire SOO. Je le sais maintenant et je ne partage en rien les opinions abjectes de ce groupe.)

Des candidats autochtones pris pour cible

La candidate à l’investiture pour le Parti conservateur uni de l’Alberta dans la circonscription d’Edmonton-West Henday Leila Houle (à gauche), elle aussi posant en compagnie de membres du groupe suprémaciste blanc SOO lors d’un événement du parti dans un bar de la circonscription. (Facebook)

Sur sa page Facebook, la candidate Leila Houle a dit :

  «   As an Indigenous woman, I condemn — in the strongest possible way — the SOO, and the violent, racist activity they have been attached to in Edmonton and across Canada. I have spent my entire life fighting prejudice and am painfully aware that this fight is an ongoing one. »

(Trad. : En tant que femme autochtone, je condamne – de la manière la plus forte possible – les SOO et leurs activités violentes et racistes à Edmonton et au Canada. Toute ma vie, j’ai combattu les préjudices et je suis douloureusement très consciente que cette lutte se poursuit encore.)

Quant au chef du parti, Jason Kenney, ce dernier s’est servi de son compte Twitter pour vilipender les actions des SOO et de tout groupe d’extrême droite, affirmant que cet appui à son parti nuit à l’image de sa formation.

De plus, il affirme que cette présence des sympathisants des SOO dans l’entourage du PCU nuit à la campagne de ses candidats autochtones.

Scepticisme chez les néo-démocrates au pouvoir à Edmonton

Par voie de communiqué, le gouvernement provincial néo-démocrate de l’Alberta s’interroge sur la profondeur de la réaction anti-SOO du PCU.

D’après des informations de CBC et de La Presse canadienne

Pour en savoir plus :

Soldiers of Odin – Québec (Montréal antifasciste Info)

Les Soldats d’Odin, un groupe d’extrême droite en pleines luttes intestines (Radio-Canada)

L’extrême droite en Alberta – en anglais (Edmonton Journal)

Odin, le plus puissant des dieux du panthéon nordique (Mythologie nordique)

Catégories : Politique, Société
Mots-clés : , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la Nétiquette.

Nétiquette
Quand vous vous exprimez dans le cadre d’une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu’un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d’accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c’est bien là l’intérêt des tribunes! La nétiquette est l’ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d’intervenir dans une tribune, il est important d’en prendre connaissance. Sinon, on risque l’expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s’inscrire, les utilisateurs sont tenus d’indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s’afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s’il existe un doute quant à l’identité de son auteur.
  2. L’usurpation de l’identité d’autrui dans l’intention d’induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d’expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l’âge, l’origine ethnique, la religion, le sexe ou l’orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l’origine ethnique, l’appartenance à une religion ou à un groupe d’âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l’agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l’exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d’un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d’injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L’échange d’arguments et de vues contradictoires est un élément clé d’un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d’un dialogue ou d’une discussion privée entre deux participants qui s’interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L’usage d’autres langues, à l’exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L’envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L’insertion d’images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L’inclusion d’hyperliens vers d’autres sites est permise, à condition qu’ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n’est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d’un texte d’autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d’Internet.
  18. Radio Canada International  n’est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*