Une infirmière ajuste des solutés branchés à un patient. Crédit photo: Radio-Canada.

Le Québec compte plus de 75 000 infirmières dont 70 489 occupent un emploi en soins infirmiers et ce n’est pas assez!

Share

La deuxième province la plus populeuse au pays, avec 8,4 millions de citoyens, vient de dépasser le cap des 75 000 infirmières inscrites à l’Ordre des infirmières et infirmiers du Québec (OIIQ). L’année précédente, elles étaient 74 254. Il ne s’agit donc que d’une faible augmentation de moins de 1 %.

Le CHUM au centre-ville de Montréal – Photo : SRC

Cette faible hausse masque à peine la grave pénurie de personnel infirmier qui existe au Québec et dans d’autres provinces canadiennes.

L’an dernier, par exemple, une trentaine d’infirmiers et infirmières ont été recrutés lors d’une mission en France par le Centre hospitalier universitaire de Montréal. Mais les objectifs du CHUM de trouver une centaine de candidats en France n’ont pas été atteints.

« Ça augmente d’année en année, de petites augmentations, mais on reste en augmentation », répliquait en entrevue Daniel Marleau, analyste en intelligence d’affaire à l’OIIQ, mardi.

La situation au Canada dans son ensemble
– Au total, 425 757 infirmières et infirmiers réglementés avaient un permis d’exercice actif l’an dernier selon des chiffres fournis par l’ Association des infirmières et infirmiers du Canada.
– 398 845 des infirmières et infirmiers réglementés possédant un permis d’exercice au Canada ont dit être employés dans leur profession.
– La croissance annuelle de l’effectif infirmier réglementé a ralenti à moins de 1 %, presque la même chose qu’au Québec, soit le niveau le plus faible au cours des 10 dernières années.

De trop faibles augmentations : une menace à la santé des patients

Siège social de la Maison des infirmiers et infirmières du Québec. Photo : OIIQ

En révélant ses chiffres, l’Ordre n’a pas voulu raviver une dispute politique qui grondait depuis plusieurs mois sous le gouvernement provincial libéral, défait il y a trois semaines. Il ne se prononce pas quant à savoir s’il y a ou non pénurie d’infirmières.

« Une pénurie, c’est une différence négative entre l’offre et la demande. Nous, on ne chiffre pas la demande de soins. On ne chiffre pas les postes vacants. Nous, tout ce qu’on chiffre, c’est l’offre. Et l’offre est en croissance. Il y a plus d’infirmières qui donnent des soins. Est-ce que c’est suffisant pour rencontrer les besoins et la croissance de ces besoins? Ça, on n’a pas cette réponse-là », a expliqué le porte-parole Daniel Marleau.

En janvier dernier pourtant, la présidente de l’OIIQ, Lucie Tremblay, affirmait que « ça crie de partout ». Parmi les situations malsaines qu’elle mentionnait : heures supplémentaires obligatoires, surcharge de travail, infirmières affectées à des tâches autres qu’aux soins infirmiers, etc.

Voyez l’impact sur notre santé des conditions de travail difficiles des infirmières

Un sondage Léger commandé par la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec révélait l'an dernier que quatre Québécois sur cinq estiment que les infirmières sont surchargées.

Le danger pour la santé et la vie des patients des heures supplémentaires obligatoires

Des infirmières dans une unité de soins d’un hôpital. Photo : Radio-Canada

Au Québec, lorsque le nombre d’heures supplémentaires des infirmières augmente de 5 %, le risque de mortalité des patients grimpe quant à lui de 3 %, révèle une étude récente menée par l’Université de Sherbrooke et par l’Université McGill. Elle montre que la gestion des heures de travail du personnel infirmier a un impact majeur sur la détérioration des soins offerts au patient.

Le professeur Christian Rochefort, ancien cadre dans le réseau de la santé, et aujourd’hui professeur adjoint à la Faculté de médecine et des sciences de la santé de l’Université de Sherbrooke, démontre qu’une augmentation même marginale des heures supplémentaires fait grimper le risque de mortalité du patient.

Le professeur Rochefort rappelle que des règles de sécurité empêchent les camionneurs de conduire au-delà d’un certain nombre d’heures. C’est la même chose pour les pilotes d’avion. Il se demande alors pourquoi le travail des infirmières n’est pas mieux réglementé. « Les infirmières, ce n’est pas banal, ce qu’elles font. Elles donnent des soins, elles jouent avec des médicaments, elles s’occupent de gens qui ont des problématiques de santé complexes. »

Manque de personnel et heures supplémentaires obligatoires : les infirmières n’en peuvent plus. Elles se disent épuisées par la surcharge de travail. Photo : Radio-Canada

De faibles augmentations de personnel qui sont tout de même positives

Une tendance à la hausse reste une bonne affaire, affirme de son côté le syndicat des infirmières. Les chiffres de l’OIIQ sont une excellente nouvelle, se réjouit Nancy Bédard, présidente de la Fédération interprofessionnelle de la santé, l’organisation syndicale qui représente la grande majorité des infirmières au Québec.

« Malgré toutes les années difficiles qu’on vient de passer, avec la réalité de la pratique actuelle, qui comporte de grands défis, c’est vraiment bien qu’autant de gens viennent encore dans la profession », a souligné la dirigeante syndicale.

Elle s’empresse d’ajouter un bémol : vont-elles venir pratiquer dans le réseau public, là où les besoins sont grands.  « Le défi c’est de rendre le réseau public de santé attractif et de s’assurer qu’il y a un maximum de ces professionnelles en soins qui vont venir travailler dans ce réseau-là. »

Et pour rendre le réseau public plus intéressant, il faut diminuer la charge de travail des infirmières et le recours aux heures supplémentaires obligatoires, plaide Mme Bédard.

Qu’ont donc les médecins canadiens à être à ce point déprimés?

Une bonne partie des étudiants en médecine connaissent le surmenage avant même de commencer à exercer leur profession. Photo : iStock

RCI avec La Presse canadienne et la contribution de Véronique Prince, Vincent Maisonneuve, Nathalie Lemieux, Florence Ngué-No, Claude Bernatchez et Jhade Mompetit de Radio-Canada

En complément

Pourquoi des infirmières diplômées abandonnent-elles ce métier en pleine pénurie? – RCI 

Les médecins ont aussi besoin d’être soignés : plus de la moitié d’entre eux serait en détresse psychologique – RCI 

Tous épuisés, infirmiers comme médecins résidents : le système de santé québécois à l’agonie? – RCI 

Share
Catégories : Politique, Santé
Mots-clés :

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la Nétiquette.

Nétiquette
Quand vous vous exprimez dans le cadre d’une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu’un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d’accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c’est bien là l’intérêt des tribunes! La nétiquette est l’ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d’intervenir dans une tribune, il est important d’en prendre connaissance. Sinon, on risque l’expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s’inscrire, les utilisateurs sont tenus d’indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s’afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s’il existe un doute quant à l’identité de son auteur.
  2. L’usurpation de l’identité d’autrui dans l’intention d’induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d’expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l’âge, l’origine ethnique, la religion, le sexe ou l’orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l’origine ethnique, l’appartenance à une religion ou à un groupe d’âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l’agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l’exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d’un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d’injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L’échange d’arguments et de vues contradictoires est un élément clé d’un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d’un dialogue ou d’une discussion privée entre deux participants qui s’interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L’usage d’autres langues, à l’exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L’envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L’insertion d’images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L’inclusion d’hyperliens vers d’autres sites est permise, à condition qu’ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n’est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d’un texte d’autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d’Internet.
  18. Radio Canada International  n’est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*