CBC-Famille

Une Canadienne parmi les victimes de la fusillade qui a fait 11 morts dans une synagogue de Pittsburgh

Share

Huit hommes et trois femmes, dont l’âge varie de 54 à 97 ans, ont été tués samedi lors de la fusillade à la synagogue Tree of Life à Pittsburgh. Joyce Fienberg, une Torontoise de 75 ans, est l’une des victime de ce crime qualifié de haineux par la justice américaine et qui pourrait valoir à son auteur la peine de mort.

Joyce Fienberg a grandi à Toronto ,où elle fréquentait le temple Holy Blossom. Elle a par la suite déménagé aux États-Unis et vécu dans plusieurs villes.

Le rabbin du temple de Toronto qu’elle fréquentait, Yael Splansky, a publié sur Facebook un hommage à Joyce Fienberg. « Je ne la connaissais pas. Elle s’est mariée ici avant mon arrivée. Mais je passe devant elle tous les jours. La photo de sa classe de confirmation est sur notre mur d’honneur », a-t-il écrit.

« Toute une génération de membres de Holy Blossom qui ont grandi ici avec elle, qui sont allés à l’école avec elle et qui ont célébré son mariage ici à Holy Blossom », a-t-il ajouté.

Son mari, Stephen Fienberg, était expert en criminalité
Le mari de Joyce Fienberg, décédé en 2016, était professeur de statistiques et de sciences sociales à l’Université Carnegie Mellon. Ses travaux ont servi à façonner des politiques nationales américaines en matière de criminalité, d’éducation et de justice pénale.

Joyce Fienberg, à droite, avec son mari, Stephen Fienberg, décédé en 2016.

Des Canadiens réagissent à cet horrible acte de terreur

Un rassemblement s’est tenu dimanche à Ottawa pour commémorer les victimes de la tuerie survenue à Pittsburgh un jour plus tôt. Photo : Radio-Canada/Dereck Doherty

À Montréal, plus d’une centaine de personnes, bravant la pluie, se sont rassemblées dimanche après-midi pour se recueillir et manifester contre l’antisémitisme devant le musée de l’Holocauste, où la sécurité avait été renforcée.

Des rassemblements de ce genre pour rendre hommage aux victimes de la fusillade dans une synagogue de Pittsburgh et condamner l’antisémitisme ont eu lieu dimanche aussi à Toronto ainsi que dans plusieurs autres villes canadiennes.

« Nous assistons à une recrudescence des actes antisémites à travers la planète. Aux États-Unis seulement, il y a eu une augmentation des incidents antisémites de 50 % au cours de la dernière année », explique Jacques Saada, président de la communauté séfarade unifiée de Québec.

Les fédérations juives du Canada et le Centre consultatif des relations juives et israéliennes (CIJA) affirment avoir reçu des assurances que la présence ou les patrouilles policières ont été renforcées près des lieux de culte ou institutions juives au Canada, « bien qu’il n’y ait pas d’informations faisant craindre un accroissement de la menace pour les communautés juives au Canada ».

De nombreuses personnalités politiques canadiennes ont condamné la fusillade à commencer par le premier ministre Justin Trudeau, qui a dénoncé une « horrible attaque antisémite ».

La synagogue Tree of Life de Pittsburgh Photo : The Associated Press/Pam Panchak

Ce que l’on sait sur le présumé tueur

Le suspect, un résident de Pittsburgh, a été atteint par balle et se trouve dans un état satisfaisant dans un hôpital, selon les autorités.

Robert Bowers est un homme de 46 ans. Il n’était pas connu des services de police. 

« Il était remarquablement normal, c’est effrayant », a déclaré à l’AFP Chris Hall, 28 ans, qui vivait dans le même complexe que Robert Bowers à une demi-heure en voiture de la synagogue.

En un an et demi de voisinage, le jeune homme n’a remarqué ni autocollants suspects ni déclarations antisémites. « J’aurais tellement aimé qu’il y ait quelque chose, dit-il, visiblement ébranlé. J’aurais pu donner l’alerte. »

Il a agi seul. Il était muni d’un fusil d’assaut et de trois armes de poing, ont indiqué les forces de l’ordre.

Deux heures avant qu’il entre dans la synagogue Tree of Life et n’y ouvre le feu pendant un service religieux, il a publié, sur le site de discussion Gab.com, un article en ligne sur la Hebrew Immigrant Aid Society (HIAS), une organisation sans but lucratif qui aide les réfugiés et immigrants aux États-Unis.

« HIAS aime faire venir des envahisseurs qui tuent notre peuple. Je ne peux pas rester là à regarder mes hommes se faire massacrer. J’y vais », a écrit Bowers.

RCI avec La Presse canadienne, CBC, AFP et la contribution de Radio-Canada

En complément

Fusillade à Pittsburgh : les victimes identifiées, l’enquête progresse – Radio-Canada 

Fusillade à Pittsburgh : le présumé tireur fait face à 29 chefs d’accusation – Radio-Canada 

Fusillade mortelle dans une synagogue à Pittsburgh – Radio-Canada 

Share
Mots-clés : , , , , ,
Publié dans : International, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*