400 emplacements, villes et villages à travers le Canada perdent leur service d'autobus. (YouTube)

Le service d’autobus Greyhound dans l’Ouest canadien cesse à minuit : que vont faire les Canadiens?

L’arrêt du service d’autobus Greyhound à compter de ce 31 octobre signifie que des dizaines et des dizaines de communautés au pays se retrouvent sans roue de secours pour transporter les touristes ou leurs travailleurs.

Un des derniers trajets de la ligne Thunder Bay-Sudbury, dans le nord de l’Ontario. Photo : Radio-Canada/Justine Cohendet

Le service d’autocar, qui cesse d’exploiter tous ses trajets dans l’ouest du pays, exception faite de celui qui relie Vancouver à Seattle, effectuait 360 arrêts dans des communautés des quatre provinces de l’Ouest canadien. Et 300 de ces arrêts ne sont uniquement desservis que par Greyhound.

Le retrait de la compagnie de cette région du Canada créera donc, dans plus de la moitié du Canada, d’immenses zones rurales déconnectées les unes des autres et du reste du pays.

Cette rupture de service ne touche pas les régions plus rentables et populeuses du Québec et de l’Ontario. Mais les citoyens de ces deux provinces qui voudront se rendre dans l’ouest du pays n’auront plus pour le faire que deux options beaucoup plus coûteuses que sont le train et l’avion.

Un retrait annoncé d'avance
-La société mère américaine Greyhound avait annoncé en juillet qu’elle cessait tout service dans le nord de l’Ontario, au Manitoba, en Alberta et en Colombie-Britannique, à l’exception de son service entre Vancouver et Seattle.
– Elle s’était déjà retirée du nord de la Colombie-Britannique en mai dernier.

Communautés desservies par Greyhound avant le 1er novembre . Graphique : CBC

Communautés qui seront encore desservies par des autobus autres que ceux Greyhound après le 1er novembre. Graphique : CBC

Victime de coûts élevés et d’une baisse de fréquentation

« Malgré tous les efforts déployés depuis plusieurs années, l’achalandage a chuté de près de 41 % à l’échelle du pays depuis 2010 dans un environnement de transport changeant et de plus en plus difficile. En d’autres termes, nous ne pouvons plus exploiter des routes non durables », expliquait cet été Greyhound en annonçant le retrait.

Garland Chow, directeur du Bureau of Intelligent Transportation Systems and Freight Security de la Sauder School of Business de l’Université de la Colombie-Britannique, à Vancouver, affirme que les déplacements en autobus sont graduellement devenus moins viables, particulièrement dans les petits centres.

« Un autobus n’est pas comme un magasin de détail où l’on peut garder le produit jusqu’à ce que vous l’achetiez. Quand l’autobus est prêt à partir, les gens montent à bord et il sort de la gare, qu’il ait vendu tous les sièges ou non », dit-il.

Greyhound exploitait de grands autobus, parce qu’en haute saison, tous les sièges étaient occupés, mais ils sont souvent à moitié vides l’hiver, indique M. Chow. Pourtant, si Greyhound réduisait son service sur certaines liaisons, elle risquait de perdre des clients au profit des véhicules privés ou même des transporteurs aériens.

Qui prendra le relais de Greyhound?

Le retrait du transporteur Greyhound du marché dans l’Ouest canadien laisse la place à ses concurrents. Photo : Radio-Canada/Claudiane Samson

On s’attend à ce que des transporteurs locaux et régionaux comblent une partie du vide. Certains ont déjà annoncé leur intention de le faire.

Mais cela ne suffira pas à servir les deux millions de clients touchés par le départ de Greyhound.

Néanmoins, les petites collectivités devront peut-être prendre l’initiative elles-mêmes si elles ont une population importante qui dépend du transport par autobus.

En se regroupant, des municipalités pourraient créer un système local.

Dernier départ pour Greyhound à Regina

Selon Bonnie Farrell, les conducteurs ne savent pas quoi répondre aux interrogations des passagers. Photo : Radio-Canada

Une équipe de Radio-Canada a assisté au dernier départ d’un autobus Greyhound dans la province de la Saskatchewan mardi.

Des dizaines de passagers ont pris le dernier autocar Greyhound de 10 h 37 qui passait par Regina mardi matin. Ils se rendaient une dernière fois à Winnipeg.

La journée était remplie d’émotion à la fois pour les employés de la compagnie que pour les passagers.

Bonnie Farrell conduisait les autocars pour Greyhound depuis 18 ans.

Les derniers passagers embarquent dans le bus Greyhound pour Winnipeg...

RCI avec La Presse canadienne, Radio-Canada et avec les informations de Susan Noakes de CBC : Greyhound service in Western Canada stops at midnight: Now what?

En complément

Le départ de Greyhound laisse la place aux autres livreurs de colis de l’Ouest canadien – Radio-Canada 

Les Autochtones dénoncent l’arrêt du service de Greyhound – Radio-Canada 

Un nouveau service d’autocar pour remplacer Greyhound dans le sud du Yukon – Radio-Canada 

Catégories : Économie, Société
Mots-clés : , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la Nétiquette.

Nétiquette
Quand vous vous exprimez dans le cadre d’une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu’un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d’accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c’est bien là l’intérêt des tribunes! La nétiquette est l’ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d’intervenir dans une tribune, il est important d’en prendre connaissance. Sinon, on risque l’expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s’inscrire, les utilisateurs sont tenus d’indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s’afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s’il existe un doute quant à l’identité de son auteur.
  2. L’usurpation de l’identité d’autrui dans l’intention d’induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d’expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l’âge, l’origine ethnique, la religion, le sexe ou l’orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l’origine ethnique, l’appartenance à une religion ou à un groupe d’âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l’agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l’exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d’un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d’injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L’échange d’arguments et de vues contradictoires est un élément clé d’un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d’un dialogue ou d’une discussion privée entre deux participants qui s’interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L’usage d’autres langues, à l’exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L’envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L’insertion d’images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L’inclusion d’hyperliens vers d’autres sites est permise, à condition qu’ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n’est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d’un texte d’autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d’Internet.
  18. Radio Canada International  n’est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*