Aidante naturelle

Une aidante naturelle accompagne une proche malade.
Photo Credit: iStock Photos

Défis quotidiens des proches aidants : une division des tâches très inégales entre hommes et femmes

Share

Le Conseil du statut de la femme dresse un portrait de la situation des proches aidants dans un nouveau rapport publié à la veille de la semaine nationale consacrée aux proches aidants, du 4 au 11 novembre.

RCI avec des informations du rapport du Conseil du statut de la femme

Pour l’égalité entre les hommes et les femmes à l’horizon 2021

Deux professionnelles de recherche au Conseil du statut de la femme, Joëlle Steben-Chabot et Sarah Jacob-Wagner, présentent les motivations au centre du rapport ainsi que les grandes problématiques abordées.

Ce portrait a été publié au printemps 2018, en réponse à une demande formulée par le Secrétariat à la condition féminine, dans le cadre de la stratégie gouvernementale pour l’égalité entre les hommes et les femmes d’ici trois ans.

Les personnes proches aidantes apportent du soutien à des individus présentant des profils variés. Les limitations fonctionnelles des personnes à qui elles apportent de l’aide peuvent ainsi découler de problèmes liés au vieillissement, d’une déficience physique, d’une déficience intellectuelle, de problèmes de santé mentale ou encore d’un trouble envahissant du développement (TED). En outre, plusieurs personnes vivent avec des incapacités multiples.

Dans un contexte de vieillissement accéléré de la population, le gouvernement du Québec mise sur une politique provinciale en matière de soutien à domicile qui répond à deux grands objectifs :

  • correspondre au désir exprimé par les personnes aînées
  • réaliser des économies importantes dans le système de santé en évitant l’hébergement, ce qui reporte une partie de la responsabilité des tâches de soins et de soutien sur des personnes non rémunérées, soit les proches aidants.

L’incidence du vieillissement de la population sur le travail des proches aidants, sur les soins à donner aux personnes aînées, ne manque pas. Dans les familles, de nombreuses disparités ont été observées en ce qui a trait à la répartition des tâches domestiques entre les hommes et les femmes qui apportent de l’aide à un proche.

Les femmes, plus nombreuses dans le rôle de proche aidante, doivent consacrer davantage de temps à aider un proche pour des tâches plus importantes, ce qui pèse d’un poids lourd sur leur vie sociale et familiale. En plus de s’occuper de leurs proches (transport pour les rendez-vous médicaux, coordination des soins, entretien de la maison, soins médicaux, etc.), elles doivent prendre soin de leurs propres enfants.

Le constat des professionnelles de la recherche est que tout ce qui est plus traditionnellement féminin continue à être occupé par les femmes. Ces dernières subiront davantage d’épisodes dépressifs, ou ressentiront un plus grand fardeau lié à leurs tâches quotidiennes que les hommes.

Les hommes vont être majoritaires à faire des rénovations et des réparations mineures à leurs domiciles.

La répartition est égalitaire seulement en ce qui a trait au transport ou aux opérations bancaires.

Écoutez l’entrevue avec Joëlle Steben-Chabot et Sarah Jacob-Wagner

Écoutez
Un homme âgé assis sur le canapé avec sa fille, en regardant une photo.

Une proche aidante auprès d’une personne aînée Photo : Getty Images/SolStock

Autres points saillants du rapport

En 2012, environ le quart de la population québécoise se trouve en situation de proche aidant : 58% de femmes et 42 % d’hommes.

Au total, 40 % des femmes de 45 à 64 ans sont proches aidantes, alors que 30 % des hommes de ce groupe d’âge jouent le même rôle.

La proportion de personnes proches aidantes au Québec est inférieure à celle qui est observée au Canada et l’écart entre les femmes et les hommes y est aussi inférieur.

Les femmes en emploi sont beaucoup plus nombreuses à avoir un rôle d’aidante auprès de leurs proches.

La situation en emploi des hommes semble avoir peu d’impact sur leur propension à s’engager comme proche aidant. En effet, on note la même proportion à cet égard, peu importe l’activité principale.

Crédit photo : IS / FredFroese

Les proches aidantes et les proches aidants se répartissent à peu près de la même façon entre les différentes catégories de revenu du ménage.

Néanmoins, en proportion, on compte beaucoup plus de femmes que d’hommes qui jouent ce rôle dans les ménages ayant un revenu inférieur à 100 000 $.

Un peu plus d’une femme sur quatre qui vit dans un ménage dont le revenu est inférieur à 50 000 $ est proche aidante, alors qu’un peu moins d’un homme sur cinq joue ce rôle.

La majorité des personnes proches aidantes n’ont pas d’enfants à la maison: le taux se situe à 64,7 % chez les hommes et à 58 % chez les femmes.

Les personnes moins scolarisées (sans diplôme d’études secondaires) sont moins susceptibles d’agir comme proche aidant, peu importe le sexe (17,7 % des femmes et 18,9 % des hommes).

La répartition des proches aidantes et des proches aidants selon le lien avec leurs proches est similaire pour les deux sexes. Environ 296 000 hommes et 402 700 femmes s’occupent de leurs parents ou de leurs beaux-parents. Approximativement 80 200 hommes et autant de femmes prennent soin de leur partenaire de vie.

À lire aussi :

Share
Catégories : Santé, Société
Mots-clés : , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*