Mary Jo Haddad, première femme à prendre les rênes du poste de chancelière de l'Université de Windsor (Photo : ©Université de Windsor)

Première femme chancelière à l’Université de Windsor

Share

Le prestigieux poste, qui est volontaire et non rémunéré, et d’une durée de quatre ans renouvelable, a été accordé à la Dre Mary Jo Haddad. Elle appuie depuis longtemps l’Université de Windsor et est titulaire d’un diplôme spécialisé en sciences infirmières. Elle deviendra la huitième personne à être nommée et la première femme en poste.

La Dre Haddad, née et élevée à Windsor, sera installée officiellement à la collation des grades du printemps 2019 et, d’ici là, elle portera le titre de chancelière désignée.

Mary Jo Haddad, qui a reçu un doctorat honorifique en droit de l’Université de Windsor en 2005, est bien connue pour son leadership novateur et son engagement envers la santé des enfants au Canada et à l’étranger. De 2004 à 2014, elle a été présidente-directrice générale de l’Hospital for Sick Children (SickKids), l’un des hôpitaux universitaires les plus axés sur la recherche au Canada. Elle a supervisé les traitements et les découvertes qui ont aidé les enfants du monde entier.

« À un moment si important de l’histoire de l’Université, je suis fière d’être la prochaine chancelière de l’Université de Windsor. Reconnaître et célébrer les réalisations scolaires de nos élèves en tant que futurs leaders et pionniers est un honneur incroyable. Je suis reconnaissante de l’impact que l’Université de Windsor a eu sur ma carrière et j’ai hâte de promouvoir les réalisations des étudiants, des professeurs, du personnel et des anciens étudiants de l’Université. »Mary Jo Haddad, chancelière désignée
Le chancelier est le chef titulaire de l’Université Windsor, il délivre tous les grades et diplômes au nom du Sénat. Le chancelier représente également l’Université à titre officiel dans le cadre de fonctions externes de temps à autre. Le chancelier préside aussi au moins 10 séances de collation des grades en juin et au moins 2 en octobre. Bien qu’il s’agisse de l’engagement de temps le plus important, on s’attend à ce que le chancelier représente l’Université lors d’autres cérémonies et participe à la promotion et à la collecte de fonds. Le temps consacré peut être considérable. Le chancelier doit avoir la volonté et la capacité de s’engager à répondre aux attentes du poste. 

University of Windsor

Mary Jo Haddad a aussi été :

  • Présidente fondatrice de MaRS Innovation, un organisme sans but lucratif qui agit au nom de ses membres – 15 des meilleures universités, institutions et instituts de recherche de Toronto, plus le MaRS Discovery District – pour commercialiser leurs percées les plus prometteuses en recherche.
  • Présidente du Conseil provincial de l’Ontario pour la santé maternelle et infantile,
  • Directrice de Kids Health Links Foundation et membre d’office de SickKids,
  • Directrice de la SickKids Foundation.
  • Nommée membre de l’Ordre du Canada en 2010 et a reçu la Médaille du jubilé de diamant de la reine Élisabeth II en 2012.

En novembre 2012, elle a été reconnue comme l’une des 50 personnes influentes de Toronto Life. En 2011, elle a été nommée l’une des 25 premières femmes d’influence en sciences de la santé au Canada et intronisée au palmarès des femmes les plus influentes du pays : Top 100 du Temple de la renommée.

Sur cette vidéo, on peut voir Mme Haddad explique ses priorités pour l’Université (en anglais seulement) :

Les femmes dirigeantes au Canada

Selon un récent article publié sur le site Internet de l’Université Laval, au Québec, la représentation des femmes dans les conseils d’administration (C. A.) et dans les postes de haute direction au Canada laisse encore à désirer.

Cette analyse faite par Ivan Tchotourian, professeur à la Faculté de droit et codirecteur du Centre d’études en droit économique (CEDE), conclut que le Canada, contrairement à son voisin du Sud, a pris position pour favoriser la représentation des femmes dans les C. A. et dans les postes de haute direction de ses entreprises.

Le professeur Tchotourian  avoue être critique à l’endroit de la position canadienne, laquelle repose sur la transparence des entreprises. D’ailleurs, les rapports d’étape produits par celles-ci, conformément aux nouvelles mesures adoptées, traduisent leurs effets mitigés.

(Photo : iStock/FatCamera)

Certains pays, nous dit-il, imposent des quotas pour atteindre l’équité hommes-femmes et appliquent des sanctions en cas de non-respect. C’est le cas notamment de la Norvège, de la France, de l’Allemagne et des Pays-Bas. D’autres États choisissent d’inclure la diversité dans les codes de gouvernance ou demandent aux entreprises de se soumettre au principe du comply or explain (se conformer ou s’expliquer). Parmi ces États, on retrouve le Canada.

À son avis, le Canada aurait pu corriger le tir avec son projet de loi C-25, devenu, le 1er mai 2018, la Loi modifiant la Loi canadienne sur les sociétés par actions, la Loi canadienne sur les coopératives, la Loi canadienne sur les organisations à but non lucratif et la Loi sur la concurrence. Mais, au contraire, nous dit-il, en adoptant cette dernière, il a confirmé son choix de politique législative souple sur la question. 

La nouvelle législation n’impose pas de seuils ou de quotas de représentation de femmes ou d’autres groupes dans les C. A. 


Avec les informations de l'Université de Windsor, Ontario et le site internet de l'Université Laval.  
Share
Catégories : Non classé
Mots-clés : , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*