(Jeff McIntosh/Canadian Press)

Les Calgariens disent non à l’aventure olympique pour 2026

Share

Dans un plébiscite mardi, les résidents de Calgary, aux pieds des montagnes Rocheuses dans l’ouest du Canada, ont majoritairement rejeté la candidature de leur ville pour les Jeux olympiques de 2026.

Des partisans du camp du « non » célèbrent leur victoire mardi soir après le dévoilement des résultats du référendum. Photo : Dave Gilson

Au total, 304 774 des 767 734 résidents ont exprimé leur voix. Ainsi, 171 750 d’entre eux ont voté contre, soit un taux de 56,4 %, et 132 832 étaient en faveur des Jeux. Selon la ville, 46 620 personnes ont voté par anticipation et 8001 bulletins de vote par la poste ont été reçus.

La part de l’investissement public demandé aux trois ordres de gouvernement fédéral, provincial et municipal s’élevait à 2,875 milliards de dollars sur un budget total de 5 milliards.

Le résultat de cette consultation populaire n’engage pas le conseil municipal, qui a le dernier mot, mais il devrait influencer sa décision, comme il paraissait déjà hésitant à s’engager dans l’aventure. Le mois dernier, huit conseillers avaient voté contre le projet. Il aurait toutefois fallu un total de 10 votes pour abandonner complètement le dossier et le référendum tenu mardi.

Olympique d'hiver. Prise 2
Calgary a été la ville hôtesse des Jeux d’hiver de 1988. Les sites hérités de ces Jeux constituaient la fondation d’une deuxième candidature.

Jeux olympiques d’hiver de 1988 à Calgary

Un non sans surprise soutient le CIO

« Le CIO prend note de la décision concernant la candidature de Calgary pour les Jeux olympiques d’hiver. C’est sans surprise à la suite des discussions politiques et des incertitudes qui persistaient jusque dans les derniers jours », a déclaré un porte-parole du Comité international olympique.

« Nous allons continuer notre coopération avec les autres villes, afin de garantir le meilleur hôte pour les JO 2026 », conclut le CIO.

L’abandon de Calgary ne laisse plus que deux candidats européens en lice, soit Stockholm, en Suède, et Milan/Cortina d’Ampezzo en Italie.

Stockholm la favorite?

Il y a trois semaines, Christophe Dubi, le directeur des sports du CIO, affirmait lors d’une visite à Calgary que la candidature de la capitale suédoise n’était pas menacée, malgré les affirmations de plusieurs médias du monde.

« La candidature de Stockholm progresse bien. Elle a récemment élu une nouvelle mairesse qui a manifesté son soutien plein et entier aux Olympiques et, maintenant, on est en train de former un gouvernement au niveau national. La prochaine étape, ce sera d’obtenir les garanties de la part du gouvernement pour que le projet aille de l’avant selon les garanties nécessaires », avait précisé Christophe Dubi.

Christophe Dubi, le directeur des sports du CIO Photo : Radio-Canada

RCI avec La Presse canadienne, CBC et la contribution de Radio-Canada

En complément

Les Calgariens disent non aux Jeux olympiques d’hiver 2026 – Radio-Canada 

Le « non » de Calgary est sans surprise pour le CIO – Radio-Canada 

Le Comité olympique veut que Calgary dise oui aux JO, mais n’offre pas plus d’argent – Radio-Canada 

Share
Catégories : Arts et spectacles, International
Mots-clés : , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*