De nombreuse personnes font des emplettes pendant le « Black Friday » au magasin de Macy's, à New York, le 22 novembre 2018 (Crédit photo : Reuters/Stephanie Keith)

La consommation responsable, l’antidote au Vendredi fou

Share

Plus personne n’est à l’abri. En ce jour de Vendredi fou, des milliers de personnes se sont déplacés dans les magasins du pays pour se ruer sur les bonnes affaires. C’est l’occasion pour les commerces d’amasser les bénéfices. La consommation et la surconsommation se télescopent pendant 24 heures. Mais face à la frénésie consumériste, existe-t-il des façons de consommer avec intelligence? On en parle avec Caroline Boivin, professeure titulaire de marketing à l’Université de Sherbrooke et membre de l’Observatoire de la consommation responsable.

La consommation responsable se décline de nombreuses façons, rappelle en entrevue Caroline Boivin. « Il y a la consommation de produits bons ou mauvais pour l’environnement ou pour la société, mais il y a aussi la réduction de la consommation. Le geste de moins consommer peut aussi être considéré comme de la consommation responsable. »

Écoutez l’entrevue avec Caroline Boivin : (8 minutes et 53 secondes) :

Écoutez

Pour Mme Boivin, les gens sont plus sensibles aux questions environnementales en ce qui concerne les déchets ou la prolifération du plastique. « L’idée que notre consommation puisse contribuer à la protection de l’environnement est devenue essentielle. En ce sens, les résultats du baromètre de la consommation responsable que l’observatoire a récemment diffusé sont assez positifs. Ce n’est pas impossible de conjuguer un impact économique positif et l’aspect coresponsable. »

Les pressions à la consommation existent pourtant, concède la professeure. « En effet, il faut être fort pour résister. Toutefois, certains comportements vont dans le bon sens. Au niveau de la récupération, les Québécois en ont fait une habitude. D’autres comportements ne sont pas totalement ancrés comme le transport en commun plus populaire à Montréal qu’en région, où les services sont moins accessibles. »

Qu’est-ce que la consommation durable?

Offrir des produits conçus dans des conditions sociales dignes : pas de travail des enfants, respect de la personne humaine, conditions de travail non dégradantes…

Développer des produits ayant le moindre impact environnemental : circuit court, produits de saison, moindres déchets, moindre consommation de ressources pour la fabrication, moindre impact carbone…

Avoir le choix de signifier aux distributeurs notre refus de produits ne répondant pas à cette double exigence.

Développer une consommation respectueuse des inégalités d’accès aux ressources et orientée vers une juste répartition des bénéfices de l’exploitation des ressources (coopération nord-sud réelle, maintien d’une agriculture et d’une industrie de proximité, localisation des productions en équilibre entre acteurs de la filière depuis la production jusqu’à la consommation…).

Lutte contre la spéculation sur les biens de consommation et notamment ceux de première nécessité.

Lutte pour le recyclage et la réutilisation des matières premières qui sont autant de ressources.

La consommation responsable est l’affaire de tous, croit Mme Boivin. « Le système doit travailler vers la même direction. Bien que les gens se sentent les premiers concernés, parce qu’ils savent que c’est à eux de prendre leurs responsabilités. Les détaillants, les entreprises et le gouvernement doivent aussi faire leur part. »

Et penser que consommer avec responsabilité coûte plus cher n’est pas forcément une réalité, ajoute-t-elle. « Quand les premiers produits verts sont sortis sur le marché, on supposait que les consommateurs étaient prêts à payer plus. Cela n’a pas vraiment fonctionné, mais il est resté cette perception que c’était plus dispendieux de consommer ce genre de produits. Il reste que ce ne l’est plus, du moins pour plusieurs produits. Par exemple, la consommation de produits usagés ou les produits locaux sont moins chers. »

Mme Boivin invite les consommateurs à une certaine introspection. « Dans le fond, les détaillants répondent aux besoins des consommateurs. Et puis, il faut savoir s’arrêter et se demander si l’on a vraiment besoin de tous les produits qu’on achète. »

Beaucoup de Manitobains ont pris la journée de congé vendredi pour profiter des aubaines offertes dans la plupart des magasins. Il s'agit bien sûr du phénomène du Vendredi fou, qui marque le début de la saison d'achat des cadeaux de Noël. Aussi connue sous l'appellation « Black Friday », cette tendance américaine est maintenant une réalité chez nous. Faiçal Zellama, professeur d'économie et de gestion à l'Université de Saint-Boniface, nous en parle.

Lire aussi :

Black Friday ou vendredi noir : une tradition contemporaine américaine qui percole au Canada

Les leurres du Vendredi noir

Les Canadiens « achètent » la tradition américaine du Black Friday

Share
Catégories : Économie, Société
Mots-clés : , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions ou dans une des deux langues officielles, soit le français ou l'anglais. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

*