Le Zoo Sauvage de St-Félicien. Aisaqvak prodigue des soins à son ourson né le 27 novembre 2018. Naissance rare dans le monde des zoos et aquariums. (Groupe CNW/ZOO SAUVAGE DE SAINT-FELICIEN - CENTRE DE CONSERVATION DE LA BIODIVERSITE BOREALE)

La population en déclin des ours blancs s’enrichit d’un nouveau membre né au Zoo de Saint-Félicien au Québec

Share

Le cri étonnamment fort du nouveau-né a créé la surprise et la joie au Zoo sauvage de Saint-Félicien. C’est avec émotion que Christine Gagnon, biologiste, directrice de la conservation et de l’éducation au zoo, souligne l’importance de cette naissance aussi bien pour l’établissement que la population mondiale de l’espèce.

 Donner naissance à un petit et assurer sa survie : tout un exploit pour les femelles ours

C’est la femelle ours blanc nommée Aïsaqvak qui a réussi, pour la troisième fois, à donner naissance à des petits. Le dernier né est venu au monde durant la nuit du 27 novembre, mais ce n’est qu’au petit matin que son cri strident dans la tanière a sonné l’alerte auprès de la gardienne animalière.

Le Zoo sauvage de Saint-Félicien célèbre cet exploit, car l’espèce, en décroissance partout dans le monde, est particulièrement difficile à reproduire en captivité.

L’importance de cette naissance est grande pour le zoo et la population mondiale. En nature, la tendance des populations d’ours blancs va vers la décroissance (classé vulnérable par l’Union internationale pour la conservation de la nature), tout comme la population en captivité. En 2006, il y avait 364 ours blancs dans les institutions sur la planète. Les chiffres de 2015, les plus récents, donnent une population de 298 individus. 

Christine Gagnon souligne que cette nouvelle naissance est une excellente nouvelle à bien des égards. Il y a un des parents, le mâle nommé Yellé, qui provient de la nature aux Pays-Bas en Europe, et la femelle Aïsaqvak qui est en captivité. Ils mettent au monde un bébé, ce qui permet de conserver une nouvelle génétique saine parmi les animaux qui sont en captivité dans les zoos et aquariums de la planète.

Écoutez

UN CADEAU DE NOËL À L'AVANCE!

UN CADEAU DE NOËL À L'AVANCE! 🤩Le 27 novembre dernier, la femelle ours blanc Aisaqvak a donné naissance à un ourson! La maman et le petit se portent bien. Voyez quelques images des trois premiers jours dans la tanière! L’ourson sera visible au public d’ici environ 3 mois. Nous sommes tombés en amour avec ce petit, et vous? 😍

Posted by Zoo sauvage de Saint-Félicien on Friday, November 30, 2018

La première tentative d’accouchement d’Aïsaqvak s’était soldée par un échec le 3 décembre 2008. Elle avait mis au monde un bébé sans vie.

Au bout d’un an, ayant fait preuve d’endurance, de douceur et démontré d’excellentes capacités à prendre soin des petits bébés ours, elle avait donné naissance aux jumeaux, Ganuk, le mâle qui appartient au zoo de Toronto, et la femelle Taïga qui est à l’Aquarium du Québec.

De nombreux efforts ont été déployés à partir de 2011 pour renouveler l’exploit. Entre autres, avec l’arrivée du mâle Yellé en mai 2011. Ses petits partis en novembre 2011, Aïsaqvak était maintenant prête à rencontrer son nouveau prétendant. Les printemps de 2012, 2013, 2014 et 2017 ont vu les amours du couple s’affirmer… sans résultats. C’est pourquoi le zoo a conclu une entente de prêt de reproduction avec l’Aquarium du Québec.

Le petit pèse environ 600 grammes et sa mère pèse 330 kg. L’ourson fait donc 0,18 % du poids de sa mère. Crédit : Zoo sauvage de Saint-Félicien

Leur mâle Eddy est arrivé au zoo alors que Yellé partait pour l’Aquarium. Eddy a lui aussi tenté de féconder Aïsaqvak en 2015 et 2016, mais lui aussi, sans succès. Quoi qu’il en soit, Yellé s’est à nouveau accouplé avec sa douce au printemps 2018 et il est aujourd’hui l’heureux papa d’un petit de 3 jours. Les parents sont maintenant âgés de 13 ans pour Yellé et de 16 ans pour Aïsaqvak. Ils seront encore considérés comme au pic de leur potentiel reproductif jusqu’à 24 ans.

Voir le nouveau-né célébrer son premier anniversaire :  un défi!

Après l’exploit de la venue au monde de ce nouveau bébé, la tâche reste immense pour le Zoo sauvage de Saint-Félicien qui doit à présent veiller à sa survie.

En 2015, 13 femelles ont eu 20 oursons dans nos organisations sur la planète et 50 % de ces petits n’ont pas célébré leur premier anniversaire.

Les 72 premières heures critiques après la naissance ont été franchies, relève Christine Gagnon, qui met de l’avant les excellentes qualités de maman d’Aïsaqvak et des soins de l’équipe du zoo pour souligner les bonnes chances de survie de l’ourson, dont le sexe reste à confirmer et qui fera ses premiers pas à l’extérieur vers l’âge de 3 mois, au grand bonheur des visiteurs.

SOURCE: ZOO SAUVAGE DE SAINT-FÉLICIEN - CENTRE DE CONSERVATION DE LA BIODIVERSITÉ BORÉALE

À lire aussi :

Share
Catégories : Environnement, Société
Mots-clés : , , , , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*