Crédit: Radio-Canada

Les travailleurs de soutien de la Commission scolaire de Montréal en quête de meilleures conditions de travail

Share

En préparation des nouvelles conventions collectives dans le secteur public, les travailleurs membres de la Confédération des syndicats nationaux (CSN) se concertent sur divers enjeux devant figurer dans les demandes de négociation des syndicats qui seront déposées dès la fin du mois d’octobre. C’est dans ce cadre que s’inscrivent les assemblées des syndicats représentant les employé-es de soutien de la Commission scolaire de Montréal. Dominique Daigneault, présidente du Conseil central du Montréal métropolitain-CSN, revient sur les grands enjeux en mettant l’accent sur la nécessité d’accorder plus de ressources matérielles et humaines aux écoles montréalaises.

Plus de reconnaissance et de stabilité

Dominique Daigneault Crédit : CSN

Le personnel de soutien dans la Commission scolaire souhaite voir ses efforts être reconnus à leur juste valeur. Les ouvriers spécialisés, notamment les menuisiers, soudeurs, tuyauteurs et électriciens du secteur public ont la même préoccupation. Ils déplorent un salaire largement en deçà des conditions offertes dans le secteur privé.

Comme l’a relevé Dominique Daigneault, ces mauvais salaires ne sont pas de nature à retenir la main d’œuvre, ce qui contraint la commission à recourir à la sous-traitance avec pour conséquence la détérioration de la qualité de vie dans les écoles.

Écoutez

Quelques membres des syndicats  devant l’école Pierre-Dupuis, à Montréal, le 14 janvier. Crédit : CSN

 Santé et sécurité au travail

Parmi les principaux sujets à l’ordre du jour des assemblées de consultation des membres des syndicats représentant les employe-és de soutien de la Commission scolaire de Montréal, il y a la santé, la sécurité au travail, la reconnaissance du personnel et la stabilité de l’emploi.

Mme Daigneault souligne l’urgence d’agir avec des solutions concrètes pour mettre un terme à la recrudescence des actes de violence à l’endroit du personnel de soutien dans les écoles.

L’état de délabrement des écoles de Montréal est préoccupant, relève la présidente du Conseil central du Montréal métropolitain-CSN, qui décrie l’insuffisance de ressources et de la main-d’œuvre pour résorber plusieurs problèmes majeurs, principalement en matière de soutien aux élèves.

« Après des années de compressions dans les services, il est urgent de nous redonner plus de ressources pour bien faire notre travail », a soutenu son collègue, le président de l’Association professionnelle du personnel administratif. Michel Picard note qu’au niveau des services centraux, « le manque de bras est criant pour le personnel de soutien administratif » et que « les cas de surcharge de travail et d’épuisement professionnel sont de plus en plus fréquents ».

Il se préoccupe de la fermeture des bibliothèques 50 % du temps et de la triste condition du personnel des services de garde. Ces derniers ont sérieusement été touchés par la stratégie du précédent gouvernement libéral, qui a diminué les heures de travail dans le but de dégager des surplus budgétaires pour les écoles.

Des sacs à dos d'élèves accrochés sur un mur

« Je m’en voudrais de passer sous silence la façon dont le personnel des services de garde est affamé par des diminutions d’heures », a affirmé Michel Picard. Photo : CBC/Robert Short

Les syndicats soutiennent que l’entretien des bâtiments devrait être la priorité dans les demandes des 150 000 travailleuses et travailleurs du secteur public membres de la CSN en vue de la négociation de nouvelles conventions collectives.

Les anciennes conventions arrivent à échéance le 31 mars 2020. Un an avant, les syndicats anticipent et dressent la liste de leurs préoccupations afin qu’aucune ne soit laissée de côté.

Les syndicats concernés :

Fédération des employé-es de services publics (FEESP-CSN)

Association professionnelle du personnel administratif

Association des concierges des écoles du district de Montréal (ACEDM-CSN)

Conseil central du Montréal métropolitain-CSN

Syndicat national des employées et employés de la Commission scolaire de Montréal (SNEE-CSN).

Share
Catégories : Société
Mots-clés : , , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*