La Saoudienne Rahaf Mohammed fait une déclaration publique au COSTI Corvetti Education Centre à Toronto, le mardi 15 janvier 2019. (Photo : LA PRESSE CANADIENNE / Tijana Martin)

Maintenant au Canada, l’adolescente saoudienne qui a fui sa famille dit qu’elle n’avait plus rien à perdre

Share

« J’ai senti que je renaissais, surtout quand j’ai senti l’amour et l’accueil », a déclaré Rahaf Mohammed al-Qunun lundi à la Canadian Broadcasting Corporation, le réseau anglophone de Radio-Canada.

La jeune femme est arrivée au Canada après que le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés lui eut accordé le statut de réfugié et que le Canada eut accepté de l’accueillir.

Elle veut maintenant poursuivre ses études, trouver un emploi et « vivre une vie normale » au Canada, des choses qu’elle ne pouvait faire en Arabie saoudite. Elle d’ailleurs fui son pays natal parce qu’elle avait peur pour sa vie.

J’ai été exposée à la violence physique, à la persécution, à l’oppression, aux menaces de mort. J’ai été enfermée pendant six mois. Je sentais que je ne pourrais pas réaliser mes rêves tant que je vivrais encore en Arabie saoudite.

Ma plus grande peur, dit-elle, était que s’ils [ma famille] me trouvaient, je disparaîtrais et je ne saurais pas ce qui m’arriverait après ça. J’ai écrit [une lettre] et je l’ai envoyée à mes amies. Si je disparaissais, elles la publieraient dans le monde entier. »  Rahaf Mohammed al-Qunun

L’adolescente saoudienne Rahaf Mohammed al-Qunun, au centre, en compagnie de la ministre canadienne des Affaires étrangères Chrystia Freeland, à droite, et de Saba Abbas de COSTI Immigrant Services, à son arrivée à l’aéroport international Pearson de Toronto le samedi 12 janvier 2019. (Photo : THE CANADIAN PRESS/Chris Young)

Ses tweets et son cas ont attiré l’attention de la communauté internationale, et les responsables thaïlandais ont finalement accepté de la laisser rester à Bangkok sous la protection des fonctionnaires des Nations unies.

Rahaf Mohammed, comme elle veut se faire appeler aujourd’hui sans le nom de la famille al-Qunun qui l’a reniée, a dit que lorsque les responsables de l’ONU se sont présentés à son hôtel, elle n’a pas cru au début que c’était vrai, que ses supplications avaient été entendues. Elle craignait que les autorités thaïlandaises et koweïtiennes mentent et se fassent passer pour l’ONU.

« Alors, ils m’ont montré la preuve. Après cela, j’ai ouvert la porte et je les ai accueillis », a-t-elle dit en souriant.

La décision du Canada d’accorder l’asile à Rahaf arrive à un moment délicat. Les relations entre Ottawa et Riyad ont été tendues après que le Canada a exigé la libération immédiate des militants des droits de la personne emprisonnés l’an dernier. L’Arabie saoudite a riposté en gelant de nouveaux échanges commerciaux avec Ottawa et en forçant bon nombre de ses étudiants à revenir dans le royaume.

Avec les informations de Reuters, la Presse canadienne et CBC News. 
Share
Catégories : Immigration et Réfugiés, International, Politique
Mots-clés :

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*