Le NGCC Amundsen, brise-glace de la Garde côtière canadienne, dans la baie de Gaspé Photo: ICI Radio-Canada/William Bastille Denis

Stratégie fédérale de construction navale : pourquoi les coûts des navires sont‑ils aussi élevés?

Share

L’Association des fournisseurs de chantier Davie Canada a récemment remis en question la Stratégie nationale de construction navale (SNCN). Elle a soutenu notamment que les processus d’attribution des marchés manquaient de transparence, que les coûts de construction des navires étaient exorbitants et que les délais de livraison étaient trop longs. Voici la réaction du ministère de la Défense fédérale.

Source : ministère de la Défense nationale et les Forces armées canadiennes

La question des coûts qui représentent un poids important pour le contribuable canadien

Pour comprendre la raison de l’explosion des coûts des navires, il importe de tenir compte des deux principales considérations suivantes :

Premièrement, contrairement à de nombreux autres pays, nous tenons compte de l’ensemble des coûts lorsqu’il est question de coûts de projet. Bien que nos coûts puissent sembler élevés, ils ne sont pas nécessairement comparables. D’après les projets de construction navale précédents, nous estimons que le budget se divise de la façon suivante :

  • de 50 à 60 % pour le navire en soi (pourcentage plus élevé pour les navires de guerre en raison des systèmes de combat);
  • de 20 à 25 % pour la logistique et le soutien intégrés (systèmes d’entraînement, salaires pour l’instruction, pièces de rechange, munitions, etc.);
  • 5 % pour l’infrastructure (jetées, etc.);
  • 5 % pour le bureau de projet (salaires, déplacements, etc.);
  • de 10 à 15 % pour les dépenses imprévues.

Deuxièmement, lorsque nous avons amorcé ces projets, ce n’est pas ainsi que nous avons calculé les coûts. Comme d’autres pays, nous parlions uniquement du coût de construction. Certaines des augmentations que vous constatez sont attribuables au fait que nos estimations sont maintenant plus complètes.

Les coûts continueront à fluctuer légèrement au fur et à mesure que nous attribuerons des contrats de sous‑traitance et que nous aurons un portrait précis des coûts que nous ne pouvions qu’estimer auparavant.

Le navire Astérix construit par les travailleurs du Chantier Davie

Le navire Astérix construit par les travailleurs du Chantier Davie Photo : Radio-Canada

 Pourquoi les échéanciers changent-ils?

Les échéanciers changent pour diverses raisons.

Tout d’abord, la Stratégie nationale de construction navale visait à relancer l’industrie canadienne de la construction navale. Nous étions conscients que la réalisation d’une telle entreprise ne pourrait se faire sans délai.

En ce qui concerne les navires de soutien interarmées, nous travaillons avec la Garde côtière canadienne, alors que Seaspan s’affaire à construire les deux classes de navires. Nous sommes heureux de constater que la construction de certaines parties des navires a déjà commencé, ce qui contribuera à garantir le respect des échéances. Toutefois, les échéanciers définitifs ne seront connus que lorsque nous aurons finalisé la conception et que nous travaillerons avec la configuration finale.

Pour ce qui est des NPEA, nous ralentissons délibérément la production pour réduire l’écart entre la construction du dernier NPEA et celle des navires de combat de surface canadiens. Cela contribuera à minimiser les conséquences pour les employés, mais aussi à réduire les coûts supplémentaires dans le cadre du projet de NCSC, advenant que le chantier naval doive fermer après la construction du dernier NPEA et avant que le projet de NCSC ne soit prêt à aller de l’avant

Il s’agit là de décisions stratégiques et prudentes prises pour revitaliser l’industrie canadienne de la construction navale et pour maintenir les coûts liés aux navires.

L'Astérix est prêt à prendre la mer

La Davie a eu à livrer le navire Astérix à la Marine royale canadienne. Photo : Jérémy Citone, Chantier Davie

 Pourquoi l’entreprise Chantier Davie n’a-t-elle pas participé à ce marché ?

Le 3 juin 2010, à la suite de vastes consultations avec l’industrie, la Stratégie nationale de construction navale a été annoncée officiellement.

Le processus d’acquisition visant à sélectionner deux chantiers navals canadiens pour le renouvellement des flottes fédérales canadiennes et la construction de bâtiments destinés ou non au combat a fait l’objet d’un appel d’offres national ouvert et transparent, auquel a participé Chantier Davie.

Dans le cadre de ce processus concurrentiel, il a été annoncé publiquement en 2011 que Les Chantiers Maritimes Irving inc. avaient été retenus pour construire l’ensemble destiné au combat et que la société Vancouver Shipyards Ltd avait été choisie pour construire l’ensemble non destiné au combat.

Le processus d’approvisionnement de la SNCN a été un succès, comme l’indique un rapport du vérificateur général de l’automne 2013, dans lequel il est indiqué que « le processus concurrentiel qui a mené à la sélection de deux chantiers navals a été fructueux et efficient et s’est déroulé indépendamment de toute influence politique, conformément aux règlements et aux politiques du gouvernement, et de façon ouverte et transparente. Le processus de sélection a notamment comporté des consultations approfondies et régulières avec des représentants de l’industrie et des soumissionnaires, une surveillance par des experts indépendants et le recours à des spécialistes qui ont fourni de précieux conseils et renforcé la crédibilité du processus. »

À lire aussi :

Share
Catégories : Économie, Politique
Mots-clés : , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*