Le Groenland vu depuis l'espace. Photo : NASA

Fonte plus rapide des glaces au Groenland : tempêtes et ouragans seront plus violents sur l’est du Canada

Share

La glace fond à un rythme sans précédent et tout à fait inattendu au Groenland, selon une étude publiée cette semaine. Une fonte entraînerait une élévation du niveau de la mer et des tempêtes de plus en plus fréquentes tout le long de la côte est nord-américaine, de Miami aux États-Unis à Terre-Neuve au Canada.

L‘étude publiée dans les Proceedings of the National Academy of Sciences révèle que la calotte glaciaire du sud-ouest du Groenland fondait presque quatre fois plus vite en 2012 qu’en 2003.

Rappelons que la calotte glaciaire du Groenland, qui couvre environ 80 % de l’île arctique, constitue la deuxième masse de glace du monde. Or, la perte de glace entre 2003 et 2012 a été inhabituelle et sans précédent par rapport au 100 années précédentes.

Au cours des dernières décennies, environ 280 milliards de tonnes de glace étaient changées en eau chaque été au Groenland. Mais aujourd’hui, on estime que le niveau de fonte est soudainement nettement plus élevé, peut-être qu’il aurait même doublé.

Fonte de la nappe glaciaire du Groenland de 1992 à 2002 Photo : planete.gaia

Température plus chaude de l’océan

L’étude américaine estime que les données prélevées sur les pertes de glace sont liées à un phénomène météorologique appelé oscillation de l’Atlantique Nord, qui influe sur la température de l’air.

L’oscillation est un mouvement de l’air qui se produit tous les deux ou trois ans. Elle a tendance à apporter de l’air plus chaud au Groenland, tout comme les systèmes météorologiques El Niño et La Nina peuvent modifier la température de l’eau, a expliqué M. Bevis.

Ces cycles d’oscillation se produisent depuis des milliers d’années, mais ce n’est que maintenant qu’ils touchent la calotte glaciaire du Groenland, a-t-il fait remarquer.

Un point de basculement vers un sale temps au-dessus de nos océans

L’élévation du niveau de la mer au Groenland va avoir de graves conséquences pour les habitants des villes de la côte est. Le vrai problème maintenant, c’est de savoir jusqu’à quel point la situation va s’aggraver.

L’élévation du niveau de la mer pourrait faire en sorte que les ouragans se mettent à pénétrer plus profondément à l’intérieur des terres et à causer plus de dommages.

Les provinces de la côte est du Canada, comme Terre-Neuve-et-Labrador, seraient touchées, mais les effets seront plus importants dans les villes côtières américaines comme New York et celles situées près du golfe du Mexique, dont Miami.  Voyez comment…

Photo Credit: IS / Istock

Le Gulf Stream s’essouffle : hivers plus froids à prévoir ici et en Europe

Plusieurs études rapportent un affaiblissement des courants en raison de la fonte de la banquise, de glaciers et de plateformes glaciaires, qui libèrent de l’eau douce, moins dense que l’eau salée, dans l’Atlantique Nord.

Ces courants océaniques qui contribuent à la régulation du climat, particulièrement dans les régions côtières de ces continents, sont à leur plus faible vitesse depuis la révolution industrielle. Des villes comme Paris ou Londres semblent destinées à connaître des hivers aussi rudes que ceux à Montréal.

Cela risque d’engendrer maintenant, paradoxalement, un refroidissement l’hiver de l’Est américain et de l’Europe de l’Ouest.

L’actuelle boucle de courants dans l’océan Atlantique, constituée par le Gulf Stream et la dérive nord-atlantique, est une dynamique relativement jeune – elle n’a que 7000 ans – et elle apparaît bien fragile.

La vitesse de cette courroie de transmission de la chaleur a décliné d’environ 15 % au cours des cinquante dernières années. Le scénario redouté maintenant consiste en un ralentissement, voire à un arrêt de la circulation océanique, provoqué par l’affaiblissement des plongées d’eau froide.

Le Gulf Stream, qui prend sa source entre la Floride et les Bahamas, permet à l’Europe occidentale de jouir d’un climat tempéré jusqu’à des latitudes très élevées. Sans lui, les hivers parisiens seraient probablement aussi froids que ceux du Québec. Il adoucit également le climat de la côte est américaine. Photo : NASA

Trop d’eau douce et pas assez d’eau salée

La diminution de la salinité de l’océan, due au déversement de l’eau douce, a comme effet la modification de la vitesse et de la chaleur des courants marins entre le Canada et l’Europe.

L’eau douce venue des glaciers vient affaiblir le courant marin entre ces continents, car elle empêche les eaux de devenir trop denses et de couler vers les profondeurs et de provoquer ainsi une remontée des eaux chaudes des zones tropicales de l’Atlantique vers le Nord grâce au Gulf Stream. Cela réchauffe au passage l’Europe de l’Ouest.

Si le système continue de faiblir, cela pourrait perturber les conditions météorologiques depuis les États-Unis et l’Europe jusqu’au Sahel et provoquer une hausse encore plus rapide du niveau des mers sur la côte est des États-Unis, avertit le Woods Hole Oceanographic Institution, qui a participé aux plus récentes recherches.

Les conséquences possibles d’un ralentissement des courants marins dans l’océan Atlantique seraient plus de tempêtes l’hiver dans l’est du Canada et en Europe et un déplacement vers le sud de la ceinture tropicale de pluies.

Le saviez-vous?
La hausse du niveau des océans, variable selon les régions, a été en moyenne de 20 cm au XXe siècle.
Aujourd’hui, ce niveau monte d’environ 3,3 mm par an, et le phénomène semble s’accélérer : le niveau des mers a crû de 25 à 30 % plus vite entre 2004 et 2015, par rapport à 1993-2004.

RCI avec l’Agence France-Presse et la contribution de Michel C.Auger, Chantale Srivastava et Sophie-André Blondin de Radio-Canada

En complément

Sous l’effet du vent et des vagues, l’île de Terre-Neuve s’est littéralement mise à trembler – RCI

Sale temps sous nos océans – RCI 

Sale temps au-dessus de nos océans – RCI 

Share
Catégories : Environnement, International
Mots-clés : , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

Un commentaire pour «Fonte plus rapide des glaces au Groenland : tempêtes et ouragans seront plus violents sur l’est du Canada»
  1. Avatar Carol dit :

    Je ne vois aucun article faisant mention d’analyses concernant les INTERACTIONS entre les courants marin comme la dérive atlantique nord avec les courants jets subtropical et polaire de même qu’avec la quantité exceptionnelle de CO2 dans l’atmosphère. Pourtant les cycles de la biosphère, de l’hydrosphère et de l’atmosphère sont tous interreliés. Nous remarquons bien qu’individuellement tous ces phénomènes sont impactés.