Photo : IStock

Internet haute vitesse : un Canadien sur six est victime de discrimination numérique

Share

Au moins 19 % des Canadiens vivent hors des grands centres et des villes, et pour eux l’accès à un service Internet fiable ou rapide capable de faire jouer une vidéo en ligne ou un film sur Netflix est toujours un souci majeur.

Selon le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC), ce serait en fait près de 6 millions de Canadiens sur 36 millions qui n’ont pas accès à un service Internet haute vitesse. Ils vivent principalement dans des communautés rurales ou éloignées.

Dans un pays qui a été un des premiers à lancer en orbite des satellites de communication et qui est un acteur majeur dans les technologies et l’industrie de transmissions de données, la situation semble irréelle.

Entre Montréal et Toronto, on peut vivre dans une maison à moins de cinq ou sept kilomètres de l’autoroute la plus achalandée du monde, de la principale voie ferrée du Canada et de la plus importante voie navigable du Canada en plus de se trouver le long du corridor aérien le plus actif du pays et ne pas pouvoir recevoir un service fiable d’Internet ou même dans certains cas pouvoir effectuer des appels sur son téléphone cellulaire.

Google Maps

Lent et cher quand le service est disponible

Le CRTC évalue qu’environ 4 résidents de la campagne sur 10 doivent se résigner à une connexion Internet très lente, souvent presque deux fois plus cher que dans la grande ville.

Dans les régions rurales, un accès à Internet haute vitesse avec données illimitées n’est pas à la portée de toutes les bourses. Il faut payer de 80 à 150 $ par mois pour un service dont la capacité et la qualité laissent parfois à désirer.

Pourtant, en 2016, le gouvernement fédéral avait décrété que l’Internet à large bande était un service de télécommunication essentiel pour tous les Canadiens.  À l’approche d’élections provinciales ou fédérales, les promesses de meilleurs services sont souvent renouvelées.

LISEZ : Internet haute vitesse : pour la fin d’une discrimination numérique en région – Radio-Canada

Préparer la venue du 5G, alors que plusieurs à la campagne n’ont même pas vu passer le 1G?

Kirill Wright/Shutterstock

Réunis à Vancouver, l’automne dernier, les ministres responsables au pays de l’innovation et du développement économique indiquaient que la connectivité aux services haute vitesse était d’une importance capitale pour la prospérité et le bien-être des Canadiens.

Les gouvernements fédéral et provinciaux ont alors convenu de développer une stratégie à long terme afin d’améliorer l’accès aux services Internet haute vitesse pour tous les Canadiens.

Cela mènera au déploiement de réseau 5G avec un débit environ 10 fois supérieur au 4G que l’on retrouve en ce moment au pays, principalement dans les grandes villes.

Dans leur communiqué, les ministres affirmaient que ces réseaux de prochaine génération faciliteraient notamment l’établissement de villes intelligentes, le fonctionnement de voitures connectées et l’offre de services de cybersanté.

Le Québec et l’Ontario déjà alliés pour lancer au pays le tout premier service sans fil 5G

L’an dernier, sensiblement à la même date que maintenant, les gouvernements du Canada, du Québec et de l’Ontario avaient annoncé leur alliance autour d’un partenariat public-privé pour implanter un large corridor de service Internet sans fil 5G dans les deux plus populeuses provinces du pays.

Le 5G permettrait de connecter près de 20 millions de Canadiens vivants le long de ce corridor, les machines, les voitures autonomes, les objets et les infrastructures d’une ville. Il favoriserait la livraison de services médicaux à distance.

L’investissement conjoint de 400 millions pour créer cette cinquième génération des technologies sans fil permettrait aux entreprises canadiennes de développer plus rapidement de nouveaux produits et services dans le secteur du transport et des véhicules intelligents, par exemple.

On estime que ce projet permettra à environ 1000 PME de se brancher entre elles au nouveau service 5G. Les deux provinces et le gouvernement fédéral investissent chacun 67 millions, alors que 200 millions supplémentaires sont injectés par cinq grandes entreprises partenaires privées : Ericsson, Ciena Canada, Thales Canada, IBM Canada et CGI.

LISEZ LA SUITE : L’Internet est plus rapide pour les consommateurs de l’est du pays, sauf au Québec...

Photo : Digital Trends

RCI avec les informations de Angie Bonenfant de Radio-Canada et de La Presse canadienne

En complément

L’Internet ultra haute vitesse accessible dans le nord du Québec – RCI 

Services Internet : plusieurs communautés canadiennes n’y ont pas accès. – RCI 

L’Internet haute vitesse pour tous les Canadiens : le CRTC a créé un fonds spécial – RCI 

Share
Catégories : Économie, Internet et technologies, Politique, Société
Mots-clés : , , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la Nétiquette.

Nétiquette
Quand vous vous exprimez dans le cadre d’une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu’un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d’accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c’est bien là l’intérêt des tribunes! La nétiquette est l’ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d’intervenir dans une tribune, il est important d’en prendre connaissance. Sinon, on risque l’expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s’inscrire, les utilisateurs sont tenus d’indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s’afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s’il existe un doute quant à l’identité de son auteur.
  2. L’usurpation de l’identité d’autrui dans l’intention d’induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d’expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l’âge, l’origine ethnique, la religion, le sexe ou l’orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l’origine ethnique, l’appartenance à une religion ou à un groupe d’âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l’agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l’exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d’un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d’injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L’échange d’arguments et de vues contradictoires est un élément clé d’un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d’un dialogue ou d’une discussion privée entre deux participants qui s’interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L’usage d’autres langues, à l’exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L’envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L’insertion d’images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L’inclusion d’hyperliens vers d’autres sites est permise, à condition qu’ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n’est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d’un texte d’autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d’Internet.
  18. Radio Canada International  n’est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*