Montréal vibre au rythme du Festival International Nuits d'Afrique depuis le 10 juillet (Photo FINA)

Le Mois de l’histoire des Noirs se déroule aussi en musique

Share

Durant le Mois de l’histoire des Noirs qui se tient en février, les productions Nuits d’Afrique proposent une programmation composée de quatre spectacles influencés par l’Afrique, ses cultures et son héritage historique.

Depuis que le festival existe, Nuits d’Afrique met à l’honneur les musiques d’ascendance africaine. Ainsi, pour la 28e édition du Mois de l’histoire des Noirs, l’évènement propose pour une cinquième année une série de concerts.

« L’idée d’une telle proposition est de montrer l’évolution de la musique africaine à travers des artistes qui illustrent l’évolution de la musique traditionnelle et celle plus contemporaine », explique en entrevue Colin Rigaud, responsable de la programmation pour Nuits d’Afrique.

Ainsi, le 3 mars, les Maliens Habib Koité et Bassekou Kouyaté, deux monuments de la musique africaine, seront réunis sur scène pour une tournée internationale. Pour marquer l’occasion, les deux artistes interpréteront des chansons de leurs albums respectifs accompagnés de la chanteuse malienne Aminata Sacko. Le spectacle promet d’entraîner le public dans les racines africaines du blues.

« On dit toujours que le blues vient des Afro-Américains à l’époque de l’esclavage. Mais avec ce concert, on va se rendre compte que le blues a aussi des origines ancrées en Afrique. Les influences musicales traversent les continents », raconte M. Rigaud.

De son côté, le prolifique Sékouba Diabaté, alias « Bambino », lancera la série de concerts le 16 février. L’artiste guinéen est descendant d’une famille de griots, ces gardiens de l’héritage oral en Afrique de l’Ouest.

« Il revient dans la métropole après avoir clôturé le festival Nuits d’Afrique en juillet dernier, ajoute le responsable de la programmation. Dans la culture mandingue, il est considéré comme un véritable protecteur du patrimoine. Il est donc tout à fait logique qu’il soit présent pour le Mois de l’histoire des Noirs. »

Musiques modernes et traditionnelles seront présentes lors du rendez-vous « Afro-électro ». Le 22 février, les DJ montréalais Bonbon Kojak, Akpossoul et Jerico, du collectif Moonshine, animeront une soirée rassemblant grands classiques du répertoire africain et sonorités électroniques.

Enfin, ajoutons la présence du groupe Benkadi (28 février) dont la fusion du chant, de la danse et de la musique en font une expérience authentique à ne pas manquer.

Chaque année, le Mois de l’histoire des Noirs nous rappelle les étapes qui ont mené à l’émancipation de cette communauté. Pour souligner le chemin qu’il reste à parcourir, nous avons voulu réunir autour de notre table à café trois personnalités importantes, Cadleen Désir, Fabrice Vil et Will Prosper, qui travaillent à ce que le racisme, la discrimination et les inégalités deviennent de l’histoire ancienne.

Lire aussi :

Le Mois de l’histoire des Noirs et la santé: Collecte de sang chez Héma-Québec

Mois de l’Histoire des Noirs : le réseautage au cœur de la lutte contre le chômage!

Mois de l’histoire des Noirs : un timbre commémoratif célèbre Mathieu Da Costa

Share
Mots-clés : , , , , , , ,
Publié dans : Arts et spectacles, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*