Illustration 3D d'une cellule cancéreuse. Photo: iStock

Santé Canada approuve Yescarta comme traitement contre le lymphome à grandes cellules B (type de cancer) chez l’adulte

Share

Une fois introduit dans l’organisme, le nouveau traitement devrait s’attaquer directement aux cellules cancéreuses que les cellules T normales ne parviennent pas à détecter.

Une forme d’immunothérapie personnalisée 

Le nouveau traitement Yescarta (MC) (axicabtagène ciloleucel), qui vient d’être approuvé par Santé Canada, est personnalisé pour chaque adulte atteint d’un lymphome à grandes cellules B. C’est une forme d’immunothérapie fabriquée grâce aux propres cellules T du patient.

Les cellules T renvoient à un certain type de globules blancs qui se trouvent dans le système immunitaire, et qui agissent comme des soldats chargés de défendre l’organisme contre les attaques externes. Ces cellules ciblent notamment les cellules étrangères qu’elles tuent et éliminent.

Voici comment le traitement est obtenu

La méthode consiste à prélever des cellules T du patient et à les modifier génétiquement avec un récepteur antigénique chimérique (CAR).

Le traitement par cellules T à récepteur antigénique chimérique (CAR-T) est administré après au moins un traitement systémique de première et de deuxième intention, y compris des cas de lymphome diffus à grandes cellules B (LDGCB) sans autre indication, de lymphome médiastinal primitif à grandes cellules B, de lymphome à grandes cellules B de haut grade et de LDGCB issu d’un lymphome folliculaire (lymphome folliculaire transformé, ou LFT).

Des prélèvements sanguins Photo : iStock

Une fois réintroduites dans le corps du patient, les cellules CAR-T peuvent trouver et attaquer les cellules cancéreuses que les cellules T normales ne sont pas capables de détecter.

Cette thérapie cellulaire permet d’obtenir une réponse complète (absence d’un cancer détectable) chez un certain nombre de patients atteints d’un LDGCB ou d’un lymphome médiastinal primitif à grandes cellules B (LMPGCB) récidivants ou réfractaires, qui sont des formes agressives du lymphome non hodgkinien (LNH)

  • Le LNH est au cinquième rang des cancers le plus souvent diagnostiqués au Canada
  • 8300 cas au Canada, dont 2700 décès en 2017
  • Le LDGCB est le type agressif de LNH le plus fréquent et représente environ de 30 à 40 % de tous les cas.

« La thérapie de type CAR-T est un traitement innovateur, affirme Dre Isabelle Fleury, hématologue à l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont, basée au CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal. Cette nouvelle approche personnalisée contre le cancer est très prometteuse pour les patients atteints d’un lymphome diffus à grandes cellules B récidivant ou réfractaire aux chimio-immunothérapies conventionnelles. »

Un scanneur de vérification du cancer
Crédit photo : ICI Radio-Canada

De réels espoirs pour patients et soignants

Avant l’approbation du Yescarta, il y a eu des essais auprès d’un groupe de patients et les réponses au traitement ont été jugées favorables par un comité d’examen indépendant.

Le traitement sera produit par Kite, une société de Gilead, à son centre de production commerciale, à El Segundo, en Californie.

« Grâce à cette approbation réglementaire, Yescarta est sur le point de pouvoir être utilisé chez les patients canadiens adultes atteints d’un lymphome à grandes cellules B récidivant ou réfractaire qui, actuellement, ont peu ou pas d’options thérapeutiques à leur disposition. Yescarta offre une nouvelle option thérapeutique prometteuse aux patients et aux médecins qui les traitent », , a indiqué John McHutchison, conseiller scientifique en chef, responsable de la recherche et du développement, Gilead Sciences.

On devrait s’attendre à une amélioration de la survie des malades, car avant, lorsque les patients atteints d’un lymphome à grandes cellules B récidivant ou réfractaire recevaient le traitement de référence actuel, la survie globale médiane était d’environ six mois et seulement 7 % de ces patients obtenaient une réponse complète.

Actuellement, les patients atteints d’un lymphome à grandes cellules B recevant un deuxième traitement ou un traitement ultérieur obtiennent de piètres résultats thérapeutiques et ont un important besoin non comblé, car près de la moitié d’entre eux ne répondent pas au traitement ou connaissent une récidive peu après une greffe de cellules souches.

« Il existe un besoin non comblé pour de nouveaux traitements pour les patients atteints d’un lymphome à grandes cellules B récidivant ou réfractaire dont le pronostic est défavorable, a affirmé Elizabeth Lye, directrice de recherche et programmes, Lymphome Canada. Cette approbation est un jalon important, car elle donne un nouvel espoir aux Canadiens vivant avec cette maladie. »

À noter que le Yescarta n’est pas indiqué pour le traitement des patients atteints d’un lymphome primitif du système nerveux central.

SOURCE :  Gilead Sciences inc.

À lire aussi:

Share
Catégories : Santé, Société
Mots-clés : , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*