Des ambulanciers tentent de sécourir les victimes. Crédit: Photo : Reuters / Stringer .

Carnage en Nouvelle-Zélande : « Attaquer les gens pendant leur prière est horrifiant. » – Justin Trudeau

Share

Après la tragédie qui vient de frapper des fidèles musulmans en Nouvelle-Zélande, le Canada joint sa voix à celle de la communauté internationale pour condamner cet acte horrible.

Un bilan lourd qui sème l’émoi dans le monde

Le nombre de morts à la suite de ce carnage survenu dans deux mosquées de la localité de Christchurch est de 49 morts. Et l’on compte de 10 à 20 blessés.

  • Mosquée Al Noor : 41 morts
  • Mosquée de Lindwood : 8 morts

Un homme considéré comme le principal suspect a été arrêté. Trois autres personnes ont été interpellées. Avant de passer à l’acte, l’homme de 28 ans, présenté par les autorités comme un suprémaciste blanc, avait publié sur les réseaux sociaux un manifeste faisant état du fait que les Européens seront remplacés chez eux sous peu par des Non-Européens.

 Dans une précédente version de cet article, nous avions malencontreusement publier le nom et un court extrait du Manifeste du principal suspect. Nous nous en excusons.
Voir Le mot de l’Info signé de notre directrice générale, Luce Julien : Attentat de Christchurch : le défi du traitement journalistique

Dans une adresse à la nation, la première ministre Jacinda Ardern a vivement condamné cet acte odieux préparé de longue haleine par des extrémistes blancs.

« C’est avec une profonde tristesse que je vous annonce que […] 49 personnes ont perdu la vie dans cette violence extrême […] Il y a également eu 20 blessés. On ne peut décrire cet événement que comme un attentat terroriste. Nous avons été choisis parce que nous représentons la diversité, la gentillesse [et que nous] sommes un endroit pour les gens qui partagent ces valeurs. Je peux vous assurer que ces valeurs ne peuvent pas et ne pourront pas être ébranlées », a affirmé la première ministre néo-zélandaise.

Le soutien du Canada

Les politiciens fédéraux ont offert leurs condoléances à la Nouvelle-Zélande sur Twitter et les drapeaux ont été mis en berne au parlement.

Relevant que l’extrémisme n’a pas sa place au Canada, le premier ministre Justin Trudeau a souligné la nécessité de travailler tous ensemble pour bâtir un monde plus paisible.

Après la fusillade survenue au Centre culturel islamique de Québec (CCIQ), le 29 janvier 2017, la province se sent plus que jamais concernée par cette attaque. Et plusieurs personnes perçoivent les suspects néo-zélandais comme des émules d’Alexandre Bissonnette, auteur de la fusillade à Québec.

« Ça tombe comme un coup de foudre. Ça ravive des douleurs », souligne Mohammed Labidi, ancien président du CCIQ.

Le premier ministre François Legault s’est dit choqué et consterné par cette tuerie et a réaffirmé que le Québec, comme le Canada, est une terre d’accueil où la haine et l’extrémisme n’ont pas leur raison d’être.

« C’est terrible ce qui est arrivé en Nouvelle-Zélande aujourd’hui. Ce sont des actes inacceptables qu’il faut dénoncer avec vigueur », a déclaré le premier ministre du Québec.

RCI avec Radio-Canada
Share
Catégories : International, Société
Mots-clés : , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la Nétiquette.

Nétiquette
Quand vous vous exprimez dans le cadre d’une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu’un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d’accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c’est bien là l’intérêt des tribunes! La nétiquette est l’ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d’intervenir dans une tribune, il est important d’en prendre connaissance. Sinon, on risque l’expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s’inscrire, les utilisateurs sont tenus d’indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s’afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s’il existe un doute quant à l’identité de son auteur.
  2. L’usurpation de l’identité d’autrui dans l’intention d’induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d’expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l’âge, l’origine ethnique, la religion, le sexe ou l’orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l’origine ethnique, l’appartenance à une religion ou à un groupe d’âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l’agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l’exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d’un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d’injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L’échange d’arguments et de vues contradictoires est un élément clé d’un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d’un dialogue ou d’une discussion privée entre deux participants qui s’interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L’usage d’autres langues, à l’exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L’envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L’insertion d’images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L’inclusion d’hyperliens vers d’autres sites est permise, à condition qu’ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n’est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d’un texte d’autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d’Internet.
  18. Radio Canada International  n’est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*