Jane Philpott Photo : PC/Sean Kilpatrick/La Presse canadienne

Les libéraux toujours embourbés dans l’affaire SNC-Lavalin : Jane Philpott souhaite dire sa vérité

Share

C’est l’unité chez les libéraux qui risquent une fois de plus de subir un dur coup avec cette volonté de l’ex-présidente du Conseil du Trésor.

Des rebondissements en perspective?

Le bout du tunnel semble lointain pour les libéraux dans l’affaire SNC-Lavalin, qui demeure présente dans l’actualité.

La publication du quatrième budget est loin d’avoir détourné l’attention sur cette affaire pour laquelle le gouvernement Trudeau est pilonné de questions au quotidien par les partis de l’opposition.

La sortie de Jane Philpott, qui souhaite avoir son mot à dire sur cette affaire et soutient l’idée d’un deuxième témoignage de Jody Wilson-Raybould, vient raviver les critiques des adversaires du Parti libéral.

Ces derniers estiment toujours que tout n’a pas été dit, et ils souhaitent que la principale concernée, Mme Wilson-Raybould, témoigne à nouveau.

Du côté des conservateurs comme du Nouveau Parti démocratique, la stratégie consiste à glaner le plus d’informations susceptibles de nuire aux libéraux aux élections fédérales dans sept mois.

Le camp libéral est attaqué de l’extérieur, mais aussi de l’intérieur, avec la détermination affichée par Jody Wilson-Raybould et Jane Philpott de mettre à la disposition du public des compléments d’informations susceptibles de l’éclairer davantage dans la compréhension des faits qui sont reprochés à Justin Trudeau et à son entourage.

« Il y a beaucoup plus à dire dans cette histoire […] Nous avons eu quatre heures de témoignage de l’ancienne procureure générale, et je pense qu’il y a une bonne partie de son histoire qui n’est pas connue », a soutenu l’ex-présidente du Conseil du Trésor.

Trudeau et Philpott : que se sont-ils réellement dit sur cette affaire?

À titre de rappel, l’ex-ministre de la Justice et procureure générale du Canada avait quitté son poste de ministre des Anciens Combattants, en réponse à ce qu’elle considérait comme une tentative de « pressions indues » de la part du premier ministre et de son entourage, pour éviter à la compagnie québécoise SNC-Lavalin un procès aux conséquences désastreuses.

La compagnie est poursuivie pour fraude et corruption dans le cadre de ses marchés sur le continent africain.

Depuis que le Globe and Mail a rapporté un possible lien entre cette affaire et la rétrogradation de l’ex-ministre de la Justice au poste de ministre des Anciens Combattants, cinq personnalités libérales ont démissionné.

Parmi elles, Jane Philpott, qui a quitté son poste de présidente du Conseil du Trésor en soutien à Mme Wilson-Raybould, veut faire entendre sa version de cette affaire. Lors de sa démission, elle avait dit être déçue par la façon dont le gouvernement était en train de gérer ce dossier.

Son retour au-devant de la scène aujourd’hui laisse croire qu’elle apportera des faits nouveaux pour démontrer que le premier ministre et son cabinet ont effectivement exercé une forme de pression sur l’ex-procureure générale, et que son refus de céder aurait pu justifier sa mutation aux Anciens Combattants.

Interpellé par les journalistes, Justin Trudeau a reconnu avoir déjà eu une conversation avec Mme Philpott à ce sujet, bien avant sa démission.

« Elle m’avait partagé cette préoccupation que peut-être on a voulu déplacer Mme Wilson-Raybould à cause de l’affaire SNC-Lavalin […] Mais je lui ai dit qu’il n’en était rien. »

RCI avec CBC et Radio-Canada

Lire aussi:

Share
Mots-clés : , , , , , , , , , ,
Publié dans : Politique

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

Un commentaire pour «Les libéraux toujours embourbés dans l’affaire SNC-Lavalin : Jane Philpott souhaite dire sa vérité»
  1. Avatar Serge dit :

    Je crois que cette affaire devient ridicule pour les accuseuses. Quoi? Quatre heures de témoignages ne suffisent pas à verser tout leur venin? Une pièce de théatre, un film, en disent plus et font toute une histoire en moins de deux heures!