Photo : Roundup-Radio-Canada

Utiliser ou ne pas utiliser l’herbicide Roundup? Voilà la question

Share

Le produit Roundup de l’entreprise Bayer-Monsanto est l’herbicide le plus utilisé dans le monde, dont au Canada, et de loin. Jusqu’à 800 000 tonnes de ce glyphosate sont épandues chaque année sur la planète.

La semaine dernière, le fabricant du désherbant Roundup a reçu un dur coup en cour de justice aux États-Unis lorsqu’un jury a décidé que le produit chimique répandu sur nos légumes et pelouses depuis près de 50 ans a contribué de façon substantielle au cancer d’un septuagénaire, Edwin Hardeman.

Il s’agit d’un deuxième revers pour le géant allemand Bayer, qui avait été lourdement condamné dans un procès similaire l’été passé et qui a racheté l’an dernier l’entreprise Monsanto, à l’origine de la création du Roundup.

« Nous sommes déçus » de ce verdict, a dit Bayer, qui fait l’objet de milliers de poursuites semblables rien qu’aux États-Unis. Dans son communiqué, Bayer maintient que « la science confirme que les désherbants au glyphosate ne causent pas le cancer ».

Photo : AFP

Mosanto aurait-elle menti?

Dans une deuxième phase du procès qui commence aujourd’hui, mercredi, l’entreprise devra répondre aux questions suivantes : Monsanto connaissait-elle les risques? Les a-t-elle cachés? Est-ce qu’elle a fait modifier les conclusions négatives de certaines études? Si oui, quels sont les dommages et intérêts que Bayer devra alors payer?

L’un des avocats du plaignant, un retraité de 70 ans atteint d’un cancer, demande à Bayer de s’expliquer sur plusieurs documents internes de Monsanto qui ont été déclassifiés par la justice américaine et rendus publics en 2017. Monsanto nie avoir influencé des études scientifiques pour cacher les dangers du produit Roundup et du glyphosate.

Cet agent actif du Roundup, largement utilisé en agriculture, est homologué au Canada jusqu’en 2032.

Le glyphosate est-il dangereux pour la santé? Cela dépend d’où vous habitez

En 2015, le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), une agence de l’Organisation mondiale de la santé, a ajouté le glyphosate à la liste des substances cancérogènes probables. Or, un an plus tard, l’Agence américaine pour la protection de l’environnement (EPA) a conclu tout à fait le contraire, comme l’a fait l’Agence de réglementation de la lutte antiparasitaire (ARLA) au Canada.

Dans un revirement inattendu, Santé Canada a récemment entrepris une nouvelle analyse des études qui ont justifié l’approbation du glyphosate, l’ingrédient actif du Roundup de Monsanto, l’herbicide le plus vendu au Canada. (Voir le reportage de Sylvie Fournier de l’émission Enquête.)

L’Agence européenne des produits chimiques (ECHA) ne le juge ni cancérogène, ni génotoxique, ni reprotoxique le 15 mars 2017.

L’Autorité de protection environnementale néo-zélandaise considère qu’il est peu probable que le glyphosate soit cancérogène ou génotoxique chez l’humain.

L’Office californien d’évaluation des risques pour la santé environnementale (OEHHA) a inscrit en mars 2017 le glyphosate comme substance causant des cancers chez l’homme.

L’agence de l’environnement française Anses a annoncé le mardi 15 janvier l’interdiction avec effet immédiat de l’utilisation du Roundup 360 à la suite d’un jugement annulant son autorisation de mise sur le marché. Photo : Mozart

RCI avec La Presse canadienne, Agence France-Presse et la contribution de Sandra Gagnon, Annie Desrochers, Guillaume Dumas et Patrick Masbourian de Radio-Canada

En complément

Les troublants jeux de coulisses pour défendre le glyphosate – Radio-Canada 

Roundup : des « révélations troublantes » incitent Santé Canada à revoir des centaines d’études – Radio-Canada 

Y’a-t-il du glyphosate dans nos aliments? – Radio-Canada 

Share
Mots-clés : , , , , , , ,
Publié dans : Économie, Environnement, International, Santé, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*