(Soumis par Justin Clow)

La montée des eaux sur la côte est canadienne pourrait augmenter de 1 mètre au siècle prochain

Share

Un rapport canadien sur les changements climatiques indique que le niveau de la mer sur la côte est pourrait augmenter de 75 cm et 1 m au court du siècle prochain.

Photo : Golf News

Ces données inquiétantes sur la montée de la mer proviennent du chapitre 7 du Rapport sur les changements climatiques du Canada, publié la semaine dernière, qui comprend une étude des données scientifiques fédérales sur l’élévation du niveau de la mer selon divers scénarios d’émissions élaborés par Environnement et changements climatiques Canada.

Selon l’étude, la région de l’Atlantique subit le double effet de l’élévation du niveau des mers et de la baisse des terres le long de la côte.

Si, dans une grande partie du pays, les zones côtières ont rebondi après la période de la glaciation, il y a 10 000 ans, ce qui aide à contrebalancer l’élévation du niveau de la mer en ce moment, les côtes orientales du Canada continuent, elles, de s’enfoncer.

Blair Feltmate, directeur de l’Intact Centre on Climate Adaptation de l’Université de Waterloo, a déclaré vendredi dans une entrevue que des projections de 75 centimètres à un mètre d’élévation relative du niveau de la mer sur la côte est d’ici la fin du siècle sont « un signal d’alarme et un appel aux armes ».

LISEZ : Les ravages de la montée du niveau des océans imposent des changements rapides et sans précédent » – ONU

Photo : Radio-Canada

Le Groenland serait un grand facteur dans l’augmentation prévue du niveau de l’océan

Le Groenland vu depuis l’espace. Photo : NASA

En 2017, des chercheurs ont confirmé que les deux plus grandes sources mondiales de la montée du niveau de la mer sont maintenant le Groenland et nos propres glaciers, notamment ceux qui ceinturent toute la côte arctique canadienne. Or, une étude publiée en janvier dernier, dans les Proceedings of the National Academy of Sciences, révélait que la calotte glaciaire du sud-ouest du Groenland fondait presque quatre fois plus vite en 2012 qu’en 2003.

Cette fonte entraînerait, selon l’enquête, une élévation du niveau de la mer et des tempêtes de plus en plus fréquentes tout le long de la côte est nord-américaine, de Miami aux États-Unis à Terre-Neuve au Canada.

Rappelons que la calotte glaciaire du Groenland, qui couvre environ 80 % de l’île arctique, constitue la deuxième masse de glace du monde. Or, la perte de glace entre 2003 et 2012 a été inhabituelle et sans précédent par rapport aux 100 années précédentes.

Au cours des dernières décennies, environ 280 milliards de tonnes de glace étaient changées en eau chaque été au Groenland. Mais aujourd’hui, on estime que le niveau de fonte est soudainement nettement plus élevé, peut-être qu’il aurait même doublé.

L’élévation du niveau de la mer au Groenland va avoir de graves conséquences pour les habitants des villes de la côte est. Le vrai problème maintenant, c’est de savoir jusqu’à quel point la situation va s’aggraver. L’élévation du niveau de la mer pourrait faire en sorte que les ouragans se mettent à pénétrer plus profondément à l’intérieur des terres et à causer plus de dommages.

Les provinces de la côte est du Canada, comme Terre-Neuve-et-Labrador, seraient touchées, mais les effets seront plus importants dans les villes côtières américaines comme New York et celles situées près du golfe du Mexique, dont Miami. Voyez comment…

Photo : Radio-Canada

Une partie du Canada serait coupée du reste du pays

Sans l’isthme de Chignectou, une étroite bande de terre qui relie la Nouvelle-Écosse au reste de l’Amérique du Nord, la Nouvelle-Écosse serait une île.

L’étude fédérale publiée la semaine dernière soulignait la vulnérabilité particulière de l’isthme de Chignectou, cette bande de terre basse de 20 kilomètres de long qui relie la Nouvelle-Écosse au Nouveau-Brunswick. Il s’y trouvait, il y a quelques années encore, les fameuses antennes de transmission pour ondes courtes de Radio Canada International.

Une grande partie de la côte est risquerait ainsi d’être coupée en deux si ce corridor commercial était submergé en raison d’un fort raz-de-marée qui débordait des digues dont la dernière modernisation remonte à plus de 50 ans.

Une évaluation technique visant à proposer des solutions aux dommages possibles au corridor routier commercial qui traverse ce secteur devrait débuter ce printemps et durer de 12 à 18 mois, ont déclaré des représentants provinciaux.

Une fois les options présentées, les gouvernements doivent se mettre d’accord sur la voie à suivre et sur la somme à verser. Toutes les options présentées dans un rapport de 2016 nécessitaient au moins cinq ans pour être réalisées.

LISEZ LA SUITE : Photographier le rocher Percé avant sa disparition sous les vagues

Plusieurs riverains dans le secteur de Percé ont choisi la mer, pour le meilleur. Ils voient maintenant y venir le pire. L’eau monte et les plages et les falaises partent en petits et gros morceaux, au gré des tempêtes et des marées montantes.

RCI avec les informations de Michael Tutton de CBC News et l’Agence France-Presse et la contribution de Michel C.Auger, Chantale Srivastava et Sophie-André Blondin de Radio-Canada

En complément

Sale temps au-dessus de nos océans – RCI 

Les Canadiens veulent une meilleure protection des terres et des océans – RCI 

Le mystère de la mort des chevaux sauvages de l’île de Sable dans l’Océan Atlantique – RCI 

Share
Catégories : Économie, Environnement, International
Mots-clés : , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*