Le nom des Redmen de McGill est jugé raciste et dépassé. L’Université Annonce aujourd’hui qu’elle abandonne le nom pour toutes ses équipes sportives (Photo : (Jessica Deer/CBC)

Redmen de McGill, le nom perd ses crampons de football

Est-ce le début d’une tendance, rien n’est sûr, mais voilà qu’une institution de haut savoir, l’Université McGill de Montréal, laisse tomber l’appellation « Redmen » pour ses équipes sportives, la plus en vue étant l’équipe de football canadien.

Ailleurs sur la planète sportive nord-américaine

Plusieurs débats ont cours au sujet de ces appellations à connotation amérindienne pour une équipe sportive, professionnelle ou non, et la pertinence de ces noms dans leurs milieux.

Songeons notamment dans le baseball professionnel aux Reds de Cincinnati ou aux Indians de Cleveland. Le logo des Indians laisse perplexe.

(https://www.mlb.com/indians)

Au football universitaire américain, il y a aussi les Seminoles de l’Université Florida State.

Seminoles de l’Université Florida State (Facebook)

Au football professionnel américain, songez aux Chiefs de Kansas City et au geste mimant l’utilisation d’un tomahawk des partisans après un beau jeu de leur équipe, le tomahawk chop.

https://www.chiefs.com/

Toujours au football américain, il y a l’équipe de Washington, les Redskins, et le débat lancé par le Washington Post au sujet de la pertinence de changer le nom de l’équipe.

(http://www.nflshop.ca/)

De retour à McGill

(https://www.mcgill.ca)

Suzanne Fortier, principale et vice-chancelière, a publié une note explicative vendredi dans laquelle elle souligne que « l’appellation Redmen avait provoqué des sentiments de douleur et d’exclusion chez les étudiants autochtones, surtout les athlètes autochtones de McGill ».

Maillots rouges

Au début du XXe siècle, le nom s’écrivait « Red Men » pour hommes en rouge, en honneur aux maillots rouges des équipes et sans doute aussi un rappel historique des origines celtiques du fondateur de l’institution, James McGill, écossais né à Glasgow et très riche marchant montréalais.

Donc, ces hommes en rouge n’avaient pas de « références » avec les Premières Nations jusqu’aux années 50.

Les deux mots tout à coup n’en faisaient plus qu’un – Red Men devenait Redmen – et les athlètes étaient surnommés avec des références autochtones, Indiens pour les garçons et Squaw pour les filles.

Et aujourd’hui?

Redmen, et sa traduction française peaux rouges ont des connotations totalement offensantes.

« Aucune langue, ni d’ailleurs son interprétation, n’est figée dans le temps. La langue évolue au même rythme que le monde. J’ai pu mesurer toute la douleur causée par le nom Redmen. Des étudiants autochtones de McGill m’ont confié que ce nom leur procurait un sentiment d’exclusion. Ils se sentent méprisés et laissés pour compte. Ils vivent un conflit intérieur entre leur fierté légitime d’appartenir à un peuple autochtone et celle d’être des étudiants mcgillois. »

Suzanne Fortier, principale et vice-chancelière, Université McGill

Bon, il y a bien eu quelques commentaires négatifs, des donateurs qui ont dit qu’ils cesseraient de verser des fonds à l’institution et même qu’ils déconseilleraient à leurs enfants de s’y inscrire si le nom devait être abandonné. Quoi qu’il en soit, McGill va de l’avant.

Donc, le nom disparaîtra.

Par quoi le remplacera-t-on?

À suivre.

Plus :

Les Redmen de McGill changeront de nom (Espaces autochtones, Radio-Canada)

Football américain. Redskins, un nom raciste? (Courrier international, Paris)

De l’hommage au racisme, éditorial, Paul Journet (La Presse)

L’équipe de baseball les Indians de Cleveland abandonnera l’image de « Chief Wahoo » pour cette saison 2019 (David Waldstein, New York Times) en anglais

Les Cleveland Indians prennent leur distance avec un logo jugé offensant (Le Monde)

Catégories : Autochtones, Histoire, Société
Mots-clés : , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Pour des raisons indépendantes de notre volonté et, pour une période indéterminée, l'espace des commentaires est fermé. Cependant, nos réseaux sociaux restent ouverts à vos contributions.