Phénix : un fiasco qu'il faut absolument remplacer , soutient l'Alliance de la fonction publique du Canada, région du Québec. Crédit: Radio-Canada

Système de paie Phénix : « la plus grande frasque d’un gouvernement fédéral depuis des décennies » – AFPC-Québec

Share

L’Alliance de la fonction publique du Canada, région du Québec (AFPC-Québec), manifeste sa colère contre le système de paie Phénix qui est loin de satisfaire les attentes, malgré les multiples promesses fédérales depuis trois ans.

Un système voué à l’échec

Yvon Barrière, vice-président exécutif régional de l’AFPC-Québec. Crédit : Yvon Barrière

Le vice-président exécutif régional de l’AFPC-Québec a souligné la mise en garde formulée au départ, à l’attention du gouvernement canadien, lors de l’acquisition de ce système qui avait échoué ailleurs, en Australie notamment. Son utilisation dans la gestion de la paie au ministère australien de la Santé avait mis en lumière ses multiples failles. Yvon Barrière a ensuite fait part de son ressentiment envers ce système, qui continue de faire très mal aux fonctionnaires fédéraux.

« On se met dans le contexte qu’il y a eu, depuis janvier 2016, des problèmes de paies touchant 79 % des employés. À ce jour, 65 % des fonctionnaires ont toujours des problèmes de paie, on a des employés qui, pendant plus de six mois, n’ont pas eu de paie, trois quarts ont eu des problèmes de paie : des trop payés ou des manques, etc. », a-t-il affirmé.

L’AFPC-Québec a prévu une série d’événements dans la province pour se faire entendre. Ils interpelleront les élus fédéraux et le gouvernement libéral sur la nécessité d’agir au plus vite, pour soulager les souffrances infligées aux fonctionnaires fédéraux par un système de paie inefficace, qui doit absolument être remplacé.

« Présentement, il y a 17 bureaux qui sont visités par des fonctionnaires membres de l’Alliance pour confirmer et avoir des engagements formels de la part du gouvernement fédéral et des députés, pour avoir des actions concrètes, par rapport à l’ensemble des doléances », a relevé M. Barrière.

Écoutez

Survivre de jour de paie en jour de paie. Photo : Istock

Voici les principales doléances des fonctionnaires :

  • Revoir les offres salariales du Conseil du Trésor jugées insuffisantes.
  • Négocier une nouvelle convention collective avant les prochaines élections fédérales du mois d’octobre.
  • Faire la lumière sur ce qui est qualifié de « désastre », qui a fait perdre beaucoup d’argent aux contribuables canadiens : « en espérant sauver 78 millions de dollars annuellement, en mettant au rancart des spécialistes en rémunération, en 2019, nous allons dépasser le cap de deux milliards de dollars de coûts reliés aux impairs et aux ratés du système Phénix », mentionne pour le déplorer le vice-président régional.

L’Alliance demande en définitive la mise sur pied d’une commission d’enquête pour éclairer le public sur cette question, ainsi qu’un calendrier pour régler le problème et transposer la gestion de la paie dans un nouveau système.

« Nos membres ont été plus que patients dans l’ensemble du dossier Phénix. Il est grand temps que le gouvernement trouve des solutions définitives et compense nos membres pour les préjudices qu’ils ont subis. Considérant ce qu’ils ont vécu, nos membres sont en droit de s’attendre à des offres salariales respectueuses et à une convention collective négociée avant les prochaines élections fédérales », a déclaré Yvon Barrière dans le communiqué de presse annonçant la série d’actions au Québec le 17 avril.

RCI avec l’Alliance de la fonction publique du Canada, région du Québec

Lire aussi :

Share
Catégories : Politique, Société
Mots-clés : , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*