Les évacuations de résidents se sont poursuivies lundi à Sainte-Marie. Photo: Radio-Canada

La météo est loin d’avoir dit son dernier mot au Québec, où plusieurs régions tentent de se relever des inondations

Share

Les derniers jours auront été difficiles pour plusieurs régions du Québec en proie à d’importantes inondations. Si, dans certains coins, les sinistrés retrouvent progressivement leur domicile, la tâche demeure immense pour plusieurs zones où l’armée est déployée pour prêter main-forte à la population.

Plus de 800 militaires déployés partout dans la province

C’est toujours l’effervescence dans plusieurs régions, où de nombreuses résidences demeurent inondées. Cela force les habitants à se mettre à l’abri ailleurs.

Ce sont en tout 1418 personnes qui ont été déplacées et près de 3200 maisons qui ont été inondées dans l’ensemble de la province, alors que 1860 autres sont isolées.

La municipalité de Rigaud est parmi les plus durement frappées. La population dit craindre que la situation s’empire avec les pluies attendues dans les prochains jours.

L’expérience de cette année semble plus pénible que celle d’il y a trois ans.

En Beauce, certains résidents commencent à rentrer chez eux, tandis qu’Hydro-Québec rebranche progressivement les maisons et autres commerces qui ont connu des coupures de courant.

Des membres des Forces armées canadiennes ont contribué à l’effort contre la crue à Gatineau. Photo : Radio-Canada / Yasmine Mehdi

À Sainte-Marie-de-Beauce, le maire Gaétan Vachon a mis en garde la population sur le danger qui plane toujours. Il a insisté sur la nécessité d’attendre que le courant soit rétabli en toute sécurité par Hydro-Québec, avant de réintégrer les logements. Certains des sinistrés rentrent chez eux sous l’oeil bienveillant des 75 militaires qui sont déployés sur le terrain.

Les dommages sont importants dans cette municipalité. De nombreuses résidences sont complètement démolies ou considérées comme des pertes totales.

Pas moins de 968 logements ont été touchés par ces inondations et certains doivent être démolis.

La ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault, est attendue en Beauce, au courant de la journée, pour apporter du réconfort à la population.

En Outaouais, le nombre de sinistrés a augmenté et le niveau de l’eau varie, malgré l’apparente stabilisation.

Au cours des prochaines heures, il faut redouter une augmentation du niveau de l’eau semblable à celle de mai 2017.

Les crues printanières ne sont pas de nature à faciliter la tâche aux soldats. Ils doivent travailler d’arrache-pied pour sécuriser les logements qui ont été inondés et évacués par leurs habitants. En pareille circonstance, il est question pour l’armée de veiller à ce qu’il n’y ait pas de vols.

Dans le parc des Laurentides, quelques dizaines de policiers de la Beauce et de la région de Montréal sont allés prêter main-forte. Ils surveillent également les résidences et commerces pour éviter le pillage et le vandalisme.

La surveillance se poursuit également au Saguenay–Lac-Saint-Jean.

L’État d’urgence est toujours en cours dans plusieurs localités, notamment à Gatineau, Val-d’Or, Mayo et Pontiac, où plusieurs chemins inondés mettent à risque les citoyens.

En raison de l’ampleur du désastre pour certaines résidences, le gouvernement provincial offre 200 000 $ pour relocaliser les sinistrés.

C’est une somme insuffisante, car certains sinistrés estiment que leur terrain et les travaux de construction leur ont coûté bien plus cher.

RCI avec des informations de Radio-Canada

En complément:

Share
Catégories : Environnement, Société
Mots-clés : , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions ou dans une des deux langues officielles, soit le français ou l'anglais. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*