«Grand prix» du Festival, gagner un voyage pour deux personnes aux Pays-Bas organisé par KLM Royal Dutch Airlines (Groupe CNW/Festival canadien des tulipes)

Le Canada fête les tulipes en guise d’au revoir à l’hiver, malgré les promesses fallacieuses d’un ciel capricieux

Share

Compter sur la promesse des fleurs là où la nature a trahi

À peine sorties d’un hiver particulièrement éprouvant, avec ses pics de froid glacial, ses tempêtes et ses tonnes de neige, plusieurs régions du Canada doivent encore composer avec les dures réalités de la nature.

L’arrivée des températures plus clémentes est loin de donner du répit à de nombreux Canadiens qui se voient obligés de fuir leur domicile pour échapper aux inondations.

Une situation encouragée par la fonte de la neige et les précipitations abondantes qui entraînent une crue importante de plusieurs rivières. Elles sortent alors de leur lit et causent d’importants dégâts.

Malgré tout, la population se tient debout et s’entraide pour faire face à la situation. De plus, des membres des Forces armées ont été déployés dans plusieurs régions, dont au Québec, où le ciel continue d’ouvrir généreusement ses vannes, favorisant la furie des eaux.

Loin de se laisser décourager par les nuages qui obscurcissent continuellement l’horizon partout au pays, les Canadiens envisagent de dire au revoir à l’hiver et de célébrer le printemps de la plus belle des manières.

Feux d’artifice traditionnels de la fête de la Reine au lac Dow (Groupe CNW/Festival canadien des tulipes)

À la découverte de 300 000 tulipes en pleine floraison

Les Canadiens vont prendre dans la nature des fleurs pour se moquer de ses caprices. Ils vont notamment se servir des tulipes comme instruments pour sortir de la morosité ambiante et entrer de plain-pied dans le printemps, et ses belles couleurs.

L’horticulture apparaît ainsi comme un motif d’espoir pour ce peuple qui sort de l’hibernation dans laquelle il se retrouve confiné pendant une bonne partie de l’année.

En célébrant les tulipes l’instant d’un festival, dans le jardin du parc des Commissaires, dans la capitale nationale, les Canadiens feront d’une pierre plusieurs coups, en y associant la fin d’une guerre.

« Le fondateur du festival, Malak Farsh, me disait que lorsque le don de 100 000 bulbes de la famille royale néerlandaise a fleuri au printemps 1946, les jardins ont ramené une touche de couleur bienvenue dans un monde encore gris au lendemain de la Deuxième Guerre mondiale. En utilisant la technologie numérique, la musique traditionnelle et les récits, nous souhaitons améliorer l’expérience des tulipes pour les festivaliers tout en préservant les légendes qui sont à l’origine du festival pour les jeunes et les nouveaux Canadiens. La célébration de cette année sera novatrice, percutante et, nous l’espérons, significative », a affirmé Grant Hooker, président du Festival canadien des tulipes, dans un communiqué de presse.

Téléchargez l’application mobile GrowIt pour une visite du jardin (Groupe CNW/Festival canadien des tulipes)

Le Festival de tulipes, considéré comme l’événement majeur le plus ancien au Canada, après le Stampede de Calgary, attire chaque année environ 600 000 visiteurs.

La 67e édition, du 10 au 20 mai, est aussi l’occasion de souligner l’approche du 75e anniversaire de la libération des Pays-Bas, en 2020.

Avec leurs partenaires, les organisateurs promettent une programmation haute en couleur, au bord du lac Dow, et convient le public à la découverte de 300 000 tulipes en pleine floraison, de plus de 80 variétés réparties dans 27 jardins.

RCI avec des informations du Festival canadien des tulipes.
Share
Catégories : Environnement, Société
Mots-clés : , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*