L'Organisation mondiale de la santé recommande plus de jeux et moins d'activités sédentaires pour les enfants REUTERS/Kristina Barker - TM3EB831FYS01

Moins de télévision, et plus de balançoires et de ballons pour les enfants

Share

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) recommande que les enfants de moins de 5 ans pratiquent plus d’activités physiques et passent moins de temps assis devant les écrans. Pour certains parents, cette recommandation, qui relève du bon sens, peut sembler superflue. Mais pour l’OMS, il faut promouvoir sans cesse les saines habitudes de vie.

L’obésité représente une menace croissante pour la santé publique, selon l’OMS. De plus, 80 % des adolescents « ne sont pas suffisamment actifs physiquement ». L’organisme onusien estime qu’il faut inverser cette tendance dès le bas âge. C’est pour cette raison qu’il a dressé une liste de bonnes pratiques pour les enfants de moins de 5 ans. Cette tranche d’âge, d’après l’OMS, est cruciale dans l’acquisition des saines habitudes de vie.

Pour les bébés de moins de 12 mois, l’OMS recommande au moins 30 minutes d’activité physique par jour, notamment la position sur le ventre pour ceux qui ne peuvent pas encore se déplacer. Les bébés ne doivent pas être maintenus dans une poussette, sur une chaise haute ou sur le dos de quelqu’un pendant plus d’une heure en continu. Et ils devraient dormir entre 12 et 17 heures quotidiennement, ajoute l’agence onusienne.

Des enfants font de la luge Photo : iStock/CEFutcher

Des enfants font de la luge. Photo : iStock/CEFutcher

Pour les enfants âgés de 1 à 2 ans, l’agence conseille 2 heures d’activité physique par jour, mais pas plus de 1 heure de « temps d’écran sédentaire » et au moins 11 heures de sommeil.

Pour les 3 à 4 ans, l’OMS conseille que les deux heures d’activité physique quotidienne incluent au moins une heure de mouvements de « modérés à vigoureux ». Le temps consacré aux écrans doit là encore ne pas dépasser une heure. L’OMS affirme que ses recommandations comblent un manque dans l’effort global pour promouvoir une vie saine.

Des experts réservés

Même si les instructions de l’OMS relèvent du bon sens, plusieurs experts leur reprochent de reposer sur des preuves minces et accusent l’agence de l’ONU d’adopter des définitions trop simplistes de concepts comme « temps d’écran sédentaire ».

« Je me demande comment des instructions globales de politique de la santé publique, qui touchent des millions de familles, peuvent être basées sur des preuves de très faible qualité », a dit Kevin McConway, professeur émérite de statistiques appliquées à l’Open University de Grande-Bretagne.

Certains experts reprochent à l’OMS le manque de rigueur de ses études sur la sédentarité des enfants. REUTERS/Suhaib Salem (GAZA)

Il a rappelé qu’il était souvent impossible de mener des expériences sur de jeunes enfants, ce qui a conduit l’OMS à s’en tenir à des observations. « Et puis, qu’est-ce exactement que le temps d’écran sédentaire », ajoute-t-il.

Andrew Przybylski, directeur de recherche à l’Institut Internet de l’Université d’Oxford, a relevé pour sa part que « les conclusions tirées concernant les écrans sont en décalage par rapport aux preuves scientifiques de dommage subi ».  Il a appelé l’OMS à mener des études de meilleure qualité sur ce sujet.

En réaction aux critiques, l’OMS a admis que ses « fortes recommandations » ne sont basées que sur « des preuves de très faible qualité ». L’agence sanitaire mondiale affirme que ses conseils peuvent s’appliquer à tous les petits, quel que soit le genre, l’environnement culturel ou le statut socio-économique.

(Avec l’AFP)

Lire aussi :

Les parents auraient-ils une part de responsabilité dans la sédentarité des enfants au Canada?

L’inactivité physique en croissance chez les jeunes au Canada

Passer du temps dans la nature rend plus heureux, en meilleure santé et plus productif

Share
Catégories : Économie, Environnement, International, Politique, Santé, Société
Mots-clés : , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*