Des enfants transportant des boites avec leurs parents lors d'un déménagement. Crédit: Istock

Des Québécois sur le point de dormir à la belle étoile faute de logements disponibles et abordables?

Share

À la veille de la période des déménagements, certaines régions du Québec font face au manque de logements abordables pour de nombreuses familles. Une situation qui préoccupe le Regroupement des comités de logement et associations de locataires du Québec (RCLALQ), qui réclament une réforme urgente de la Régie.

L’attention des décideurs sollicitée

Maxime Roy-Allard Crédit : CBC

Dans une entrevue avec Alice Chantal Tchandem, le porte-parole du Regroupement, Maxime Roy-Allard, a fait part d’une double situation désavantageuse pour les locataires.

En plus du manque de logements et des prix des loyers qui ne cessent de grimper, les locataires doivent subir les contrecoups d’un cadre réglementaire désuet.

Ce cadre est à l’origine de toutes sortes de lourdeurs et de retards dans les décisions susceptibles de nuire considérablement à la qualité de vie des locataires, soutient M. Roy-Allard.

Écoutez

Un appartement à louer pour le 1e juillet. Photo : Radio-Canada/Pasquale Harrison-Julien

Le tribunal de la Régie devrait être aux côtés du locataire

Alors que le projet de loi 16 sur la Régie du logement sera bientôt débattu en commission parlementaire, le RCLALQ souhaite voir les points suivants être pris en compte dans les débats :

  • amélioration de l’accessibilité au tribunal de la Régie dans les régions du Québec;
  • atténuation des délais beaucoup trop longs pour avoir une audience à la Régie;
  • prise de mesures pour favoriser une meilleure relation entre juges et locataires qui ont besoin d’aide, et qui ne disposent pas toujours de moyens pour se payer les services d’un avocat;
  • réduction des frais de dossiers jugés trop importants pour les ménages à faibles revenus;
  • meilleure protection des locataires par rapport au non-paiement des loyers, en proposant des solutions, car ceux-ci sont facilement évincés par les propriétaires lorsqu’ils n’honorent pas leurs engagements, et ils subissent toutes sortes d’abus;
  • amélioration de l’accessibilité aux logements, car ils coûtent de plus en plus cher, et leurs prix grimpent plus vite que l’inflation, surtout pour les familles les plus démunies (plus de 200 000 ménages accordent plus de 50 % de leurs revenus au loyer , affirme Maxime Roy-Allard);
  • construction de plus de logements sociaux;
  • combattre la discrimination récurrente en contexte de pénurie de logements.

La ministre de l’Habitation Andrée Laforest est ainsi interpellée sur la nécessité de rendre le tribunal plus juste et plus accessible, pour redonner confiance aux locataires qui y vont dans l’espoir de voir leurs droits être respectés.

Le Regroupement annonce son intention d’aller en commission parlementaire, dans les prochaines semaines, et de prendre d’autres moyens de pression, en plus de sa pétition en ligne sur le site de l’Assemblée nationale, et de l’appui des organisations syndicales et scolaires, pour se faire entendre auprès du gouvernement et des élus.

Lire aussi :

Share
Catégories : Politique, Société
Mots-clés : , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions ou dans une des deux langues officielles, soit le français ou l'anglais. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*