La 68e édition de la Semaine nationale de la santé mentale vise à démystifier la maladie mentale

« Parler haut et fort » pour démystifier la santé mentale

Share

La 68e Semaine nationale de la santé mentale (6-12 mai) mobilise des Canadiens de diverses communautés et catégories, et pour cause. La maladie mentale est une préoccupation réelle au pays. Environ 9,1 millions de Canadiens (1 sur 3) en seront atteints au cours de leur vie.

Les chiffres sont éloquents. Seulement de 2009 à 2010, environ 5 millions de Canadiens, soit plus de l’ensemble de la population de la Colombie-Britannique, ont reçu des soins ou services pour cause de maladie mentale.

Près de 4 Canadiens sur 10 (38 %) atteints d’une maladie mentale ou d’un trouble lié à la consommation d’alcool ou d’autres drogues en ont constaté les symptômes avant l’âge de 15 ans. C’est donc dire que, dans bien des cas, les maladies mentales se manifestent à l’adolescence et au début de l’âge adulte.

Renée Ouimet

Au Québec, on estime que deux élèves du secondaire sur trois vivent un stress qui influe négativement sur leurs études. À l’université, c’est la moitié des étudiants qui éprouvent des symptômes dépressifs, tandis qu’un travailleur sur quatre est victime de détresse psychologique…

Mme Renée Ouimet, directrice du Mouvement Santé mentale Québec, nous en dit davantage

Écoutez

À l’occasion de la Semaine nationale de la santé mentale, l’Association canadienne pour la santé mentale (ACSM) a lancé un mot-clic « il faut #ParlerHautEtFort» pour démystifier la santé mentale. Pour sa part, le Mouvement Santé mentale Québec appelle à une mobilisation des citoyens « face à ce mal de l’âme pour qu’ensemble nous puissions découvrir de nouvelles pistes de solutions ».

L’idée c’est de prendre conscience de l’importance de la santé mentale, comme on le fait pour la santé physique. D’ailleurs, l’OMS estime que sans santé mentale, il n’y a point de santé.

Toutes les tranches d’âge et catégories sociales sont touchées par la santé mentale

Cette semaine permet d’attirer l’attention plus globalement sur les perceptions et les approches relatives à la santé mentale. Au Canada, semble-t-il, la plupart des démarches en faveur de la santé mentale consistent à traiter les dépendances et les maladies, et non à faire la promotion de saines habitudes. Selon l’ACSM, les choses devraient changer.

En 2008, Santé Canada estimait à 8 milliards de dollars le coût total des dépenses associées aux soins hospitaliers, aux soins médicaux et aux médicaments attribuables aux maladies mentales au pays. Onze ans plus tard, ce chiffre est probablement plus important.

En tout cas, chaque année, toujours selon Statistique Canada, 1 Canadien sur 7 a recours aux services de santé en raison d’une maladie mentale.

Principaux faits
  • Il existe toute une gamme de troubles mentaux, qui se manifestent sous des formes différentes.
  • Ils se caractérisent généralement par un ensemble anormal de pensées, de perceptions, d’émotions, de comportements et de relations avec autrui.
  • Parmi les troubles mentaux figurent: la dépression, les troubles affectifs bipolaires, la schizophrénie et autres psychoses, la démence, la déficience intellectuelle et les troubles du développement, y compris l’autisme.
  • On dispose de stratégies efficaces pour prévenir les troubles mentaux comme la dépression.
  • Il existe des traitements valables contre les troubles mentaux et des moyens pour alléger les souffrances qu’ils provoquent.
  • L’accès à des services de soins de santé et à des services sociaux capables de dispenser un traitement et de prodiguer un soutien social est un point décisif

Source : Organisation mondiale de la santé

La maladie mentale peut se manifester sous différentes formes. Photo : iStock

Indices de troubles mentaux
  • Symptômes physiques (céphalées, troubles du sommeil par ex.)
  • Symptômes émotionnels (tristesse, peur, angoisse par ex.)
  • Symptômes cognitifs (difficulté à raisonner normalement, croyances anormales, troubles de la mémoire par ex.)des symptômes comportementaux (comportement agressif, incapacité à exécuter les activités de la vie courante, usage abusif de substances, par ex.)des troubles de la perception (perception visuelle ou auditive de choses que les autres ne voient ou n’entendent pas par exemple.)

Source : Organisation mondiale de la santé

Lire aussi

Santé mentale des tout-petits : réduire l’anxiété et la dépression

De l’aide par texto pour les jeunes Canadiens ayant des problèmes de santé mentale

Stress, dépression… la santé mentale au travail prise au sérieux?

Share
Catégories : Politique, Santé, Société
Mots-clés : , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*